Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Top 14 : objectif sourire pour le Stade Français à Bordeaux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Place ce week-end à la 22e journée du Top 14 et le Stade Français qui a encore un déplacement plus que difficile ce samedi soir à Bordeaux. Les Bordelais ont absolument besoin de points pour rester dans la course aux phases finales : en face, Paris n'a gagné qu'un match en 7 rencontres.

Hugh Pyle et le Stade Français, battus à l'aller, veulent reprendre de hauteur
Hugh Pyle et le Stade Français, battus à l'aller, veulent reprendre de hauteur - ©stade.fr/photo Stéphane Hamel

Paris, France

Il y a un peu plus d'un an, le 7 mars 2015, le drop de Jules Plisson à la dernière seconde d'un match contre Bordeaux relançait le Stade Français à l'assaut des sommets et des phases finales. Un an plus tard, les deux équipes se retrouvent, mais cette fois-ci, c'est Paris qui peut relancer les Girondins. Les Stadistes, eux, tentent juste  de soigner leurs maux, en quête d'un sourire dans les cinq derniers matches de la saison. En quête d'un brin de certitude pour déjà aussi préparer l'avenir. En coulisses, cette page est d'ailleurs bien avancée pour ne pas dire quasi bouclée.

"Aujourd'hui, on n'a plus le choix, il faut jouer chaque match pour le gagner"

Reste qu'il y a un match à jouer ce samedi et des joueurs touchés dans l'orgueil -certains plus que d'autres- et un groupe qui n'a pas envie d'être ridicule durant encore cinq longues rencontres. Raphael Lakafia, absent ce week-end, fait toutefois partie des hommes sur lesquels Gonzalo Quesada peut compter, toujours prêt à se livrer sans calcul :  "la situation est tendue des deux côtés : eux jouent pour être dans les six, nous pour nous sauver. Cela va être un match très compliqué. On n'a plus le choix. (...) On est les premiers à souffrir de la situation et on a envie de prendre du plaisir et de gagner des matches. Croyez-moi. Il nous faut retrouver de la confiance, retrouver du collectif et du sacrifice".

Raphael Lakafia au micro FB 107.1

Essayer de rester positif malgré tout

"Dire qu'on est au fond du seau, c'est dur, c'est un peu excessif" explique Gonzalo Quesada mais l'entraîneur parisien de reconnaître aussi une situation pas évidente à gérer pour son groupe, champion de France le 13 juin dernier :  "c'est vrai que c'est dur, on sent cette frustration des joueurs de ne pas avoir joué à leur niveau ou pas un peu plus". Il n'a pas oublié non plus le match aller : "on sait que c'est Bordeaux aussi qui nous a fait beaucoup beaucoup de mal. On a encore les traces aujourd'hui, cette défaite est toujours dans un coin de ma tête. J'espère que dans celle des joueurs aussi. On a intérêt à sortir un grand match." Mais pour une fois, Gonzalo Quesada est apparu plus serein que d'habitude, malgré la mauvaise série en cours. Peut-être parce qu'il a enfin des garanties pour la saison prochaine et trouvé chaussure à son pied : "On travaille déjà pour l'année prochaine, on avance tranquillement, il y a un beau projet pour nos infrastructures au Saut du Loup mais surtout au stade Jean-Bouin. Et puis on attend un ou deux joueurs encore. Et il y a le staff bien sûr qu'on renforce. C'est presque bouclé...disons qu'il n'y a pas toutes les signatures de faites mais c'est bouclé, on attend le moment propice pour l'annoncer". Pour les noms, le mystère est savamment entretenu, Gonzalo Quesada et Pierre Arnald gardant le secret absolu après des semaines passées à ficeler leur dossier et brouiller les pistes des journalistes. Comme quoi le Stade Français sait encore entretenir la flamme en coulisses.

Gonzalo Quesada au micro FB107.1

"Notre motivation est toute faite, c'est d'assurer la continuité de notre club en Top 14"

Et pour positiver, il y a le capitaine Sergio Parisse, la force tranquille, l'optimisme chevillé au corps : "la vie quotidienne du groupe continue, c'est là qu'il faut essayer de rebondir. Dans ces moments de difficultés, on a deux options : soit rester sans se parler, à se dire toujours la même chose, à rester dans une spirale négative et laisser les matches passés sans prendre de point soit essayer de se relever, de faire quelque chose et de gagner des matches" et d'ajouter sur la rencontre du jour : "inconsciemment, dans la tête des joueurs, de tout le monde autour de nous, on nous dit vous n'allez pas descendre, vous recevez encore Agen et Oyonnax mais la réalité aujourd'hui, c'est que les matches, il faut les gagner. La réalité est qu'on n'est pas sauvé et tant qu'on n'est pas sûr mathématiquement d'être sauvé, on ne peut pas se projeter. Nous, les joueurs, on fera le bilan de ce qui n'a pas marché une fois qu'on aura fait le job." Mais le capitaine ne se prive pas tout de même pour déjà distiller son avis publiquement, en particulier sur l'effectif un peu juste du Stade Français, une critique d'ailleurs déjà exprimée à maintes reprises l'an dernier : "tout le monde a le droit de donner son avis. Moi, en tant que joueur, que capitaine, j'ai toujours dit les choses. J'ai su que peut-être le Président n'avait pas trop aimé ce que j'ai dit mais c'est la vérité, je ne me cache pas. Quand on voit les effectifs des autres, nous avons peut-être un effectif avec moins de quantité, de qualité, c'est la vérité (...) j'ai resigné car je suis attaché à ce club et je comptais sur les dirigeants sur l'avenir du club. Je garde ma confiance envers eux." Mais malgré ses appels répétés, pas vraiment certain qu'il soit écouté à défaut d'être entendu.

Sergio Parisse au micro FB 107.1

Bordeaux/Stade Français, un match à vivre en direct et en intégralité sur France Bleu 107.1, ce samedi, à partir de 20h45.

Les compos de l'UBB et du Stade Français 

Stade Français avec les retours d'Antoine Burban et de Sylvain Nicolas : Pascal Papé sur banc. Sakaria Taulafo-Laurent Sempéré-Paul Alo-Emile ; Hugh Pyle-Paul Gabrillagues ; Antoine Burban-Sylvain Nicolas-Sergio Parisse (CAP) ; Clément Dauin-Morne Steyn ; Jérémy Sinzelle-Meyer Bosman-Waisea-Julien Arias ; Hugo Bonneval. Remplaçants : Rémi Bonfils, Zurabi Zhvania, Pascal Papé, Jono Ross, Julien Tomas, Jules Plisson, Jonathan Danty et Rabah Slimani.

L'UBB sans Serin et Lesgourgues. Steven Kitshoff-Clément Maynadier-Sekope Kepu ; Julien Ledevedec-Juandre Marais ; Louis-Benoit Madaule-Luke Braid-Loann Goujon ; Heini Adams-Simon Hickey ; Adam Ashley Cooper-Julien Rey-Jean-Baptiste Duby-Sofiane Guitoune ; Metuisela Talebula. Remplaçants : Benat Auzqui, Sébastien Taofifenua, Cyril Cazeaux, Matthew Clarkin, Gauthier Doubrere, Pierre Bernard, Romain Lonca et Francisco Gomez Kodela.

Choix de la station

France Bleu