Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Top 14 - Aviron Bayonnais : divorce en vue à la tête du club ?

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le mode de gouvernance de l'Aviron Bayonnais Rugby Pro sera amené à évoluer dans les prochaines semaines. C'est en tout cas le souhait d'une partie des actionnaires et de Philippe Tayeb, le président du directoire de la SASP mais ce projet ne fait pas l'unanimité.

Philippe Tayeb, à la tête du directoire de l'ABRP, devrait prendre la tête prochainement, d'un tout nouveau conseil d'administration restreint
Philippe Tayeb, à la tête du directoire de l'ABRP, devrait prendre la tête prochainement, d'un tout nouveau conseil d'administration restreint © Radio France - Stéphane Garcia

Elles n'ont ni la force, ni la puissance de Belharra mais quelques vagues ont fait leur apparition sur la Nive ces derniers temps. Des vagues de discordes et de désunion que l'on avait perdu l'habitude de voir ces derniers mois près du garage à bateau éponyme. 

Si sa figure de proue ne devrait pas changer et que Philippe Tayeb devrait rester en place, le mode de gouvernance de l'Aviron Bayonnais Rugby Pro sera amené à évoluer dans les prochaines semaines avec une assemblée générale des convoquée le 2 décembre, mais ce projet ne fait pas l'unanimité au sein des 176 actionnaires. 

Aujourd'hui, l'Aviron Bayonnais Rugby Pro est dirigé par une une organisation bicéphale. Deux organes. D'un côté le directoire, composé de quatre personnes et dont Philippe Tayeb est le président. Et d'un autre : le conseil de surveillance, où siègent quatorze membres, présidé par Pierre-Olivier Toumieux. Mais tout cela est donc est peut être bientôt de l'histoire ancienne...

Des divergences autour des travaux

Depuis quelques mois il y a des interférences, de la friture sur la ligne entre les deux hommes. Des divergences auxquelles se sont agrégés certains actionnaires. Au cœur des crispations : l'inversion du calendrier des travaux engagés à Jean Dauger et le prêt de 14 millions consenti par le club pour les financer. "Pharaonique, indécent" disent certains surtout en temps de crise. Ils auraient préféré que l'accent soit mis sur le projet AB Campus et qu'il débute avant la réfection du stade qui a commencé pendant le premier confinement avec les travaux de la toute nouvelle pelouse hybride. 

La pelouse du stade Jean Dauger a été entièrement refaite à l'intersaison
La pelouse du stade Jean Dauger a été entièrement refaite à l'intersaison © Radio France - Stéphane Garcia

Preuve de cette désunion, depuis le mois d’août, à l’initiative de quatre entrepreneurs phares du Pays Basque dont Mikel Charriton et Alain Etchart, une cellule d'actionnaires se réuni régulièrement pour créer ce nouveau conseil d'administration en remplacement du directoire et du conseil de surveillance. Le patron du groupe Etchart aurait d'ailleurs les épaules pour garantir les prêts bancaires à venir mais à condition d'avoir plus de pouvoir au sein du club. Payeur oui mais décideur aussi. A noter qu'une poignée d'actionnaires du conseil de surveillance a assisté au commencement à ces réunions de travail, avant de ne plus s'y rendre lors des derniers rendez-vous. 

Des voix s'élèvent contre l’autorité et la rapidité de ce processus. Pourquoi renverser la table pour quelques simples divergences? Le conseil de surveillance demande du temps, le report de cette résolution sur le changement de gouvernance pour apaiser la situation. D'autant que les votes de ce point à l'ordre du jour, doivent se tenir à bulletins secrets. Difficile en visioconférence, possible seulement lors d'une assemblée générale en présentiel. 

Le président répond aux attaques

De l'avis de contestataires, le processus aurait été accéléré par Philippe Tayeb par peur d'être en mis difficulté face à une grogne naissante lors de la prochaine élection du président du directoire en cette fin d’année. Le principal intéressé dément et se défend : "le club a besoin d'une gouvernance plus réactive qui puisse se réunir plus souvent. Il faut améliorer la prise de décision ainsi que la communication. Le président du club explique "qu'en l'état actuel des choses la procédure est trop lourde. Il y a des entreprises du coin qui veulent s'investir dans le club, c'est une excellente nouvelle par les temps qui courent. 

Si le calendrier a été accéléré ce n'est pas de mon initiative, c'est parce que certains actionnaires voulaient travailler sereinement et non pas sous la menace d'autres. Il était devenu impossible de continuer comme ça - Philippe Tayeb

Autre point d'achoppement, les "instances du territoire" présentes au conseil de surveillance. Cautions populaires, que sont les socios, les amateurs, les anciens, l'omnisport de l'Aviron Bayonnais. Ces entités n'auront plus droit de cité dans le nouveau conseil d'administration restreint. Elles craignent que leur voix ne compte plus. De ce côté là aussi, Philippe Tayeb se veut rassurant : "ils interviendront à titre ponctuel et consultatif, comme personnalités qualifiées, il n'est pas question de les exclure. Et puis l'association Aviron Bayonnais Rugby va aussi faire son entrée dans ce cercle, c'est une nouveauté". Des réunions ont déjà eu lieu, et d'autres sont programmées dans les prochains jours entre les représentants de ces entités et la direction du club.

Pour être adoptée, le 2 décembre prochain, cette résolution sur le changement de gouvernance devra rassembler les deux tiers de l'actionnariat. Lors de cette l'assemblée générale une augmentation de capital d'environ un million d'euros sera aussi soumise au vote des actionnaires. Ainsi qu'une réforme des statuts (concernant la cession des actions) et une modification de l'objet social du club.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess