Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Top 14 : «Frustrés », les réactions bayonnaises après la défaite à Paris (33-27)

-
Par , France Bleu Pays Basque

L’Aviron est passé tout près d’un nouvel exploit ce samedi 7 septembre, lors de la 3e journée de Top 14. Mais les Bayonnais cette fois repartent bredouille de Paris, battus (33-27) chez le Stade Français, après une entame catastrophique et en gâchant plusieurs balles de matchs.

Swan Cormenier et ses équipiers bayonnais n'étaient pas loin de renverser le Stade Français à Paris
Swan Cormenier et ses équipiers bayonnais n'étaient pas loin de renverser le Stade Français à Paris © AFP - François Guillot

Bayonne, France

Le masque de Yannick Bru, à la fin de la rencontre, ne trompe pas, les Bayonnais sont conscients d’avoir laissé échapper des points importants lors de la 3e journée de Top 14. « Le regret, après cette débauche d’énergie, de repartir avec 0 point. » Voilà le sentiment du manager de l’Aviron après la défaite (33-27) sur le terrain du Stade Français ce samedi 7 septembre

"C'est un peu raide"

Les Bayonnais auraient en effet mérité de prendre le bonus défensif. Au minimum. Parce qu’ils ont aussi eu des balles de match - 2 pénalités, 2 actions d’essais – qu’ils n’ont pas su concrétiser dans le dernier quart d’heure. D’où la réaction après match du capitaine Antoine Battut « forcément un peu frustré quand tu viens échouer à 6 points. Sur le plan comptable c’est un peu raide ».

Sentiment mitigé pour Antoine Battut, le capitaine bayonnais

La conquête gagnante

« Des occasions manquées, des points donnés aussi, reconnait son manager. On a démarré le match 20 minutes en retard. » Bayonne, à côté de ses crampons, était en effet parti pour prendre une grosse valise dans la capitale. Deux essais trop facile de Paris et une pénalité en moins d’un quart d’heure semblaient sonner le glas des ambitions bayonnaises (17-0, 13e).

Et pourtant, encore une fois, les ciels et blancs ont su se ressouder et se battre jusqu’au bout. _« Quand on commence à croire en nous, on sait qu’on est capables d’être dangereux »_, analyse Yannick Bru. Derrière une conquête détonnante, dominateur en touche et en mêlée, l’Aviron refait son retard (20-10, 32e). 

La frustration de Yannick Bru, le manager de l'Aviron

La polémique de la 60e

Mais il donne aussi des points trop faciles au Stade Français qui virent confortablement en tête à la pause après un 2e essai personnel de l’ancien ailier bayonnais Adrien Lapègue-Lafaye (27-10).

La seconde période est à l’avantage de l’Aviron, malgré dix minutes à 14 suite à un carton jaune (Jaulhac, 60e) alors que les Bayonnais jouent à 13 après la blessure sur la même action de Peyo Muscarditz (épaule) et la commotion de Johannes Graaff (commotion), obligé de sortir sans que le jeu ne soit interrompu, au grand dam de Yannick Bru. 

"Tout le monde est à la mesure du Top 14"

La suite, on la connait. Bayonne revenu sur les talons des Parisiens n’arrive pas à concrétiser ses occasions et laisse filer victoire et bonus défensif. Frustrant. D’autant que l’Aviron avait fait tourner son effectif dans les grandes largeurs. « Vous avez pu découvrir l’intégralité de l’effectif, et tout le monde est à la mesure du Top 14 », se réjouit Antoine Battut.

Encourageant, mais maintenant il faut capitaliser. La semaine prochaine, l'Aviron sera sous pression avec l'obligation de s'imposer face à Castres (samedi 14 à 18h), revanchard après sa défaire à domicile face à Bordeaux (voir ci-dessous).

L'Infirmerie se remplit

L'Aviron a perdu deux nouveaux joueurs à Paris. Jean-Baptiste De Clercq, le pilier droit, ne s'est pas relevé après une mêlée en première mi-temps. Il est sorti avec le bras en écharpe, sans doute victime d'une luxation claviculaire (épaule). Peyo Muscarditz, auteur encore une fois d"une belle prestation au centre, s'est lui aussi blessé à l'épaule.

Choix de la station

France Bleu