Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Top 14 : "On n'aurait jamais rêvé mieux", Bayonne enchaîne un 4e succès consécutif contre Montpellier (28-24)

-
Par , France Bleu Pays Basque

L'Aviron, promu promis à l'enfer en Top 14, remporte un 4ème succès consécutif contre Montpellier (28-24), et une 5ème victoire en 7 journées. Pourtant, de leur aveu même, les Bayonnais ont livré leur plus mauvais match, mais ils ont su trouver les ressources pour battre de rugueux Montpelliérains.

Les joueurs bayonnais, soutenus par leur public, remportent un quatrième succès consécutif en Top 14 face à Montpellier
Les joueurs bayonnais, soutenus par leur public, remportent un quatrième succès consécutif en Top 14 face à Montpellier © Radio France - Thibault Vincent

Bayonne, France

"On n'aurait jamais rêvé mieux", avoue Yannick Bru, le manager bayonnais, devantl'incroyable début de saison de l'Aviron.Face à Montpellier (28-24), ce samedi 12 octobre, les ciels et blancs enchaînent un quatrième succès d'affilée, et une cinquième victoire en 7 matchs. Bayonne reste sur le podium du Top 14 après 7 journées, mais continue de penser au maintien.

"A chaque fois une grande bagarre"

"Il faut garder beaucoup d'humilité, prévient l'ancien entraineur du XV de France. On est heureux, mois le premier, mais il ne faut pas non plus se méprendre sur nos victoires. On est pas au-dessus de nos adversaires, on est pas en dessous non plus, mais à chaque fois c'est une grande bagarre." Et si pour l'instant "les rebonds du destin" sont favorables à Bayonne, son patron sportif prédit qu'un jour cela s'inversera.

Et là, "ce sera compliqué" abonde Romain Barthélémy. L'ouvreur, comme l'ensemble du groupe, refuse de s'enflammer : "on ne va pas se prendre pour d'autres, on est peut-être _troisièmes ce soir, mais nous ce que l'on veut c'est avoir le maintien_." Car, l'Aviron surfe certes sur "une spirale positive", pour reprendre Yannick Bru, mais avec aussi de la réussite et du déchet. 

"Plus mauvais match"

D'ailleurs, il faut bien reconnaître que sur ce match, "sans doute notre plus mauvais depuis le début de la saison" estime Romain Barthélémy, les Bayonnais ont particulièrement souffert face à des Montpelliérains qui ont empoisonné leurs hôtes et les ont empêché de développer leur jeu. Heureusement les Héraultais ont tendu le bâton pour se faire battre par leurs fautes de mains, la fébrilité de certains joueurs, et une indiscipline coupable qui leur a valu 2 cartons jaune et un essai de pénalité en première période, et une expulsion en début de deuxième mi-temps.

Mais en face, les Bayonnais pas assez réalistes près des lignes et dans leur tentatives de coup de pieds placés, mal inspirés, gênés dans les rucks et sur les ballons portés des puissants héraultais, n'ont pas su en profiter. Ils ont même vu leurs adversaires leur repasser devant à l'heure de jeu. Mais encore une fois, Bayonne a su trouver les ressources dans la difficulté pour s'imposer.

L'apport du banc et la solidarité

"On s'est regroupés, on s'est soudés, c'est ce qui fait notre force," analyse l'ailier Arthur Duhau. La solidarité bayonnaise, la confiance de chaque joueur dans le groupe, a permis à l'Aviron de réagir très vite en inscrivant un 3e essai (Alofa, 63e), puis de tenir sa victoire dans les dernières minutes malgré une nouvelle vague d'assaut de Montpellier, jusque là très réaliste dans les 22 mètres adverses. "Le banc nous a beaucoup apporté", félicite Yannick Bru.

Son homologue Montpelliérain, Xavier Garbajosa, masque des mauvais jours, regrettait lui les presques 60 minutes passées en infériorité qui ont sans doute empêché son équipe de marquer sur les dernières actions et d'aller chercher mieux qu'un bonus défensif. "Au regard de la fin de match, on aurait pu avec un peu plus de précision chercher plus. Mais je crois l'équipe de Bayonne mérite sa victoire", reconnait le manager languedocien.

Jean Monribot victime d'un mauvais geste ?

Côté bayonnais, l'affrontement a laissé des traces et la victoire est entâchée de trois blessures inquiétantes dans un paquet d'avant déjà diminué. Le 2e ligne Mariano Galarza est sorti sur une commotion et a été touché au plancher orbital. Il doit passer des examens complémentaires. Le 3e ligne André Gorin s'est lui blessé au genou et devrait être absent plusieurs semaines selon le premier diagnostique du staff médical.

Mais les plus grosses craintes se portent sur Jean Monribot, sorti sur civière suite a un déblayage particulièrement violent du pilier gauche montpelliérain dans le dos. Le guerrier de la 3e ligne et capitaine bayonnais souffrirait des cervicales et a été conduit à l'hopital pour y passer des examens en fin d'après-midi.

Une action revue à la vidéo par les arbitres qui ont décidé de ne pas la sanctionner, à la surprise de nombreux observateurs. Yannick Bru lui élude, même si son visage en dit long sur le fond de sa pensée : "Je suis satisfait d'avoir gagné le match, je ne vais pas commenter les décisions de l'arbitre... on débriefera avec lui tranquillement."

Choix de la station

France Bleu