Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Top 14 - Toulon / Bayonne : "le classement il faut le prendre en photo" [VIDEOS]

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le surprenant promu bayonnais, fort de 4 victoires consécutives, se rend à Toulon ce samedi 19 octobre pour la 8e journée de Top 14. Si l'Aviron reste humble et s'attend à une rude réception, il n'a pas pour autant l'intention de jouer une nouvelle fois les victimes expiatoires dans le Var.

Antoine Battut, le capitaine de l'Aviron Bayonnais, et ses hommes se rendent à Toulon avec humilité mais pas sans ambition
Antoine Battut, le capitaine de l'Aviron Bayonnais, et ses hommes se rendent à Toulon avec humilité mais pas sans ambition © Radio France - Thibault Vincent

Bayonne, France

"Le classement quand on le regarde il faut le prendre en photo, parce que ce sont de bons moments." Derrière les propos de Joël Rey, l’entraîneur des avants bayonnais, on entend à la fois l'appel à l'humilité, et la prédiction de lendemain qui déchantent après l'exceptionnel début de saison de l'Aviron, 3e du classement.

"La marge est infime"

Pas question pour le promu, le plus prolifique de l'histoire du Top 14 après 7 journées (21 points, 5 victoires), de se prendre pour un autre. "Il y a des performances qui pourraient peut-être nous monter la tête, mais Yannick (Bru) ramène tout le monde à son niveau", affirme Joël Rey.

Le technicien sait que les Bayonnais, même si ils ont su la provoquer, ont de la réussite, et que la pièce ne tombera pas toujours du bon côté. "Honnêtement la marge est infime." Et le vent pourrait justement tourner sur la rade, chez d'ambitieux Toulonnais en manque de points, mais en progrès.

Avant on bénéficiait peut-être un peu de l'effet de surprise, maintenant on ne l'a plus. On sait qu'on est attendus - Antoine Battut, capitaine

Des Varois qui se sont fait une spécialité d'infliger de lourdes corrections à l'Aviron ces dix dernières années. Lors de leur précédent déplacement à Mayol, les Bayonnais sont ainsi repartis les valises pleines (82-14, le 11 mars 2017). "Honnêtement personne n'y pense, il y a eu beaucoup de changements depuis", affirme le demi-de-mêlée Emmanuel Saubusse, l'unique rescapé ciel et blanc sur la feuille de match ce samedi.

Ne pas "mettre les mains en haut du guidon"

Celle-là peut-être pas, mais les Bayonnais savent que l'addition peut être salée si ils se laissent aller. Le discours est donc à la mobilisation. Malgré la 3e place au classement et les 4 victoires consécutives, pas question de "mettre les mains en haut du guidon" prévient le capitaine Antoine Battut. 

Rien n'a changé, tous les week-ends il faut ramener des points - Joël Rey

L'Aviron entend prendre le plus de marge possible, en cette période de Coupe du Monde, avec la zone de relégation. "La dynamique positive", lui permet de surfer sur la confiance accumulée depuis le début de saison. "On s'est donné le droit d'aller batailler à Toulon, reconnait Emmanuel Saubusse, toujours avec humilité, mais aussi avec un peu d'ambition."

Ambition comptable donc, mais pas seulement. _"L’objectif pour nous c'est surtout d_'être performants et combatifs, montrer toujours le même visage, explique Joël Rey. L’état d'esprit est là, il ne faut vraiment pas le perdre."

Les chants plutôt que la chenille ?

Message entendu par les joueurs, et notamment Emmanuel Saubusse, qui connaîtra dans le Var sa première titularisation de la saison : "Pour notre confiance, pour notre identité, il est important pour nous, et pour le club, d'aller _montrer une bonne image de nous à Toulon."_Et ainsi continuer à faire grimper la cote de sympathie et d'adhésion autour du club des bords de Nive.

Les joueurs bayonnais espèrent voir leurs supporteurs chanter avec eux à la fin de la rencontre, et leur éviter d'entamer une nouvelle chenille dans les tribunes, en plein match, pour se changer les idées, comme en 2017.

Toulon / Aviron Bayonnais, samedi 19 octobre à 18h

-> Un match à vivre en intégralité sur France Bleu Pays Basque et ici, dès 17h30

Les équipes

Neuf changements à Bayonne

L'Aviron continue de changer une équipe qui gagne. Par nécessité d'abord, après les blessures face à Montpellier de Jean Monribot (dos) et André Gorin (genou). Par choix ensuite. Celui de faire souffler quelques cadres, et celui de concerner le plus de joueurs possibles afin de stimuler une saine concurrence et de voyager loin. "Tout le monde est compétitif, tout le monde doit être au même niveau (...). On construit notre équipe en fonction de ce que l'on veut faire", martèle Joël Rey

  1. Swan Cormenier
  2. Maxime Delonca
  3. Viliamu Afatia
  4. Antoine Battut (cap)
  5. Evrard Oulai
  6. Filimo Taofifenua
  7. Tom Darlet
  8. Mat Luamanu
  9. Emmanuel Saubusse
  10. Brandon Fajardo
  11. Djibril Camara
  12. Romain Barthélémy
  13. Alofa Alofa
  14. Sean Robinson
  15. Julien Tisseron

Remplaçants : 16. Maxime Lamothe, 17. Ugo Boniface, 18. Arnaud Duputs, 19. Mariano Galarza, 20. Guillaume Rouet, 21. Rémy Baget, 22. Peyo Muscarditz, 23. Luc Mousset

Toulon : retour de Gorgodze, Messam et Dachary

En manque de points et de confiance, Toulon prend très au sérieux le surprenant promu bayonnais. Les Varois n'hésitent pas à réintégrer le puissant Mamuka Gorgodze, à peine rentré de la Coupe du Monde. Ils enregistrent également les retours de blessure du all-black Liam Messam, du pilier droit sud africain Marcel Van der Merwe et de l'ex-centre biarrot Théo Dachary.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu