Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Top 14 : Le Stade Toulousain vise le max face à Oyonnax

vendredi 26 janvier 2018 à 18:11 Par Damien Gozioso, France Bleu Occitanie

Après l’élimination en Challenge Cup, le Stade Toulousain doit conforter sa place dans le top 6 du championnat avec la réception de la lanterne rouge, Oyonnax, à Ernest-Wallon (18h).

Gaël Fickou et ses coéquipiers vont devoir garder le rythme face à Oyonnax.
Gaël Fickou et ses coéquipiers vont devoir garder le rythme face à Oyonnax. © Maxppp - Michel Viala

Toulouse, France

Le match nul décroché à Oyonnax lors de la première journée de la saison (23-23) avait donné le ton de la saison stadiste. Ambitieux dans le jeu, prometteurs parfois et forts sur les ballons de relance, les Toulousains avaient aussi fait preuve d’un certain manque de réalisme. Cinq mois plus tard le Stade Toulousain est 6e alors qu’Oyonnax a glissé au dernier rang du Top 14, « ces mecs là ont du cœur, c'est une équipe qu'on ne reçoit pas à la légère » affirme William Servat, entraîneur des avants du Stade.

Antoine Dupont seule victime des doublons

La semaine dernière les Toulousains ont quitté la Coupe d’Europe par une victoire face à Sale (28-21), « Finir par l'essai de la gagne sur la dernière action du match, ça permet de retrouver un peu plus le moral, espère le demi de mêlée Sébastien Bézy. On va repartir avec un peu de pensées positives ». Et puis nouveauté, le Stade Toulousain aborde la période des fameux doublons – le Top 14 qui continue en parallèle du Tournoi des 6 Nations – presque pas pénalisé : seul Antoine Dupont est sélectionné avec le XV de France et retenu à Marcoussis depuis le début de la semaine. « On a peut-être eu l'habitude d'y être à chaque fois et forcément ça fait drôle », explique Gaël Fickou, pas retenu par le nouveau sélectionneur Jacques Brunel. Le 3/4 centre poursuit : « C'est bien pour le Stade Toulousain, que toutes les forces vives soient disponibles à cette période, on n'aura pas d'excuse ».

Gaël Fickou : « Cette année, on aura encore moins d'excuses »

Un groupe quasi-complet donc, alors que d’ici la fin du mois de février les Rouge et Noir vont jouer face aux trois derniers du championnat. Oyonnax ce week-end avant Agen (13e) et Brive (12e). Une occasion en or d’engranger des points quand d’autres cadors pourraient être pénalisés par la période. L’an dernier Toulouse s’était effondré à ce moment de la saison, neufs joueurs étaient alors absents à cause du Tournoi.

Il faudra serrer les rangs

« Même s'ils sont derniers, ils produisent beaucoup de jeu. C'est une équipe qui a un temps de jeu important, il va falloir être costauds sur les bases avant de penser à mettre notre jeu en place » prévient le jeune arrière Thomas Ramos. Les Toulousains ont déjà payé leurs relâchements à domicile cette saison, et restent donc vigilants. « On parle de jeu à la toulousaine, mais prosaïquement ils te cassent d’abord la gueule » déclare pour sa part Adrien Buononato, le directeur sportif des « Oyomen », en prenant l’exemple de joueurs comme Faumuina, Tekori ou Fritz utilisés pour leur puissance. Et signe justement qu’Oyonnax ne vient pas en victime, l’équipe est arrivée en Haute-Garonne dès jeudi, afin de se préparer au mieux pour la rencontre.

Toulouse encaisse en moyenne 22 points par match à domicile. C’est beaucoup pour un candidat aux phases finales. En face, malgré son classement, Oyonnax est l’une des équipes les plus joueuses du championnat (468 minutes de possession) capable de passer plus de 30 points à La Rochelle, Clermont ou au Stade Français. Méfiance donc, au risque de connaître la même désillusion que la saison passée au même moment face à Pau, le début de la fin pour les Stadistes.

William Servat : « Cultiver l'esprit de gagne »

Lors du match aller, Tala Gray et Zack Holmes avaient parfois eu du mal à contenir les Oyomen. - Maxppp
Lors du match aller, Tala Gray et Zack Holmes avaient parfois eu du mal à contenir les Oyomen. © Maxppp - Laurent Thévenot

Les équipes :

Stade Toulousain : 15. Ramos - 14. Huget, 13. Fritz, 12. Fickou, 11. Médard - 10 . Ntamack, 9. Bézy - 7. Cros, 8. Axtens, 6. Elstadt - 5. Maestri, 4. Verhaeghe - 3. Faumuina, 2. Marchand, 1. Baille.
Remplaçants : 16. Ghiraldini, 17. Castets, 18. Tekori, 19. T. Gray, 20. Madaule, 21. Kolbe, 22. Guitoune, 23. Aldegheri.

US Oyonnax : 15. Basson - 14. Ikpefan, 13. Inman, 12. Seuteni, 11. Muller - 10. Botica, 9. Gondrand - 7. Ursache, 8. Grice, 6. Taïeb - 5. Battye, 4. Fabbri - 3. Mirtskhulava, 2. Macdonald, 1. Vartanov.
Remplaçants : 16. Gélédan, 17. Raynaud, 18. Browning, 19. Ma'afu, 20. Hall, 21. Veau, 22. Étienne, 23. Ceccarelli.