Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby DOSSIER : Top 14 : résultats, classement et calendrier

Top 14 - D. Casadéï : "Trop de moments faibles pour espérer nous maintenir"

dimanche 29 avril 2018 à 15:38 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

La relégation en Pro D2 du CA Brive entérinée, Didier Casadéï analyse à chaud la saison du CAB. L'entraîneur des avants, devenu entraîneur en chef après l'éviction de Nicolas Godignon, insiste sur le besoin d'analyser les raisons de cet échec et fait part de sa motivation à rester au club.

Didier Casadéï a enfilé plusieurs casquettes cette saison avec Brive
Didier Casadéï a enfilé plusieurs casquettes cette saison avec Brive © Maxppp - Max Berullier

Brive-la-Gaillarde, France

Pourquoi le CA Brive en est-il arrivé là ? Après la défaite à Paris et la relégation confirmée du CAB en Pro D2 la saison prochaine, Didier Casadéï commente à chaud "l'échec" du club comme l'a dit le président Simon Gillham. L'entraîneur des avants, passé entraîneur en chef par intérim à l'automne lors de l'opération du dos de Nicolas Godignon avant de reprendre les commandes en fin de saison  à la suite de l'éviction de ce dernier, invite à faire un inventaire sans concession des carences de la saison.

France Bleu Limousin :  Brive descend. Quel constat global, Didier ?

Didier Casadéï : On est très triste du dénouement. On est très déçu pour nos supporters, pour nos sponsors. On peut féliciter les équipes qui sont devant nous, on a été moins performant. On a eu trop de moments faibles pour espérer nous maintenir. On s’est mis une balle dans le pied en perdant nos trois premiers matchs à domicile. Du coup, on a toujours été sous pression. On a eu une accumulation de détails qui, mis bout à bout, ont fait que c’était insuffisant.

FBL : Cette saison a été marquée par plusieurs changements dans le staff avec les départs de Philippe Carbonneau et Nicolas Godignon. A quel point ont-ils pesé dans la gestion de la saison ?

DC : C’est une saison très difficile. Avec Carbo, on est comme des frères. On a 25 ans d’amitié. Quand il est parti, c’a été un moment difficile. Au même titre que Nico avec qui on bossait ensemble depuis pas mal de temps. On a passé des années à faire chambre ensemble et à vivre dix heures au bureau tous les jours. C’est la vie d’un club. Elle n’est jamais linéaire, elle est faite de bons et de mauvais moments. Là, c’est très mauvais parce qu’on est très affecté par l’issue de la saison. Maintenant, Brive est un grand club et il repartira. On a des bases saines, des finances très bien gérées. On va améliorer nos structures qui nous font un petit peu défaut. Que ce soit au niveau du centre d’entraînement qui n’est pas encore là. Que ce soit au niveau de nos infrastructures avec les terrains. On va reconstruire pour repartir de l’avant, revenir encore plus fort et tenir encore plus longtemps quand on aura l’occasion de revenir en Top 14. J’espère le plus tôt possible.

"Bien analyser les raisons de notre échec"

FBL : Es-tu usé par la saison ? As-tu envie de repartir ?

DC : Pour l’instant, on est dans la déception. On va bien analyser les raisons de notre échec. C’est important de mettre le doigt sur les choses qu’on a mal fait pour ne pas les reproduire afin d’être plus costaud.

FBL : Brive a été critiqué pour la qualité de son rugby. Comment vois-tu les choses ?

On a vécu des périodes difficiles, on a perdu deux fois à la 79e minute. Sur certains secteurs, on a été moins performant, comme la conquête et notamment la mêlée fermée. Offensivement, on a eu du mal. La position qu’on a au final, elle est méritée. C’est clair qu’il va falloir, comme je l’ai dit, bien réfléchir sur les raisons qui ont fait qu’on en est là.

"Je veux rester. Brive, c'est mon club"

FBL : Avez-vous eu du mal à vous adapter aux nouvelles règles (moins de pénalités accordées sur les mêlées fermées, évolution de l’arbitrage dans les rucks, etc.) qui ne vous ont pas permis de construire vos matchs comme par le passé ?

DC : C’est clair qu’il y a eu pas mal d’évolutions, notamment sur la mêlée et les ballons portés qui sont moins sifflés. Ce n’est pas une excuse. On doit être capable de faire un jeu complet, dans toutes ses formes. On a aussi une équipe un petit peu âgée. Il y a pas mal de choses à améliorer.

FBL : Revenons à ton cas. Tu restes ? Tu as envie de rester ?

DC : Oui, je veux rester. Brive, c’est mon club. Les dirigeants m’ont fait confiance pour me faire signer un nouveau contrat (jusqu’en 2020) au moment où ils n’étaient pas obligés de le faire, dans une période difficile (courant janvier, ndlr). J’ai la confiance de gens que je respecte, que j’apprécie et qui font du bon travail. Je trouve, sans faire le lèche-bottes que beaucoup de critiques sur le président sont trop exagérées et méchantes. Il fait un travail considérable pour ramener beaucoup d’argent au club et c’est un vrai passionné. On doit rassembler nos forces plutôt que, parfois, s’éparpiller. Car le CAB a beaucoup de supporters, on le voit surtout d’ailleurs quand on est dans la difficulté. Beaucoup de gens aiment l’équipe. Il y a des passages difficiles, on en vit un. Cela doit nous rebooster pour redevenir meilleur, à court terme j’espère.