Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Top 14 : L'Aviron se contraint à l'exploit contre Toulouse

-
Par , France Bleu Pays Basque

L'Aviron Bayonnais reçoit le Stade Toulousain ce samedi 29 février pour la 17e journée du Top 14 (18h). Les hommes de Yannick Bru, qui viennent de mettre fin à une période de 4 mois sans victoire et ont réussi leurs deux premières "finales", doivent confirmer en réalisant l'exploit face au champion

A Toulouse, lors de la 10e journée fin novembre 2019, les Stadistes d'Alban Placines avaient surclassé les Bayonnais
A Toulouse, lors de la 10e journée fin novembre 2019, les Stadistes d'Alban Placines avaient surclassé les Bayonnais © Maxppp - Xavier de Fenoyl / La Dépêche du Midi

A l'heure d'affronter le champion en titre pour la troisième de ses 12 finales pour le maintien jusqu'à la dernière journée, l'Aviron se présente avec l'humilité du nouveau venu dans la cour des grands. Si les Bayonnais visent la victoire lors de la 17e journée de Top 14, ce samedi 29 février, ils affirment pourtant qu'elle relève de l'exploit.

"C'est eux les gros"

Fausse modestie ? Pas tout à fait. Les hommes de Yannick Bru ont encore en mémoire la cinglante défaite du match aller à Toulouse (45-10). Certes réduit rapidement à 14 puis 13, les Bayonnais avaient tout de même pris une leçon face au champion en titre, pourtant pas au mieux et surtout privé de ses mondialistes. Pas question donc de baisser la garde malgré l'absence de nombreux titulaires stadistes (voir ci-dessous).

"Si on gagne, c'est un exploit. C'est eux les gros, c'est nous les petits", affirme Guillaume Ducat, le deuxième ligne bayonnais récemment appelé en équipe de France pour suivre la préparation du match contre le Pays de Galles. 

"C'est la guerre ce week-end"

Un exploit qui s'avère primordial dans le tableau de marche que s'est fixé l'Aviron, tout juste revigoré au lendemain de sa première victoire depuis 4 mois en championnat mais toujours sous la menace des relégables. "Ca va être un match très difficile, prévient Eric Artiguste, entraineur de la défense bayonnaise et ancien stadiste, à nous de confirmer la bonne prestation du week-end dernier (contre le Stade Français, ndlr), . On a besoin de points, eux aussi."

On peut donc s'attendre à une sacrée bataille entre deux équipes sous pression, l'une pour le maintien, l'autre pour la qualification et la défense de son titre. "C'est la guerre ce week-end, confirme Lucas Tauzin, ailier toulousain. Il n'y aura pas d'épargnés. Surtout devant, mais aussi derrière. Partout. Ils auront le couteau entre les dents."

"Faire un match plus que parfait"

Les Bayonnais s'attendent à un état d'esprit semblable de la part de leurs adversaires : "c'est des ogres. On connait leur soif de victoires", se méfie Peyo Muscarditz. Pour le centre et vice-capitaine de l'Aviron, c'est sans doute le plus gros match que son équipe aura à jouer. "On s'attend à une équipe qui va nous forcer à faire le match plus que parfait (...) Il faudra être dans un grand jour comme on en a rarement vécu dans notre carrière"

Un combat et une intensité dont l'issue se jouera d'abord devant. "On parle souvent des trois-quarts du Stade Toulousain mais ils sont bons parce que le paquet d'avant a fait le boulot, pris le dessus sur l'équipe adverse", avertit Eric Artiguste. "Il faudra être très sérieux sur notre conquête directe et en défense pour essayer de les battre", confirme Guillaume Ducat. 

L'appui d'une confiance en hausse

Les Bayonnais pourront s'appuyer sur la confiance retrouvée ces dernières semaines - et notamment avec la victoire acquise face au Stade Français (28-17) le week-end dernier - après avoir touché le fond contre Agen (22-23) et décrêté l'état d'urgence pour se sauver. "Le point gagné à Montpellier (31-29, 15e journée) a revigoré le groupe, affirme Eric Artiguste (...) On sent que les mecs en avaient besoin. On sent un peu plus de joie. Ca a fait du bien au collectif."

Reste le plus dur : confirmer face à ce qui se fait de mieux en France, Toulouse, et engranger cette 2e victoire que les entraîneurs ont demandé au groupe avant d'attaquer le bloc de 3 matchs à Montpellier il y a 2 semaines.

Match à vivre en intégralité sur France Bleu Pays Basque dès 17h30 en compagnie de Brandon Fajardo et Stéphane Garcia

Les compositions

8 changements à l'Aviron

Si peu de changements avaient été effectué entre le déplacement bonifié à Montpellier et la réception enfin victorieuse du Stade Français, les Bayonnais ont décidé de changer une équipe qui a gagné et d'insuffler du sang neuf face aux Toulousains. Huit joueurs intègrent le XV de départ, dont 5 devant (seuls Ducat et Monribot sont reconduits). 

  1. Ugo Boniface
  2. Torsten Van Jaarsveld
  3. Luc Mousset
  4. Mariano Galarza
  5. Guillaume Ducat
  6. Jean Monribot (cap)
  7. Filimo Taofifenua
  8. Matthew Luamanu
  9. Michael Ruru
  10. Maxime Lafage
  11. Arthur Duhau
  12. Yan Lestrade
  13. Peyo Muscarditz
  14. Alofa Alofa
  15. Julien Tisseron

Remplaçants : 16. Maxime Lamothe, 17. Aretz Iguiniz, 18. Pieter-Jan Van Lill, 19. Sione Tau, 20. Guillaume Rouet, 21. Manuel Ordas, 22. Romain Barthélémy, 23. Census Johnston

Le Stade Toulousain sans les internationaux

Ils sont pas moins de 7 joueurs à être retenus avec l'équipe de France (Julien Marchand, Peato Mauvaka, François Cros, Selevasio Tolofua, Antoine Dupont, Romain N'Tamack, Thomas Ramos), sans compter les nombreux blessés (Baille, Faumuina, Ainu'u, Bézy, Bélan)

  1. Clément Castets
  2. Guillaume Marchand
  3. Dorian Aldegheri
  4. Rory Arnold
  5. Iosefa Tekori
  6. Louis-Benoît Madaule
  7. Rynhardt Elstadt
  8. Jérôme Kaino
  9. Pierre Pagès
  10. Zack Holmes
  11. Lucas Tauzin
  12. Pierre Fouyssac
  13. Sofiane Guitoune
  14. Yoann Huget
  15. Cheslin Kolbe

Remplaçants : 16. Guillaume Cramont, 17. Rodrigue Neti, 18. Florian Verhaeghe, 19. Alban Placines, 20. Théo Idjellidaine, 21. Pita Ahki, 22. Maxime Médard, 23. Paulo Tafili

Choix de la station

À venir dansDanssecondess