Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Top 14 - Urios : "Je ne prépare pas ce match comme le dernier"

-
Par , France Bleu Occitanie

Avant de rejoindre Castres la saison prochaine, Christophe Urios prépare un barrage de Top 14 face à Toulouse ce samedi (16 h 30). Avec l'espoir pour le manager des Oyomen de poursuivre l'aventure en demie. Entretien.

oyonnax urios
oyonnax urios

France Bleu Toulouse : Tout le monde présente Oyonnax comme le petit poucet, au vue de votre histoire et de vos moyens. Est-ce un statut qui vous va bien ou au contraire vous agace ?  

Chriistophe Urios : Un peu des deux. Les gens ont raison. A savoir nous sommes le petit poucet oui, au regard de notre histoire, de notre palmarès, de notre budget, de notre construction d'équipe. Et en même temps, notre saison, notamment la phase retour, elle est plutôt bonne. On est monté crescendo et on arrive dans ces phases finales avec beaucoup d'ambition et sans aucun complexe. En fait nous, on ne se pose pas la question si on est des "petits" ou des "gros". On est là. Je crois que sur l'ensemble de la saison, c'est mérité et on a envie d'aborder ce match avec beaucoup d'ambition, encore une fois, et surtout sans regret.

"J'estime qu'on a 20% de chances de gagner ce match" — Christophe Urios, manager d'Oyonnax.

Vous dîtes sans complexe. Ca veut dire que vous avez les armes pour bousculer Toulouse ?

J'estime qu'on a 20% de chances de gagner ce match. Mais on a 20% (il marque une pause). Vous comprenez bien que devant nous, c'est un immense défi. On affronte Toulouse, à Toulouse. Une équipe bardée d'internationaux, à tous les postes, très solide avec une expérience immense, un palmarès immense. On est dans nos petits souliers mais en même temps, c'est un match tellement intense et beau à jouer, qu'on n'a pas à se poser de questions. J'ai envie que les joueurs abordent ce match avec cet esprit c'est-à-dire, de l'ambition et sans regret à la fin. Ce serait un exploit. Il faudra faire notre meilleur match. Je ne sais pas si on est en route pour le faire mais en tout cas, on se donne les moyens de le faire.

Vous avez bousculé le Stade Toulousain sur la saison régulière (défaite 20-19 à Ernest Wallon et victoire 9-3 à Charles Mathon. ndlr). Est-ce que ça compte avant le barrage ?

La phase régulière ne rentre pas en ligne de compte dans ces matchs couperets. Ou tu continues à vivre ou t'es en vacances. Et là, le contexte est largement favorable au Stade Toulousain avec son expérience, ses joueurs. Je ne sais pas si le match sera ouvert, fermé, débridé. Mais une chose est sûre, il n'aura aucun lien avec les deux autres matchs.

"Être pris comme un sixième, pas comme une anomalie" — Christophe Urios, manager d'Oyonnax.

C'est le premier barrage d'Oyonnax. Est-ce que vous redoutez d'être arbitré comme un "petit" ?

Je crois qu'on a suffisamment le respect de tout le monde maintenant. Mais je voudrais qu'on soit pris comme un sixième et non pas comme une anomalie parce que le contexte est particulier, difficile. Finalement il est facile de dire "Oyo qui perd en barrage, c'est très, très bien pour eux". Ca peut arriver puisqu'on a juste 20% de chances de gagner ce match. Mais je voudrais qu'on soit pris en compte comme un sixième, parce qu'on le mérite.

Un mot sur le Stade Toulousain. L'Histoire parle en sa faveur. Le club est habitué au rendez-vous du printemps. Ca peut compter à ce niveau-là ?

On ne peut pas faire abstraction de l'histoire des équipes. A part nos couleurs, tout nous oppose. La grande ville, la petite ville. Nos budgets. Les grands joueurs et les bons joueurs mais pas tous internationaux. Mais après il y a l'incertitude du sport. Quand je dis qu'on a 20% de chances, c'est quand je prends les choses à plat. On a toute la semaine pour essayer de travailler, de s'organiser, de trouver un plan pour essayer de contrecarrer ce match et faire monter ce pourcentage. Peu importe si c'est un barrage, peu importe si c'est Toulouse, l'important est de tout faire pour gagner ce match.

Christophe Urios, votre départ à Castres en fin de saison peut-il servir de supplément d'âme à vos joueurs ?

Je ne sais pas. Il faudrait leur poser la question. Mais moi, je ne prépare pas ce match comme si c'était le dernier. Je le prépare comme un barrage, tout donner, tout faire, vraiment être précis, ne rien laisser au hasard pour être capable de rivaliser avec le Stade Toulousain. Après, si ça doit continuer, ça continuera. Et si ça doit s'arrêter, ça s'arrêtera.

Barrage - Top 14 | Christophe Urios : \"On a 20% de gagner ce barrage\"

A LIRE AUSSI :  ►Top 14 - Barrage : Oyonnax avec 27 joueurs à ToulouseBarrage | Bézy, le demi petit mais costaudStade Toulousain : la mêlée en question

Choix de la station

À venir dansDanssecondess