Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby DOSSIER : Top 14 : résultats, classement et calendrier

Top 14 - Récit d'une saison pourrie pour Brive, relégué en Pro D2

dimanche 29 avril 2018 à 10:54 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

C'est officiel, Brive est rétrogradé de Top 14 en Pro D2 à une journée de la fin de la saison régulière. Battu au Stade-Français ce samedi soir, le CAB ne peut plus rattraper Oyonnax, 13e, victorieux dans le même temps de Lyon. Retour sur la saison ratée du club briviste.

Trop souvent, Brive a été sur le reculoir cette saison
Trop souvent, Brive a été sur le reculoir cette saison © Maxppp - Xavier de Fenoyl

Brive-la-Gaillarde, France

Après cinq saisons passées dans l'élite du rugby français, le CA Brive redescend à l'étage inférieur. La relégation est officielle depuis ce samedi soir et le revers du CAB à Paris, conjugué au succès d'Oyonnax contre Lyon.

Avec six points de retard sur l'USO, 13e, les Brivistes ne peuvent plus rattraper le retard à une journée de la fin de la saison. Triste conclusion d'une saison morose presque de bout en bout.

Brive déchante d'entrée... ensuite miné par les blessures

Elles n'étaient finalement qu'un leurre ces trois victoires en match de préparation à La Rochelle, contre Aurillac puis contre Lyon. Si elles permettent au CAB d'aborder la saison en confiance, après deux exercices bouclés en 8e position, les Corréziens déchantent vite et fort. La Rochelle casse l'ambiance d'entrée au Stadium et plonge Brive dans une spirale infernale. Le CAB enchaîne six revers de rang en trébuchant notamment à la maison contre le Racing et Toulouse. Fin septembre, Philippe Carbonneau sert de soupape quand l'entraîneur des 3/4 et le club se mettent d'accord sur son départ. Mais comme les emmerdes volent toujours en escadrille, ainsi que l'a déclaré un célèbre corrézien président de la République, l'effectif est aussi décimé par les blessures avec une vingtaine d'absents. Brive bombarde même un môme de 18 ans, Enzo Hervé, à l'ouverture pour un match à Montpellier le 1er octobre.

En janvier, on se dit que Brive va y arriver, mais...

Il faut attendre le 6 octobre pour voir le CAB battre difficilement Castres et signer un premier succès. Mais, pourtant doté d'un groupe jamais aussi homogène, Brive ne trouve pas de continuité et peine à déployer dans la durée un rugby aéré. Trop souvent, le CAB se montre en réaction plutôt qu'en action. En attestent les victoires à l'arrachée 20-19 contre Paris ou 33-30 contre Oyonnax, pourtant mal classés, avant de finir la phase aller sur une déconvenue à Agen. La révolte à domicile contre Montpellier (bonus offensif face au leader du championnat) et Toulon, en début de phase retour, laisse penser, début janvier, que Brive va s'en sortir. D'autant que les Corréziens se hissent aussi, par un trou de souris, en 1/4 de finale de la petite coupe d'Europe, véritable respiration cette saison.

Nicolas Godignon écarté après le départ, plus tôt, de Philippe Carbonneau

Sauf que le CAB retombe dans ses travers avec des revers à domicile contre Pau, véritable boulet, et Clermont. La cocotte minute explose mi-mars. Les joueurs demandent la tête du manager Nicolas Godignon, avec qui une grande partie du vestiaire n'est plus en phase. Il est écarté. Mais Brive, pas en manque de leaders (malgré les départs en fin de saison passée des briscards Mela, Ribes et Péjoine) mais en déficit de caractère, est trop fébrile et inconstant. Le CAB galère pour battre Agen, baisse pavillon en fin de match contre Lyon avant d'être fantomatique à Oyonnax. Le couperet tombe finalement ce samedi soir à Paris. Après 2001 et 2012, 2018 devient une nouvelle plaie dans l'histoire du CAB.