Rugby

Top 14 : Bouteille à moitié pleine pour Bayonne qui concède le nul face à Castres (12-12)

Par Thibault Vincent, France Bleu Pays Basque samedi 27 août 2016 à 20:40

Les joueurs de l'Aviron Bayonnais en cercle après la victoire face à Toulon lors de la 1re journée de Top 14 dans un stade Jean-Dauger en liesse
Les joueurs de l'Aviron Bayonnais en cercle après la victoire face à Toulon lors de la 1re journée de Top 14 dans un stade Jean-Dauger en liesse © Maxppp - Franck Muller - Nice Matin

Après leur victoire face à Toulon lors de la 1re journée (28-23), les Bayonnais rêvaient de la passe de 2 à domicile face à Castes dans un Jean-Dauger bouillant, mais n'ont pu totalement confirmé. L'Aviron concéde un nul heureux (12-12) qui laisse pourtant des regrets.

"Un résultat positif"

C'est un sentiment étrange qui se dégageait à la fin de la rencontre. La satisfaction d'un résultat positif pour des Castrais heureux de prendre 2 points à l'extérieur, chez un promu certes mais qui vient d'accrocher Toulon à son tableau de chasse. La satisfaction de rester invaincu à domicile et d'avoir tenu tête à deux cadors du top 14 pour l'Aviron. Mais pointait aussi un goût d'inachevé. L'entraineur en chef bayonnais Vincent Ectheto :

Christophe Urios (entraineur de Castres, ndlr) doit être comme moi un peu déçu, il aurait pu le gagner, mais il aurait pu le perdre aussi. Un résultat nul c'est toujours comme ça, c'est mitigé. Après j'ai dit aux joueurs que c'était un résultat positif. La bouteille à moitié vide ou à moitié pleine, pour moi elle est à moitié pleine parce qu'on fait 6 points

La bouteille est à moitié pleine après le match nul concédé face à Castres estime l'entraineur bayonnais Vincent Etcheto

Une invincibilité qui fait du bien

Psychologiquement, le fait de ne pas avoir perdu, et même d'avoir tenu la dragée haute consécutivement à deux ténors du championnat a également de quoi faire du bien dans les têtes bayonnaises estime le demi-de-mêlée Emmanuel Saubusse :

Le demi-de-mêlée Emmanuel Saubusse à l'entrainement lance le jeu sous le regard de Bastien Duhalde (chasuble jaune) - Radio France
Le demi-de-mêlée Emmanuel Saubusse à l'entrainement lance le jeu sous le regard de Bastien Duhalde (chasuble jaune) © Radio France - Thibault Vincent

On va être quand même satisfaits de ces 2 points. On est invaincus sur ces 2 matchs donc c'est positif et ces 2 points pris ils seront important pour la suite du championnat. Il y avait de la pression, attaquer 2 matchs à domicile quand on est promu c'est toujours compliqué. On a su quand même répondre présents sur ces 2 matchs. Bien sûr on avait pour objectif de faire 2 victoires, mais on savait aussi qu'on aurait pu faire 2 défaites, on ne savait pas trop comment se situer dans ce championnat

Le demi-de-mêlée bayonnais Emmanuel Saubusse retient les 2 points face à Castres et l'invincibilité préservée à Jean Dauger

Un avertissement sans trop de frais

Les Bayonnais le savent, dans l’optique du maintien tous les points vont compter dans ce championnat, notamment ceux pris face à de grosses cylindrées. Ils savent aussi que ce résultat est loin d'être malheureux. Menés toute la partie, ils ont longtemps senti souffler la menace d'une défaite rappelle le 2e ligne Adam Jaulhac :

Y a toujours des regrets. On était à la maison, l'objectif était clair, c'était la victoire. Après aux vues des circonstances du match, je dirais pas que c'était bien payé mais c'est un moindre mal. On a réussi à accrocher le match nul à la fin, on va s'en contenter pour l'instant, mais il ne faudra pas que ça se reproduise. On a envie de gagner à la maison, que Dauger soit une place imprenable, de refaire de ce club ce qu'il était autrefois

Le match nul contre Castres est un moindre mal estime le 2e ligne bayonnais Adam Jaulhac

Le 2e ligne de l'Aviron Adam Jaulhac (16), le pas et le regard décidés, tourné vers l'avenir aux côtés du pilier Jérôme Schuster (42) - Radio France
Le 2e ligne de l'Aviron Adam Jaulhac (16), le pas et le regard décidés, tourné vers l'avenir aux côtés du pilier Jérôme Schuster (42) © Radio France - Thibault Vincent

