Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Top 14 - UBB : "Castres sera un tournant"

-
Par , France Bleu Gironde

Après sa large victoire (22-47) à Bayonne, l'Union Bordeaux-Bègles est déjà tournée vers la réception d'un Castres Olympique en pleine confiance. Le demi de mêlée Maxime Lucu est impatient d'en découdre.

La joie de Maxime Lucu après la victoire arrachée à Castres lors du match aller.
La joie de Maxime Lucu après la victoire arrachée à Castres lors du match aller. © AFP - Lionel Bonaventure

L'Union n'a pas tremblé au stade Jean Dauger. Supérieure dans tous les comportements du jeu, elle a dominé l'Aviron et engrangé cinq points précieux dans la course à la qualification. Remontée à la 7ème place, elle retrouvera le Top 6 si elle bat les Tarnais samedi prochain. Un match qui vaudra très cher avertit Maxime Lucu. Interview.

France Bleu : On a vu le vrai visage de l’UBB à Bayonne ?

Maxime Lucu : On a eu un début de semaine compliquée. C’est toujours dur de sortir d’une demi-finale de Champions Cup sans avoir joué notre rugby, sans avoir montré notre vrai visage. On avait à cœur de venir à Bayonne, de montrer que Bordeaux allait être présent pour jouer cette qualification. On a eu des préparations tronquées depuis quelques semaines, on a voulu faire un bon match, on s’est bien préparé, on est venu deux jours avant, c’est top. On a vu le caractère de l’équipe.

Satisfait de la copie rendue ?

On ne peut qu’être satisfait du contenu. Après, il y a toujours des petits détails qui vont compter dans les prochaines semaines comme notre indiscipline. Et puis il y a des possessions où on peut scorer et où on se met en danger nous-mêmes. Il y a beaucoup de satisfactions sur ce match mais c’est loin d’être fini.

Le banc a énormément apporté ?

On sait qu’on a un effectif conséquent. On a beaucoup enchaîné ces derniers mois, on a eu énormément de blessures entre janvier et mars. Le fait d’avoir récupéré tout le monde, de pouvoir créer cette émulation à chaque poste, ça fait des prestations comme aujourd’hui. C’est sûr que ça va nous servir jusqu’au bout parce qu’on enchaîne les matches pendant ce mois de mai et on aura besoin de tout le monde.

Maxime Lucu et l'UBB regardent vers les phases finales du Top 14.
Maxime Lucu et l'UBB regardent vers les phases finales du Top 14. © Radio France - Justine Hamon

Vous êtes 4ème au classement britannique donc en course pour un barrage à domicile ?

Chaque chose en son temps. On a un énorme match face à Castres la semaine prochaine, Castres qui revient de nulle part et qui joue les trouble-fête avec le Stade Français. Après ce match, on pourra parler d’autre chose si on revient avec les quatre points. Ce sera un tournant du championnat, ce sera une semaine hyper importante pour le club et pour le groupe. L’important c’est d’être dans le Top 6. A quelle place ? On verra plus tard

C’était important de montrer que Bordeaux est toujours là ?

C’était important pour laver l’affront et la déception du match contre Toulouse. Derrière ça gagne…C’était des points importants à prendre. On a montré que Bordeaux jouera la qualif. Ca ne veut pas dire qu’on y sera mais on sera dans la bataille avec ces huit clubs. Ce sont des prestations dont on peut se servir. Malgré cette préparation tronquée, malgré ces trois semaines de Covid, on montre, entre l’agressivité du match à Toulouse et un match quasiment parfait aujourd’hui, qu’on peut exister dans ce sprint final. Bordeaux est là et on s’accrochera jusqu’au bout.

Ce que vous avez vécu vous a permis de vous resserrer ?

Ça fait deux matches qu’on part deux jours avant. Pendant trois semaines on ne s’est pas beaucoup vu et on s’est entraîné en petits groupes. Ce qui est très frustrant quand les matches les plus importants arrivent. On a essayé de créer cette émulation et cette solidarité que l’on peut montrer sur les matches comme celui d’aujourd’hui.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess