Rugby

Top 14 - UBB : les vérités de Raphaël Ibanez

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde dimanche 11 septembre 2016 à 10:26

Raphaël Ibanez a tenu à mettre certaines choses au point.
Raphaël Ibanez a tenu à mettre certaines choses au point. © Radio France - Justine Hamon

Les critiques des anciens de l'Union Bordeaux-Bègles, relayés cette semaine par les médias, n'ont pas été du goût du manageur girondin qui a tenu à le faire savoir samedi soir en conférence de presse, après la victoire de son équipe face à Bayonne.

Dans un monologue de sept minutes, Raphaël Ibanez a répondu à ceux qui avait critiqué son management. Des critiques qu'il estime en complet décalage avec le travail effectué au quotidien au sein du club. Extraits.

Les médias  

A aucun moment de la semaine, je n'ai douté de l'issue de la rencontre. Vous ne pensez tout de même pas qu'on allait perdre contre Bayonne à domicile. Peut-être que vous y avez pensé, moi je n'y ai pas pensé une seule seconde. Au fond de moi, le mal est fait. C'est juste cette petite musique insidieuse et lancinante qui instille le doute et qui surtout nous éloigne de la réalité au niveau du club. Vous ne voulez pas voir le travail qu'on fait au quotidien, comment se construit une équipe, vous ne voulez pas voir ça depuis un petit moment déjà. Et ça, ça me vexe parce que c'est loin de la réalité. Un club, ça se construit, avec des gars qui sont valeureux, qui parfois peuvent bien jouer ou mal jouer mais qui ont la foi et qui croient en leur équipe.

Sofiane Guitoune

Sofiane n'a apparemment pas compris pourquoi le manageur ne lui parlait plus mais quand au bout de trois ou quatre matches on lui explique que moi je veux des gars qui plaquent sur le terrain, ça me parait assez clair.

Félix Le Bourhis

Félix, que j'aime beaucoup, dit qu'il n'a eu aucune explication de ma part. Quand je lui explique face à face que je n'en peux plus de lui parce que je ne sais pas exactement comment le manager...Quand il ne joue pas, il trouve que ce n'est pas juste parce que les gars ne sont pas bons. Quand il joue, il ne se trouve pas bon..Comment voulez-vous faire ? Et quand je lui dis 'tu vas voir ton président maintenant, je n'en peux plus de toi', ça me paraît clair. Il y a des mecs qui parlent beaucoup mais qui cette année serait cinquième choix au centre, au sein de l'équipe.

Vincent Etcheto

Vincent, il a la spontanéité, peut-être plus de faconde que moi mais il ne faut pas trop me chercher sur ce sujet là avec lui. Je me connais et au bout d'un moment on n'est plus dans le jeu des petites phrases, on est sur le côté physique. Je ne suis pas dans le concept de l'auto-branding.