Rugby

Sofiane Guitoune : "Dégoûté que cette Coupe du monde se termine comme ça"

Par Jérémy Marillier, France Bleu Gironde et France Bleu lundi 19 octobre 2015 à 13:57

Sofiane Guitoune
Sofiane Guitoune © Radio France

Moins de 48 heures après l'élimination du XV de France en Coupe du monde, Sofiane Guitoune a fait son retour à l'entraînement ce lundi matin avec l'Union Bordeaux Bègles. Malgré l'énorme frustration, l'ailier préfère garder le positif pour continuer de progresser.

France Bleu : Comment vous sentez-vous après cette élimination contre les Blacks ?

Sofiane Guitoune : On est très frustrés, dégoutés même que cela se soit terminé comme ça, sur une défaite aussi large. On n'avait pas envisagé ça. Forcément, il y a de la déception.

De la déception aussi au niveau personnel ?

Mon expérience personnelle n'est pas très importante. Il ne faut jamais oublier d'où l'on vient. Disputer cette Coupe du monde, c'était déjà énorme pour moi. Je suis content, même s'il y avait un peu de frustration par moments. Quand je me levais le matin et que j'étais dégoûté, je me disais "regardes d'où tu viens et tout ça te permettra d'avancer un peu plus".

La frustration, elle vient des choix opérés par le staff ?

Oui. Après, les choix, c'est comme partout. ce n'est pas qu'en sélection, c'est la même chose en club. Cela fait partie de la vie de rugbyman. Il faut les accepter, bosser et c'est ce que j'ai fais. Moi, je n'ai rien à me reprocher, je suis content de ma Coupe du monde.

Il y a eu ce match contre la Roumanie, vos deux essais qui vous ont pourtant mis en confiance pour la suite de la compétition...

Bien sûr que ce match m'a mis en confiance. J'espérais mieux pour la suite mais c'est comme ça, il y a eu des choix de fait. Tu ne rien faire contre ça. Tu attends patiemment et si on te donne ta chance, savoir être prêt.

Lorsque Rémi Grosso est appelé, qu'il est titularisé ensuite contre les Canada, comment le prenez vous ?

C'est normal qu'il ait joué. Il fallait qu'un ailier revienne dans le groupe après la blessure de Yoann Huget et c'était normal qu'il joue ce match contre le Canada. Après, c'est comme ça, ce sont les choix. On nous les a expliqué. Maintenant, c'est du passé.

Les choix du staff, je ne les ai pas forcément compris. Ce n'est pas pour ça que c'est la fin du monde.

Sofiane Guitoune, de retour à l'entraînement avec l'UBB - Radio France
Sofiane Guitoune, de retour à l'entraînement avec l'UBB © Radio France

Sur ces choix, qu'est-ce que le staff vous a dit justement?

Cela restera entre moi et le staff. Ils m'ont dit que j'avais un bon match contre la Roumanie, qu'ils étaient contents de moi, et voila.

Ces choix, vous les avez compris?

Pas forcément. Mais je le répète, ce n'est pas spécifique à la sélection, cela peut se produire aussi en club. J'ai été parfois victime de choix que je n'ai pas compris et ce n'est pas pour ça que c'est la fin du monde. Il faut continuer de bosser, attendre et lorsque l'on te met sur le terrain, montrer que tu as ta place. En parler, discuter après coup, cela ne sert pas à grand chose.

Pas beaucoup de "connards" dans cette Équipe de France.

Comment avez-vous fait pour tenir mentalement pendant cette Coupe du monde?

Il y avait un super groupe. Entre nous, on s'est régalé, même si cela a été difficile après la défaite contre l'Irlande parce qu'on espérait mieux. Et puis il y avait un très, très grand capitaine en la personne de Thierry Dusautoir, un bon mec. On est resté quatre mois, j'ai rencontré des supers mecs, des gens adorables, certains que je ne connaissais pas très bien. Il n'y a pas beaucoup de "connards" dans cette équipe, on a passé de bons moments. Pour moi, cela a été un peu dur par moments, mais participer à la Coupe du monde, ça reste exceptionnel. Il ne faut garder que les bons côtés et mettre un peu de côté sa fierté.

Désormais, vous êtes de retour à l'UBB. Vous avez hâte de reprendre le championnat avec vos coéquipiers pour oublier cette Coupe du monde ?

Pas oublier, parce que j'en garde de bons souvenirs, mais j'ai forcément envie de réattaquer car cela fait longtemps que je n'ai pas joué. C'est pour jouer au rugby que je m'entraîne.