Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Stade Français : que la fête continue!

mardi 16 juin 2015 à 0:39 - Mis à jour le mardi 16 juin 2015 à 10:32 Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris

Les Parisiens n'en finissent plus de fêter le 14e Bouclier de Brennus de l'histoire du club. Deux jours après la victoire, le Stade Français était reçu ce lundi à l'Hotel de Ville de Paris, par la maire Anne Hidalgo. Deux jours après, toujours les mêmes sourires béats, les mêmes éclats de rire. Rencontre avec Gonzalo Quesada, Jeff Dubois, Pierre Rabadan, Laurent Sempéré et Rémi Bonfils.

Le Stade Français et les honneurs de l'Hotel de Ville de Paris
Le Stade Français et les honneurs de l'Hotel de Ville de Paris © Radio France

Toujours les mêmes sourires, les mêmes rires, les mêmes accolades, le même humour potache  aperçus après la victoire sur Clermont, samedi, au Stade de France. Deux jours après la levée du Bouclier de Brennus, il y a juste des petits yeux en plus ce lundi soir, sous les ors de l'Hotel de Ville de Paris, où le Stade  Français a été célébré comme il se doit par la maire Anne Hidalgo. "On est encore debout, tout va bien " rassure l'emblématique troisième ligne Pierre Rabadan. La fête n'est d'ailleurs pas encore finie, les joueurs avaient déjà prévu une longue et belle soirée tous ensemble. "On n'a pas envie de se quitter " glisse le talonneur Laurent Sempéré. 

Stade Français : le Bouclier de Brennus présenté aux supporters à l'Hotel de ville

Sergio Parisse présente le Bouclier de Brennus aux supporters rassemblés sur le parvis de l'Hotel de Ville - Radio France
Sergio Parisse présente le Bouclier de Brennus aux supporters rassemblés sur le parvis de l'Hotel de Ville © Radio France

"J'ai vécu des moments hyper forts. J'ai collé à mes valeurs, cela n'a pas toujours été facile mais j'avais raison" - Pierre Rabadan

Il faudra pourtant bien se quitter, à moins de passer ses vacances ensemble. Mais dès mardi matin, quatre Parisiens vont rejoindre les Barbarians en Argentine : Jonathan Danty, Antoine Burban, Jérôme Fillol et Pierre Rabadan. Pierre Rabadan qui a accepté de faire une petite pause pour nous livrer ses sentiments , deux jours après ce titre, après la fin de sa carrière de joueur de rugby. "Je ne sais pas si on réalise encore (...) Je suis très heureux personnellement de partir avec ce titre. On s'est accroché, il y a eu des années compliquées avec des gens qui n'avaient pas les mêmes idées que nous. C'est génial. " La suite? Un poste de manager? "On en parle, on en parle mais je ne sais pas si cela va se faire. Sincèrement. Je le ferai que si ça apporte au club et que ça convient avec ma future vie . Le désir est là mais on verra cela ". 

Stade Français : Pierre Rabadan au micro France Bleu 107.1

Pierre Rabadan qui a eu le droit à un bel hommage et une belle ovation ce lundi, lors d'une petite cérémonie organisée par Sergio Parisse et Gonzalo Quesada pour les partants. L'entraîneur argentin baissant un peu la garde en public pour remercier son 3e ligne : "tu m'as inspiré souvent par tes attitudes. J'ai beaucoup appris à tes côtés ". Hommage appuyé aussi pour Jérôme Fillol avec la remise du maillot par Sergio Parisse et ce petit mot, en riant : "on ne sait toujours pas si tu continueras à jouer la saison prochaine " et la Belette qui se sort du traquenard émotionnel par l'humour : "j'espère qu'avec toute cette belle de bande de cons, vous allez en décrocher d'autres des Brennus. Vous le méritez ". Hommage émouvant encore pour Nicolas Garrault, Digby Ioane, Scott Lavalla, Monty Ioane et Krisnan Inu, David Lyons, Richard Kingi et Romain Frou n'étant pas présents à l'Hotel de Ville. 

Le Stade Français fait basculer l'Hotel de Ville en rose - Radio France
Le Stade Français fait basculer l'Hotel de Ville en rose © Radio France

"Jeff, il a toujours dit en rigolant le jour où on est champion, j'arrête" - Gonzalo Quesada

Hommage et émotion aussi pour le départ de Jeff Dubois, l'entraîneur des arrières du Stade Français qui ne sera resté que deux ans au club, appelé en équipe de France après la Coupe du monde. Seulement deux ans mais un travail énorme et beaucoup de respect. Jeff Dubois qui nous a accordé du temps aussi en compagnie de Gonzalo Quesada pour revenir sur cette finale, cette émotion si particulière. Deux entraîneurs goguenards devant "les exploits sur le terrain et surtout hors terrain de leurs joueurs. Franchement ça nous rend fiers, hyper fiers " rigolent-ils en choeur en observant l'un de leurs jeunes joueurs passer à l'offensive."Rarement je les ai vus aussi organisés, structurés. Tout est timé, le dîner, les transports, la boisson, là, ils vont faire 150 soirées en trois jours ." Le titre? "C'est fabuleux " raconte Jeff Dubois. "Depuis dix ans, je ne suis pas sûr qu'on ait vu de telles scènes de joie, de liesse. Ca reflète ce groupe soudé, ce staff soudé . C'était une joie sincère, pas calculée ". "J'en ai encore la chair de poule " ajoute Gonzalo Quesada, "quand j'ai vu qu'il sifflait, je ne sais pas ce qui s'est passé, j'ai sprinté, je prenais dans les bras tous ceux que je croisais. C'était une émotion très forte ". 

Jeff Dubois a reçu son portrait composé de milliers de photos de matches du Stade Français - Radio France
Jeff Dubois a reçu son portrait composé de milliers de photos de matches du Stade Français © Radio France

La suite? "Moi, je suis un optimiste. Ca va être compliqué mais pour tous les clubs. Et on a encore des très bons jeunes qui arrivent. Ce titre a donné faim à tout le monde. Ce groupe peut aller loin, très loin " confie Jeff Dubois qui ajoute aussitôt "j'ai un pincement au coeur. J'ai l'impression presque de partir au mauvais moment. Ca arrive à mon goût un peu tôt ". 

Stade Français : interview croisée Gonzalo Quesada/Jeff Dubois

"Champion de France? On a encore du mal à le dire. Même le Bouclier, on n'ose pas trop le toucher" - Laurent Sempéré

Et puis, il y a ceux qui restent, ceux qui n'arrivent pas à se quitter comme les talonneurs Laurent Sempéré et Rémi Bonfils qui ont déjà prévu avec le reste de l'équipe de faire "une grosse soirée, encore plus grosse que les précédentes". "On a très peu dormi ces derniers jours, on boit, on mange, on n'a pas envie de se quitter car quand on va se quitter, on va penser à demain " explique Laurent Sempéré, "on veut partager, profiter de ces moments " avant de confier avoir encore du mal à y croire "il y a tellement de grands joueurs qui ne l'ont pas touché ce bouclier ". 

Stade Français : Laurent Sempéré au micro France Bleu 107.1

"Il y a eu des larmes, des fous rires, des explosions de joie, il y a eu un peu de tout, ce qui représente bien cette équipe, on se prend pas la tête et on réalise qu'on a fait un truc vraiment cool " renchérit Rémi Bonfils.

Stade Français : Rémi Bonfils au micro France Bleu 107.1

Deux jours après le sacre, si les yeux se font de plus en plus petits, cette équipe n'a en revanche rien perdu de sa fraîcheur et de sa joie de vivre, deux ingrédients qui en font un groupe particulièrement attachant, une équipe à part, avec ses jeunes, ses vieux grognards et ses stars qui ne se prennent pas pour telles . Vivement donc la saison prochaine, où l'on apprendra peut-être le dernier exploit de Scott Lavalla, lui qui n'a pas hésité dimanche, au petit matin à aller escalader la Pyramide du Louvre avec sa médaille. Champion mon frère. 

Une dernière photo de groupe sur le parvis de l'Hotel de Ville, devant les supporters - Radio France
Une dernière photo de groupe sur le parvis de l'Hotel de Ville, devant les supporters © Radio France