Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Serge Blanco : « J’ai quitté l’équipe de France sans flonflon »

Un plan « anti-Blanco » aurait-il été mis en place en 1991 pour déstabiliser le XV de France ? Cette année-là, Serge Blanco et ses coéquipiers se font sortir de la Coupe du monde par les Anglais. Le rugbyman décide alors de « plaquer » la sélection nationale. Explications.

Ce match aurait pu consacrer une équipe de France désireuse de goûter à nouveau à une finale de Coupe du monde. Le 19 octobre 1991, face à des Anglais redoutables, le XV de France s’incline 19 à 10 au Parc des Princes à Paris. Elle ne disputera pas les demi-finales et Serge Blanco, abattu par cette défaite devant son fils Sébastien, en larmes, prend une décision radicale : il quitte la sélection nationale. 

Au micro de Bixente Lizarazu dans Planète Liza, l’ancien joueur de rugby se souvient de son état d’esprit lors de ce match. Loin de nier l’engagement très agressif des anglais, Serge Blanco plaide aussi pour une préparation « pas sans reproche » côté tricolore et des comportements « qui commençaient à changer ». C’est la seconde Coupe du monde de rugby et ce sport commence à se professionnaliser… 

L’obstacle insurmontable

L’équipe de France de rugby est crainte à cette époque. Avec du recul, Serge Blanco s’interroge : « On s’aperçoit qu’il y a peut-être des barrières qu’on ne peut pas franchir ». La finale de la compétition a lieu à Twickenham (sud de Londres) et l’ancien sportif pense que « la billetterie aurait bien moins marché » si le XV de la Rose s’était fait sortir avant de l’atteindre. 

Un plan « anti-Blanco » avait aussi été mis en place selon les aveux d’un joueur. De quoi faire perdre leurs nerfs aux Français… et faciliter la tâche de l’arbitre qui a bien sanctionné les Bleus durant tout le match. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess