Rugby

Sofiane Guitoune : "Montrer un meilleur visage qu'à Twickenham"

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde et France Bleu mardi 22 septembre 2015 à 16:46

Sofiane Guitoune samedi dernier sur la pelouse de Twickenham.
Sofiane Guitoune samedi dernier sur la pelouse de Twickenham. © Max PPP

L'ailier de l'Union Bordeaux-Bègles débute sa coupe du monde mercredi (21h) face à la Roumanie. Sa cinquième sélection mais sans doute le match le plus important de sa jeune carrière d'international.

France Bleu : Vous vous attendiez à jouer ce match ?_

Sofiane Guitoune_ : Philippe (ndlr : Saint-André) me l’avait dit avant de vous le dire à vous et même avant de commencer la compétition qu’il y avait un bloc de deux matches, que je jouerai le deuxième et qu’on referait le point après. J’espère faire un bon match et on verra ce qui se passera pour la suite.

Que dire de cette équipe roumaine que vous avez beaucoup étudié à la vidéo ?

C’est costaud, en mêlée ça pousse pas mal. Après, dans le défi physique, je pense qu’il va falloir les déplacer car ils sont très costauds et contre les Tongiens qu’on sait gaillards ils ont mis quelques « planches ». Donc il va falloir faire attention.

Même si Yoann ne s'était pas blessé, j'aurais entamé ce match avec la même conviction

Est-ce que c’est le bon adversaire pour se montrer ?

Je ne sais pas s’il y a un adversaire idéal pour se montrer. Sur le papier, elle est beaucoup moins forte. Maintenant il ne faut pas leur manquer de respect. On est concentrés, on est pas mal à commencer notre première coupe du monde donc on a envie de faire un gros match. Après, si l’équipe avance ce sera très bien à titre personnel mais je ne me pose pas trop de questions là-dessus.

Sofiane Guitoune a découvert le stade olympique de Londres.  - Radio France
Sofiane Guitoune a découvert le stade olympique de Londres. © Radio France

Il faut aller chercher le bonus offensif ?

Bien sûr. Si on peut leur mettre 40 points on leur mettra 40 points. Mas il ne faut pas faire le match avant, se dire que c’est la Roumanie parce que si on ne met pas les ingrédients, ça va être compliqué. On va poser les bases au départ et on verra par la suite si on peut le faire.

Est-ce que la blessure de Yoann Huget change la donne pour vous personnellement ?

Pas du tout. Même si Yoann ne s’était pas blessé, j’aurais entamé ce match avec la même conviction. Je savais que j’aurai une chance de montrer un meilleur visage qu’à Twickenham. Donc ça ne change pas grand-chose.

Notre dossier Coupe du monde de rugby 2015