Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Top 14 - UBB : les mises au point de Laurent Marti

dimanche 4 mars 2018 à 17:33 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde

Le président de l’Union Bordeaux-Bègles revient pour France Bleu Gironde sur le temps faible de son club, une nouvelle fois battu par Toulouse, sur le mode de management, qu'il a lui même réclamé, mis en place par Rory Teague et sur une fin de saison où il assure que l’Union ne lâchera pas.

Laurent Marti assume. C'est lui qui a demandé à Rory Teague de secouer le cocotier girondin.
Laurent Marti assume. C'est lui qui a demandé à Rory Teague de secouer le cocotier girondin. © Radio France - Justine Hamon

Invité à notre micro avant et après le match perdu (19-25) face au Stade Toulousain samedi au Matmut Atlantique, Laurent Marti fait le point sur les principaux dossiers du moment et notamment sur les nouvelles méthodes de travail mises en place, à sa demande, par le manageur anglais.

La défaite face à Toulouse

C’est encore un match curieux. On domine, on va deux fois d’ans l’en-but, on n’arrive pas à aplatir. Ils sont très denses physiquement, jouent bien le coup, sont très durs à franchir. Globalement, on domine un peu le match mais d’un autre côté on ne peut pas crier au scandale sur la défaite. On est à quatorze à la 55ème minute. Il y a eu un bel essai de notre part. Mais j’ai trouvé le Stade Toulousain vraiment très dense.

On a demandé aux joueurs de bosser ensemble jusqu’au bout parce qu’on a encore d’autres gros matches à gagner. Ce n’est plus une histoire de classement, il faut sortir avec tous les honneurs de cette saison.

La fin de saison

On s’est parlé, on est déterminé à se battre jusqu’au bout, à faire la meilleure fin de saison possible et continuer le travail qu’on a entrepris pour s’améliorer. Il faut être vigilant parce que dans le Top 14 tout va très vite. Vous aurez remarqué que depuis le début de la saison je n’ai jamais affiché d’objectif trop ambitieux parce que je sais qu’il y a un groupe de qualité mais qu’il y a des groupes de qualité ailleurs aussi et qu’il nous manque encore peut-être un petit truc. C’est ce qu’on va essayer de changer. L’objectif c’est de laver l’affront des défaites et de rendre à ce public tout ce qu’il nous donne. On a demandé aux joueurs de bosser ensemble jusqu’au bout parce qu’on a encore d’autres gros matches à gagner. Ce n’est plus une histoire de classement, il faut sortir avec tous les honneurs de cette saison. 

Laurent Marti a choisi Rory Teague pour faire bouger les lignes à l'UBB. - Radio France
Laurent Marti a choisi Rory Teague pour faire bouger les lignes à l'UBB. © Radio France - Justine Hamon

L’absence de progression

La saison est différente de celle de l’année dernière où il y avait une véritable baisse sur le plan sportif. Là, on était super bien parti jusque fin octobre. Il y a un premier tournant à Toulouse où on nous enlève la victoire, tout le monde l’a reconnu, alors qu’on la méritait. Dans la foulée, on a eu beaucoup de sélectionnés, onze, plus Luke Jones qui est parti avec les Barbarians australiens. Ensuite les blessés ont commencé à s’accumuler et là on a été affaibli sportivement. Ça ne veut pas dire que ceux qui restent sont moins bons mais dans ce sport qui est devenu très difficile, si vous ne pouvez pas faire tourner votre effectif, les mecs s’épuisent. Donc je dirais que c’est plus de la malchance qu’une baisse sportive.

S’il agit comme ça, c’est parce que je lui ai demandé. J’ai lu des trucs qui sont complètement faux, complètement exagérés. J’ai même lu le mot karcherisation alors qu’on a juste décidé de ne pas renouveler deux assistants de la préparation physique en contrat d’un an et qu’on change de coordinateur sportif, des trucs qui se passent dans tous les clubs chaque année. (...) On sait tous qu’il faut changer quelque chose dans ce club si on veut espérer faire mieux.

Le management de Rory Teague

S’il agit comme ça, c’est parce que je lui ai demandé. J’ai lu des trucs qui sont complètement faux, complètement exagérés. J’ai même lu (ndlr : dans le rugby mail de Sud Ouest) le mot karcherisation alors qu’on a juste décidé de ne pas renouveler deux assistants de la préparation physique en contrat d’un an et qu’on change de coordinateur sportif, des trucs qui se passent dans tous les clubs chaque année. C’est vraiment de la mauvaise foi. Quand on parle de Hugh Chalmers et d’Ole Avei, il faut se rappeler que c’est quand Jacques Brunel était manageur que ces garçons ont perdu du temps de jeu. Tout ça me dérange beaucoup. On sait tous qu’il faut changer quelque chose dans ce club si on veut espérer faire mieux.

Le trio s'est vu signifier que le manageur ne comptait plus sur lui la saison prochaine. - Radio France
Le trio s'est vu signifier que le manageur ne comptait plus sur lui la saison prochaine. © Radio France - Justine Hamon

Les cas Maynadier, Goujon, Rey

Ça aussi c’est pareil, ça arrive dans tous les clubs. Manque de bol pour nous, c’est sorti. La défaite contre Castres a été très frustrante, elle est arrivée après la défaite à Toulon qui n’était pas une belle défaite. Il y a des mises au point et donc des petites tensions qui se créent. Des fois elles prennent des proportions importantes, et la plupart du temps, elles se règlent. La différence, c’est que c’est sorti dans la presse. 

Je n'ai pas croisé un Bordelais qui regarde le rugby et qui ne m'ait pas dit qu'il nous manquait derrière un ou deux garçons qui pourraient nous aider à faire des différences. Pour faire des étincelles, il faut des gros cailloux...

Radradra, Tamanivalu, James et qui d'autre ?

Je n'ai pas croisé un Bordelais qui regarde le rugby et qui ne m'ait pas dit qu'il nous manquait derrière un ou deux garçons qui pourraient nous aider à faire des différences. Pour faire des étincelles, il faut des gros cailloux... Brock James arrive tout comme Laurent Delboulbès, Romain Buros ou encore Nicolas Plazy, très bon joueur de Colomiers. Il y aura d’autres recrutements, c’est sûr. On voit nos manques donc ce sera très ciblé et il y aura aussi de jeunes Français comme on l’a beaucoup fait ces dernières années. Ce sera un mix de tout ça. 

La der au Matmut Atlantique ?

Ce n’est pas encore décidé, on discute avec SBA depuis deux à trois mois maintenant. Ils connaissent notre problématique qui fait que, vu le coût de location du stade, il est difficile pour nous d’en faire de bonnes opérations financières. On va se voir pour voir ce qu’on décide ensemble. Il faut être un peu plus de 30 000 spectateurs pour que ça devienne intéressant par rapport à un match à Chaban. Contre La Rochelle c’était génial mais on avait au moins 10 000 Rochelais dans le stade.