Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Top 14 - Finale : le Castres Olympique à l'assaut de Montpellier

vendredi 1 juin 2018 à 18:25 Par Damien Gozioso, France Bleu Occitanie

Pas favori en finale face à Montpellier qui a terminé premier de la saison régulière, le Castres Olympique croit pourtant très fort en sa chance et compte bien soulever ce samedi soir (20h45) son 5e bouclier de Brennus.

Benjamin Urdapilleta fera tout pour échapper aux Montpellierains samedi soir.
Benjamin Urdapilleta fera tout pour échapper aux Montpellierains samedi soir. © AFP - Sylvain Thomas

Depuis le début de ces phases finales, le Castres Olympique s'est fait un malin plaisir à déjouer les pronostics en venant à bout tour à tour du Stade Toulousain à Ernest-Wallon (23-11) puis du Racing 92 en demi-finale à Lyon (19-14). Jamais deux sans trois ? C'est ce qu'espèrent les joueurs de Christophe Urios qui savent que la marche qui les sépare du Brennus sera la plus haute à gravir.

Ne pas s'en faire une montagne

"On ne va pas affronter des martiens quand même" dédramatise le manager castrais Christophe Urios en préambule à ce match. Pourtant, cette saison son équipen'a pas réussi à battre le MHR. À l'aller les Montpellierains s'étaient imposés sous le déluge à Pierre-Fabre (22-17) tandis qu'au retour le CO avait vite lâché à l'Altrad Stadium (45-7). Pour se rassurer le Castres Olympique peut relever qu'en 5 confrontations en phases finales, les Tarnais mènent 3-2 (victoires lors des barrages 2012, 2013 et de la demi-finale 2014 ; défaite lors des barrages 2011 et 2016). Il n'y a pas de complexe à faire pour l'éternel 2e ligne Rodrigo Capo Ortega, lui préfère retenir les bons souvenirs face à Montpellier et lance : "Le plus important c'est ce qu'il se passe dans nos têtes. Si on est mieux et plus forts qu'eux alors... On pourrait dire qu'on a enclenché le pilote automatique, on est sur notre nuage, tranquille, et ça va monter crescendo".

Les Castrais qui ne veulent avoir aucun regret au coup de sifflet final savent que le plus dangereux sera de regarder jouer un MHR jamais aussi fort que quand il est en mesure de gérer le match à son rythme. Christophe Urios aura encore une fois l'occasion de montrer qu'il maître dans l'art de trouver les clés pour faire déjour son adversaire. "Quand tu fais déjouer l'adversaire et que tu es bon défensivement, tu limites le fait de perdre le match, prophétise Urios. Ensuite tu peux imposer ton propre plan de jeu". Voilà pour le match vu du tableau blanc, reste à l'appliquer durant 80 minutes (ou plus !) dans un Stade de France que pas mal de Castrais vont découvrir.

Une finale, deux modèles

Beaucoup de joueurs du CO fouleront ce soir au Stade de France cette pelouse pour la première fois. Et pourtant il ne faudra pas se laisser submerger par ce que représente cette finale : "Les mecs qui doutent parce qu'il y a du monde au stade ou beaucoup de projecteurs, il ne faut pas qu'ils mettent le maillot" prévient Urios. Dans l'enceinte dyonisienne 80.000 supporters prendront place soit le double de la population de la sous-préfecture du Tarn ! Mais justement, cette finale valide aussi un modèle qui n'est pas celui du "rugby business" que représente le MHR. Thomas Combezou qui a porté le maillot du club héraultais avant de venir à Castres résume son point de vue : "Je préfère défendre les couleurs d'un club comme le CO, qui n'est pas le plus beau ni le plus fort, où tout est à construire plutôt qu'un club construit sur du fictif, avec beaucoup d'argent et des stars à tous les postes. Je préfère jouer avec des joueurs au potentiel peut-être inférieur, mais dont je sais qu'ils mouilleront le maillot".

Thomas Combezou : "Je préfère défendre un club comme le Castres Olympique"

Ce samedi 34 bus et 2 trains de supporters du CO sont attendus à Paris. Comme en barrages et en demi-finale les Tarnais comptent bien remporter la bataille des tribunes. Sur le terrain le XV de départ sera celui venu à bout du Racing à une exception près, le 2e ligne blessé Thibault Lassalle est contraint de laisser sa place à Rodrigo Capo Ortega. Les Castrais se sont mis au vert avant ce match au Château de Maffliers, dans le Val d'Oise... comme lors de leur précédent titre en 2013. C'était aussi le lieu de résidence du RCT l'année suivante quand les Varois ont battu le CO en finale. Faut-il y voir un autre signe, réponse ce samedi soir peu avant 23 heures...

Castres Olympique / Montpellier Hérault Rugby, la finale du Top 14, en direct du Stade de France et de la place Pierre-Fabre à Castres, c'est à vivre dès 20h30 sur France Bleu Occitanie !

Les équipes

Castres Olympique : 15. Dumora ; 14. Batlle, 13. Combezou, 12. Taumoepau, 11. Smith ; 10. Urdapilleta, 9. Kockott ; 7. Jelonch, 8. Tulou, 6. Babillot ; 5. Capo Ortega, 4. Jacquet ; 3. Kotze, 2. Rallier, 1. Tichit.
Remplaçants : 16. Firmin, 17. Stroe, 18. Samson, 19. Vaipulu, 20. Vialelle, 21. Radosavljevic, 22. Mafi, 23. Faanunu.

Montpellier Hérault Rugby : 15. Mogg ; 14. Fall, 13. Steyn, 12. Dumoulin, 11. Nadolo ; 10. Cruden, 9. Pienaar ; 7. Galletier, 8. Picamoles, 6. Ouedraogo ; 5. Willemse, 4. Van Rensburg ; 3. J. Du Plessis, 2. B. Du Plessis, 1. Nariashvili.
Remplaçants : 16. Ruffenach, 17. Fichten, 18. Hoeata, 19. Bardy, 20. Sanga, 21. Immelman, 22. Tomane, 23. Kubriashvili.