Rugby

Stade Français/Harlequins: ils ont perdu, oui, mais ils ont aussi montré la voie

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris Région samedi 5 avril 2014 à 1:44

Laurent Sempéré, talonneur du Stade Français
Laurent Sempéré, talonneur du Stade Français © stade.fr

Oui, on peut perdre avec les honneurs. Le Stade Français l'a démontré ce vendredi soir, battu en quart de finale du Challenge Européen, 29 à 6 par les Harlequins. Avec une équipe fortement remaniée, avec de nombreux jeunes joueurs, les Parisiens ont longtemps posé des soucis aux Londoniens, pourtant venus à Paris, avec tous leurs Internationaux.

Certes, le Stade Français ne jouera pas une quatrième demi-finale de Challenge Européen consécutive. Certes, les Parisiens se sont inclinés 6 à 29 face aux Harlequins, en jouant pourtant à domicile, à Jean-Bouin. Mais impossible d'en vouloir à une équipe très remaniée et qui a défendu ses valeurs jusqu'au bout face à pléthore d'Internationaux anglais.

C'est un grand  bol d'air de voir l'attitude de ces jeunes

Stade Français Quesada web

Bien sûr, il y a eu aussi des erreurs, des en-avants sur le dernier geste et une équipe des Harlequins plus puissante que Paris mais le Stade a comme -à son habitude et même avec d'autres joueurs- continué à développer son jeu et à tenter. Malheureusement, il y a aussi son lot de points noirs dans cette rencontre. Inutile de parler de Morne Steyn, encore en difficulté en défense et surtout dans son jeu au pied ce vendredi (50%). L'autre point noir, ce sont les blessés, deux de plus. Le trois-quart centre Paul Williams est sérieusement touché tout comme Richard Kingi. Pour Laurent Sempéré, l'inquiétude était moindre mais il a tout de même pris un bon coup au coude.

Avant le match, je pense qu'ils n'en connaissaient pas un de chez nous mais peut-être que ce soir, ils vont retenir quelques noms

Laurent Sempéré, capitaine ce vendredi, un rôle qu'il a assuré avec brio, menant ses troupes tambour battant et ne les lâchant pas même une fois sorti du terrain. La talonneur du Stade Français qui était du coup, à l'issue du match, déçu bien sûr par le résultat mais fier de l'état d'esprit affiché par son équipe. Fier aussi d'avoir eu le soutien de son groupe. "Ils auraient pu me lâcher et j'aurais pu parler dans le vent" dit-il.

Stade Sempéré

C'est dans les moments durs qu'il faut se resserrer et relever la tête tous ensemble

Laurent Sempéré qui est revenu aussi sur le soutien du public Jean-Bouin et cette Marseillaise entonnée à la 70e minute de jeu, la première entendue dans le stade parisien, et il l'espère pas la dernière.

stade français sempéré

Tout le monde nous disait qu'on allait prendre 40, 50 points avec l'équipe que l'on avait

Et les jeunes pousses dont on parlait tout à l'heure, elles, qu'en pensent-elles? Clément Daguin, le demi de mêlée du Stade Français qui a certes commis des erreurs, a livré une très belle prestation, pleine de cran et d'allant, face aux Harlequins. Il avait d'ailleurs le sourire le jeune joueur après la rencontre, mais pas question de s'enflammer, se disant juste heureux d'avoir eu la chance de jouer un quart de finale européen, fier d'avoir pu apprendre du haut niveau. Même sentiment pour l'excellent troisième ligne Nicolas Garrault, de plus en plus sûr de sa force.

stade français garrault