Jean-Dauger véritable 16e homme

Le public bayonnais, bouillant encore hier, a lui répondu présent et pousser derrière son équipe. Un véritable plus note Christophe Urios le manager tarnais qui se satisfait du match nul, estimant qu'il était compliqué de s'imposer dans ce stade et que ses joueurs n'avaient pas fait tout ce qu'il fallait pour :

Il me semble qu'on a bien contrôlé le match, on a fait à peu près ce qu'on voulait. Après pour gagner des matchs à l'extérieur dans un contexte aussi difficile que Bayonne, il faut être capable de rester disciplinés pendant 80 minutes, ça n'a pas été le cas, de marquer sur toutes les actions qu'on s'est créé. Il faut être solide, avec un public quand même très présent. Ca les rend fiers, donc pendant 80 minutes il ne faut pas lâcher

Christophe Urios le manager Castrais se satisfait du nul dans ce stade Jean-Dauger qui donne un supplément d'âme à son équipe bayonnaise

Chrisophe Urios qui se montrait par ailleurs admiratif du parcours et de la solidité de Bayonne depuis un an, en dépit des déboires rencontrés (relégation, fusion avortée, reconstruction)

"Se décomplexer"

Un parcours qui a inculqué l'humilité à ce groupe revanchard qui s'est construit dans la difficulté l'an passé. Or, les joueurs se sont peut-être justement montrés trop humbles face à Castres, n'osant pas se lâcher totalement, hésitant et inhibant ainsi leur jeu d'attaque audacieux qui a fait leur réussite ces derniers mois, déplorait Vincent Etcheto

On fait une première mi-temps très moyenne dans l'engagement et surtout on est un peu timides ! Ce que j'ai dit aux joueurs c'est qu'il faut se décomplexer. On a joué un vice-champion de France et champion d'Europe quasiment, on a joué une équipe qui était dans les 6 l'an dernier, qui était barragiste, on a joué ce qui se fait de mieux actuellement sur le top 14 et on a pas à en rougir. Il faut que nos joueurs soient capables de se confronter à ses joueurs là, en les regardant en face et en leur disant "au meilleur la chandelle". Mais il faut qu'ils se décomplexent, ça va venir.

Les joueurs bayonnais doivent se décomplexer, ils n'ont pas à rougir devant ces grosses équipes du Top 14, affirme l'entraineur de l'Aviron Vincent Etcheto

L'entraineur bayonnais reconnait également que cette inhibition face à Castres, notamment dans le jeu de relances endiablées depuis leur 22 mètres que les Bayonnais savent si bien faire, mais qu'on a que trop peu vu contre les Tarnais, tenait pour beaucoup à la performance de l'arrière Martin Bustos Moyano. L'Argentin, excellent depuis plusieurs mois, véritable tour de contrôle du jeu de relance de l'Aviron, a livré hier un match emprunté, un "demi-teinte" de l'aveu même d'Etcheto. Pour preuve, les 2 pénalités manquées dont une face aux poteaux d'un buteur habituellement efficace. Un accident de parcours qui arrive à tout le monde, mais qui a pesé contre le CO.

Fiche Technique

Samedi 27 août 2016 (Stade Jean-Dauger), Bayonne et Castres 12 - 12 (mi-temps : 3-6).

Arbitre : Maxime Chalon. Nombre de Spectateurs : 12.800

Points : 4 pénalités de Du Plessis (40, 47, 69, 72) pour Bayonne ; 4 pénalités d'Urdapilleta (8, 28, 43, 54) pour Castres

Cartons jaunes : Monribot (54) pour Bayonne ; Lazar (63), Dupont (72)

Bayonne : Bustos Moyano - Poki (Tisseron, 63), Le Bourhis, Jané (Lovobalavu, 42), Martial - (o) Du Plessis, (m) Rouet (Saubusse, 60) - Marmouyet (Chouzenoux, 41), Beattie, Monribot (cap.) - Jaulhac (Oulai Dion, 56), Donnelly - Cittadini (Choirat, 53), Arganèse (Leaiataua, 48), Khinchagishvili (Schuster, 59).

Castres : Palis - Agulla (Taumoepeau 68), Combezou (Taumoepeau 56-59), Ebersohn, Smith - (o) Urdapilleta, (m) Dupont - Bias (Mafi, 58), Tulou (Tichit 66-74), Babillot - Capo Ortega (cap.), Jacquet - Tussac (Montes, 41), Rallier (Mach, 65), Tichit (Lazar, 41)

Les Résultats de la 2e journée

  • Pau - Toulon 18 - 22
  • Grenoble - La Rochelle 19-22
  • Racing 92 (bo) - Lyon 29-16
  • Brive - Stade Français 25-20
  • Toulouse - Bordeaux-Bègles 22-17
  • Montpellier - Clermont (dimanche 16h15)

Partager sur :