Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Stade Toulousain - Didier Lacroix : "On est dans une période faste"

lundi 29 octobre 2018 à 21:16 Par Julien Balidas, France Bleu Occitanie

Le président du Stade Toulousain Didier Lacroix était notre invité ce lundi soir dans Club XV. Il a balayé l'actualité du club, aux côtés du pilier Cyril Baille.

Didier Lacroix et Cyril Baille.
Didier Lacroix et Cyril Baille. © Radio France - Julien Corbière.

Toulouse, France

La bonne forme actuelle du Stade Toulousain

"On est conscient du travail qu'il reste à faire. On est très fier des résultats du moment mais tout n'est pas abouti. Il faut y voir beaucoup de travail derrière. Nous on n'est pas du tout en train de parler de Stade de France ou quoi que ce soit. On a un effectif qui sur le papier manque de profondeur, et bien on est en train de démontrer l'inverse. On est en train de mettre de la concurrence. C'est le principal ingrédient et le moteur du Stade Toulousain depuis la nuit des temps. Maintenant, de là à en faire des objectifs d'avenir et de se projeter sur une qualification ou autre, on peut encore finir dixième, on peut passer à côté des quatre prochains matches de coupe d’Europe. En tout cas on va les jouer et on va se donner l'objectif d'aller plus loin." 

Le retour en forme d'Antoine Dupont 

"On se régale quand on le voit jouer mais on ne peut pas nier l'énorme rentrée de Sébastien Bezy à Perpignan. On ne peut que le féliciter. Il est récompensé aussi par une sélection avec le XV de France. Même si on perd deux personnes au même poste, on ne peut que se réjouir. On a joué encore plus vite avec Seb à la mêlée. Je n'oublie pas ce que fait Sébastien et cette complémentarité avec Antoine." 

La vie sans les internationaux 

"On ne peut être que content. Double sélection franco-italienne au talonnage (Marchand-Ghiraldini), franco-française à la mêlée (Dupont-Bezy), franco-française sur le fond du terrain (Huget-Médard) en plus de Cheslin Kolbe. On est fier qu'ils parcourent les sélections. Il y a des substitutions possibles, il y a une profondeur de banc qui est en train de se construire. Tout ça nous donne le sourire. C'est difficile pour nous mais on ne peut être que content. On ne va pas se plaindre de suite de l'affaiblissement de l'effectif. Charge à nous de faire naître des joueurs aux mêmes postes, charge à eux d'élever leur niveau de jeu." 

"Rappeler des joueurs en club" Didier Lacroix

Le président du Stade Toulousain évoque la possibilité de rapatrier des joueurs peu utilisés lors de la tournée pour éviter une pénurie, notamment au poste de demi de mêlée : "On est très fier pour l'ensemble de nos joueurs mais viennent de suite après les problèmes de fonctionnement. Les entraîneurs de l'équipe de France ont fait appel à deux joueurs au même poste, par deux fois (talon et mêlée). La demande de tous les entraîneurs dans un moment comme ça c'est est-ce que tu vas vraiment les utiliser ou pas ? Peut-être qu'au cours de la tournée, on verra comment ils sont utilisés. _La légitimité c'est de les rappeler pour pouvoir jouer avec leur club s'ils ne jouent pas suffisamment."_ 

Les blessés et suspendus

"Les jeunes joueurs ont un peu plus de temps de jeu et sont performants. Gérer c'est prévoir. Par exemple, Cyril Baille, sur le papier, c'est le numéro un à son poste, c'est celui qui est en équipe de France. Et puis il y a des blessures. Gérer c''est prévoir. On avait prévu au poste de pilier gauche un peu plus de monde que de nature jusqu'à aller chercher David Ainuu qui du haut de ses 18 ans nous étonne sur sa maturité. Cela permet de créer cette émulation, cette concurrence. Ce clivage entre le monde pro et le monde de la formation, on essaie de le casser. Malheureusement, la conséquence c'est que l'équipe Espoir a un peu plus de mal pour composer ses équipes puisque l'effectif est absorbé par l'équipe première."

Possible de jouer sur les deux tableaux Champions Cup-Top 14? 

"On va garder la tête froide. On est dans une période faste dont on est fier, qui nous permet d'avoir le sourire. Ce sourire on ne va pas se l'interdire. L'an dernier, les joueurs se sont gagnés le droit de jouer la Champions Cup. Ce n'est pas juste pour dire ah tiens on est en Champions Cup et après on lâche la compétition. Derrière, on prend une poule de rêve avec trois champions d'Europe et cette histoire particulière que l'on a avec Bath. On gagne là-bas, on gagne contre le Leinster. Ce sont des matches géniaux à jouer. Là t'es pas obligé de te souvenir si le discours du président du début de saison était orienté vers le Top 14 ou la Coupe d'Europe. Il faut jouer instant par instant et se remettre les idées en place de suite derrière pour accueillir Bordeaux et en faire le match le plus important du moment.