Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby DOSSIER : Toute l’actualité du Top 14

Top 14 - Avant d'affronter Lyon, Brive doit rester frais dans la tête... pour souffler le chaud vers le maintien

vendredi 6 avril 2018 à 17:29 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Le sprint final pour le maintien en Top 14 est définitivement lancé pour le CA Brive, éliminé en 1/4 de finale de la petite coupe d'Europe la semaine dernière. Lyon se présente au Stadium ce samedi 17h45 pour la première des quatre finales qu'il reste à jouer au CAB sur la route du maintien.

Comme bien souvent que l'enjeu se tend, le pack de Brive devra être impérial
Comme bien souvent que l'enjeu se tend, le pack de Brive devra être impérial © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

Tout le monde en convient à Brive, le maintien se gagnera, en grande partie, "dans la tête et les corps suivront" dit François Da Ros, car "dans ces moments là, on n'invente plus le rugby" continue Gaetan Germain. "Comme on le dit souvent, _ce ne sont pas forcément les plus talentueux qui arrivent à s'en sortir_, mais ceux qui ont le meilleur mental et qui sauront être bons dans les moments clés. Là, on rentre dans les matchs clés" poursuit l'arrière. C'est précisément ce qui attend le CAB, à qui il reste maintenant quatre matchs à jouer pour se maintenir dans l'élite du rugby français.

Un groupe qui paraît encore frais pour le sprint final

Actuellement 13es du classement, et virtuellement barragistes pour disputer une rencontre à quitte ou double contre un club de Pro D2 en fin de saison, les Corréziens reçoivent ce samedi 17h45 au Stadium l'équipe de Lyon qui doit elle absolument gagner pour espérer disputer les phases finales, après son revers à domicile contre le Racing il y a quinze jours. Pour se sauver, la clé semble être de savoir rester frais mentalement jusqu'au bout de la saison, pour ne pas succomber à la pression inhérente à une telle position. Le CA Brive a l'expérience de ce genre de situation depuis sa remontée en 2013, notamment en arrachant le maintien au soir d'un ultime succès bonifié contre le Stade Français (27-0) en 2015.

"Tu ne te maintiens pas seulement si les mecs sont copains"

Le CAB saura-t-il rééditer cela ? "Il y a de l'usure", concède le talonneur François Da Ros. "Parce que c'est la fin de saison, parce que la saison est très compliquée cette année. Il y a eu plein d'événements qui ont fait qu'on n'a pas gagné de matchs, qu'on en a perdu de peu ou de beaucoup. En début de saison, nous avons compté jusqu'à dix-huit blessés. Donc, la saison est usante mais je crois que c'est pareil pour tous les clubs." Il n'en demeure pas moins que les Corréziens, partis avec l'effectif au complet à Newcastle le week dernier, et qui ont passé deux nuits sur place, semblent encore un peu frais si on s'en fie aux sourires et aux blagues. Soudés et resserrés, aussi, notamment après avoir eu leur mot à dire dans la mise à l'écart du manager Nicolas Godignon, il y a trois semaines.

Lyon... puis deux concurrents directs au maintien

Sauf que rester joyeux et positiver ne suffira. "Tu ne te maintiens pas seulement parce que les mecs sont copains" tempère Didier Casadei, toujours entraîneur en chef par intérim. "Tu te maintiens si tu es bon en conquête, si tu es bon en défense, si tu es discipliné, si tu es opportuniste sur les possessions que tu as, si tout le monde travaille dans le même sens, si tu as des temps faibles où tu ne prends pas de points. Il y a quand même une multitude de détails à gérer pour gagner les matchs." Il n'a pas manqué de le rappeler à sa troupe. Ensuite seulement, le CAB pourra entrevoir le maintien et le bonheur qu'il procure. "On rentre dans le money time, c'est excitant", embraye Gaëtan Germain, "ça nous fait penser au bonheur que nous a procuré le maintien contre le Stade-Français. On sait ce que ça fait et ça serait tellement beau de pouvoir le revivre. Cette saison est tellement galère... C'est ma pire saison depuis que je suis au club. Ca pourrait faire dix mois de galère pour un grand moment de bonheur."

Mais, pour espérer tout cela, le CAB devra avoir la tête, impérativement, et les jambes aussi. D'autant qu'après la réception de Lyon, les Corréziens devront négocier deux déplacements à Oyonnax et au Stade-Français, deux concurrents directs au maintien.