Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Stade Toulousain : mieux défendre pour ne pas se faire manger par le LOU

samedi 25 novembre 2017 à 19:26 Par Paul Ferrier, France Bleu Occitanie

Après le leader le week-end dernier, place au dauphin. Un dauphin LOU. Pour la 11e journée du Top 14, le Stade Toulousain (4) se déplace ce dimanche à Lyon (2). Il va falloir gommer les petites erreurs qui minent le jeu des rouge et noir depuis quelques matchs pour espérer ramener au moins un point.

William Servat prévient : "On prône le jeu et on continuera de le faire. Mais le jeu intelligent."
William Servat prévient : "On prône le jeu et on continuera de le faire. Mais le jeu intelligent." © Radio France - Paul Ferrier

Toulouse, France

Dernier match de cette première période de doublons et le Stade Toulousain, qui n'avait pas un seul de ses joueurs titulaires avec le XV de France, aborde son déplacement avec une équipe quasi type. Les internationaux sont presque tous rentrés, seul Antoine Dupont (remplaçant avec les bleus contre le Japon) et Florian Verhaeghe (appelé dans le groupe France pour préparer le match d'hier) manquent à l'appel. Le troisième ligne Louis-Benoît Madaule est lui suspendu.

Composition du Stade Toulousain :

1- Lucas Pointud, 2- Julien Marchand, 3- Charlie Faumuina ; 4- Yoann Mestri, 5- Iosefa Tekori ; 6- Tala Gray, 7- François Cros, 8- Gillian Galan ; 9- Sébastien Bézy, 10- Zack Holmes ; 11- Yoann Huget, 12- Gaël Fickou, 13- Florian Fritz, 14- Cheslin Kolbe, 15- Thomas Ramos

Remplaçants :

16- Roumieu, 17- Castets, 18- Elstadt, 19- Axtens, 20- Tolofua, 21- Doussain, 22- Guitoune, 23- Aldegheri

Resserrer la défense

Sur ses trois derniers matches, le Stade Toulousain a laissé, trop souvent, ses adversaires le traverser. Trop facilement. Des moments d'absence qui coûtent cher. 4 essais encaissés à La Rochelle, 4 essais encaissés lors de la réception de Bordeaux-Bègles et 4 essais aussi pris à Montpellier. Cela fait 12 essais en 3 matches. C'est beaucoup trop note Florian Fritz : "Sur les trois derniers matches on ne peut pas dire que notre défense est top. On prend beaucoup de points, c'est compliqué à partir de là de gagner les matches. Il faut à tout prix, notamment en déplacement, se concentrer sur ce secteur." Le constat est le même, bien sûr, pour le staff technique.

"On prône le jeu et on continuera de le faire. Mais le jeu intelligent."

William Servat pointe lui, plutôt, les erreurs bêtes, évitables, qui font que le Stade Toulousain tend souvent le bâton pour se faire battre. Si l'on ne prend que le dernier match contre Montpellier, on pense à cette chistera tentée et manquée par Iosefa Tekori dans les 22 mètres adverse. Résultat, un essai en contre des Montpelliérains 80 mètres plus loin. William Servat a, sans doute aussi, en tête, ce jeu de déplacement au pied défaillant, où souvent, par manque de profondeur et de justesse, les ballons de pression et de déplacements voulus par les Toulousains se transforment en ballons de contre pour l'adversaire. L'entraîneur des avants admet que ces secteurs de jeux ont été travaillés cette semaine. "Quand on offre des points aussi facilement, c'est vrai que c'est compliqué, commente William Servat agacé. On prône le jeu et on continuera de le faire. Mais le jeu intelligent. Essayer de faire des passes dans son en-but, c'est peut-être un peu désagréable."

Le retour d'un Yoann Huget stigmatisé

Yoann Huget, après avoir été pointé du doigt avec le XV de France, fait donc son retour en Rouge et Noir. Et il sera titulaire et forcément observé. C'est un des cadres de l'équipe de France a avoir été largement critiqué. Certains ont même prédit la fin de sa carrière internationale après le match contre l'Afrique du Sud. Alors le Stade Toulousain, "sa famille" comme le dit William Servat, va tenter de le remettre en selle. Avec le Stade Toulousain, " il y a eu des matches cette saison où, sincèrement, il s'est drôlement impliqué.", rappelle en préambule William Servat. Ce dernier concède quand même que Yoann Huget est revenu au club, libéré par le XV de France en début de semaine, avec un bon mal de tête. Alors revenir au bercail doit lui permettre de se l''aérer. "Le fait de le changer un peu d'atmosphère aussi. Parce que c'est pas facile pour lui d'être sorti de cette équipe de France. Il revient dans son club, dans sa famille, c'est une bonne chose pour nous qu'il puisse rejouer. Yoann est un joueur de très haut niveau qui n'a pas failli avec nous depuis le début de saison et qui nous a beaucoup apporté." Quand on tombe de cheval, il faut tout de suite remonter en selle disent les cavaliers. Alors le Stade Toulousain, pour ne pas trop laisser douter son ailier, ne va pas attendre.

Retrouvailles entre anciens

Ce match, c'est aussi l'occasion pour certains anciens de recroiser une tête connue. Fréderic Michalak, l'ouvreur de cette équipe lyonnaise qui débutera sur le banc. "Ouais c'est toujours sympa de croiser des anciens co-équipiers", sourit Florian Fritz à l'évocation de "Fred". Quant à avoir des moments de complicité durant le match, là, le centre toulousain est plus réservé. "A nos âge, je ne sais pas si on a encore la lucidité pour", lance, dans un rire, Florian Fritz. Alors peut être céder à un petit plaisir, mettre un "caramel" à son pote : " Ouais ... ou lui, s'il m'en met un aussi. Faut faire attention quand même." Les anciens co-équipiers profiteront peut-être plus d'une petite mousse pour la troisième mi-temps. Mais, là encore, Florian Fritz, moins crédible, tente de faire avaler aux journalistes présents à la conférence de presse d’avant match que les troisièmes mi-temps n'existe plus ou presque. Alors pour la mousse d'après match : "Aujourd'hui on a plus le droit, enfin de moins en moins. Bon après oui, une, avec modération." En plus, il parait qu'une seule, c'est bon pour la récupération. Les autres, ils les payeront à l'entraînement.