Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby DOSSIER : Tournoi des Six Nations : résultats, classement et calendrier du XV de France

Tournoi des 6 nations - XV de France : "Personne ne nous voit venir"

-
Par , France Bleu Gironde

Baptiste Serin, le demi de mêlée international de l'Union Bordeaux-Bègles reste persuadé que les Bleus, malgré le couac du dernier match perdu face aux Fidji, sont capables de rivaliser avec les meilleurs. Et espère qu'ils le montreront dès vendredi face aux Gallois.

Baptiste Serin face à Nicolas Sanchez lors de la victoire (28-13) face aux Pumas.
Baptiste Serin face à Nicolas Sanchez lors de la victoire (28-13) face aux Pumas. © Maxppp - Maxppp

Bordeaux, France

France Bleu : quelle est l’ambiance dans ce groupe France après une tournée d’automne décevante ?

Baptiste Serin : Il faut tourner la page. On s’est quittés sur une très mauvaise note face aux Fidji. Mais on a fait deux très bons matches juste avant. Contre l’Afrique du Sud où on mérite mille fois de gagner et contre l’Argentine où on a fait plutôt un bon match. Il faut oublier le dernier match où on s’est trompés. Point barre. On s’est concentrés sur ce qu’on avait fait de moins bien pour pouvoir l’oublier. C’est le Tournoi, gros moment avant la coupe du monde. On est disposés à engranger pas mal de confiance en gagnant ce premier match pour montrer ensuite un meilleur visage.

On préfère s’appuyer sur les deux premiers matches où il y a eu beaucoup de positif. Il ne faut pas oublier qu’on a joué la seule nation qui avait battu les Blacks et on les a beaucoup mis en difficulté.

Ce qui vous manque, c’est la constance ?

On est tombés sur des Fidjiens qui ont fait le match de leur vie et on n’a pas réussi à trouver les solutions. On préfère s’appuyer sur les deux premiers matches où il y a eu beaucoup de positif. Il ne faut pas oublier qu’on a joué la seule nation (ndlr : les Springboks) qui avait battu les Blacks et on les a beaucoup mis en difficulté. On s’appuie sur du positif pour créer quelque chose, qu’il y ait de l’émulation entre nous, du bon travail, du punch…On est tous excités de jouer ce match contre les Gallois. J’espère vraiment qu’on va le gagner pour être un peu plus sereins sur les matches qui vont arriver.

Pas d’objectif comptable sur ce Tournoi, l’objectif c’est de retrouver le plaisir ?

Moi j’ai pris énormément de plaisir sur les deux premiers matches de la tournée. J’espère vraiment qu’on va engranger des victoires et un maximum de confiance. C’est bien parce qu’on est outsiders, personne ne nous voit venir. J’espère vraiment qu’on va montrer un super visage.

En novembre, Baptiste Serin et les Bleus avaient offert une bonne réplique aux Springboks. - Maxppp
En novembre, Baptiste Serin et les Bleus avaient offert une bonne réplique aux Springboks. © Maxppp - Maxppp

Est-ce que votre travail se fait dans la continuité avec le Mondial en ligne de mire ?

Non, on ne pense pas au Mondial. Ce serait une erreur. Le Tournoi est adoré du public, on est très excités nous aussi. On se concentre sur ce qu’on va développer et mettre en place. On change un peu notre philosophie de jeu même si je n’ai pas envie de le dévoiler. On s’appuie sur des choses un peu différentes mais dans la continuité. 

Il y a deux ans. Tout le monde était très en forme et si on bat l’Angleterre chez alors qu’on la domine et qu’on se prend un essai à la 70ème, on gagne le Tournoi. Moi je ne l’ai pas oublié.

Le Mondial reste quand même un objectif ?

Bien sûr que c’est un objectif personnel et collectif. Mais il faut penser aux cinq matches de très haut niveau qui nous attendent. Il me tarde de voir ce groupe en action. 

Brillant depuis le début de saison avec l'UBB, Baptiste Serin est en concurrence avec le Clermontois Parra et le Toulousain Dupont.  - Radio France
Brillant depuis le début de saison avec l'UBB, Baptiste Serin est en concurrence avec le Clermontois Parra et le Toulousain Dupont. © Radio France - Justine Hamon

Ce match face au Pays de Galles va donner le ton ?

J’ai eu la chance de jouer le Tournoi il y a deux ans. Tout le monde était très en forme et si on bat l’Angleterre chez alors qu’on la domine (ndlr : défaite 19-16) et qu’on se prend un essai à la 70ème, on gagne le Tournoi. Moi je ne l’ai pas oublié. Ça montre que l’équipe de France était là et bataillait avec les meilleures équipes. Certes, il y a trois déplacements cette année mais on est capable aussi de montrer de très belles choses. Moi je garde confiance en ce groupe. On ne va pas écouter ce qui se dit sur nous, sinon on arrête de jouer. A nous de nous surpasser, de montrer beaucoup de caractère et d’application dans ce qu’on va faire pour essayer d’embêter toutes ces équipes.

A titre personnel, vous avez envie de continuer sur la lancée de la tournée où vous étiez titulaire ?

Bien sûr mais on sait que la vérité d’hier n’est pas celle d'aujourd’hui. On verra la composition mais je me concentre sur ce que j’ai à faire. Etre performant pour le bien de l’équipe, être appliqué aux entraînements pour engranger pas mal de confiance à un poste porté vers le collectif. Après, on verra les choix du staff. Ce qui me plairait, ce serait de voir ce groupe performer et surtout gagner. Si je suis sur le terrain, tant mieux. Si je n’y suis pas, c’est la vie, je serai heureux de voir les sourires à la fin du match.

Votre regard sur la jeune génération qui arrive ?

Ça va apporter de l’insouciance. J’ai été à cette place il y a quelques années. On se pose beaucoup moins de questions, on fait moins attention à la stratégie. On voit vraiment les qualités des joueurs. Maintenant, il faut arriver à trouver le juste milieu entre l’insouciance et la stratégie. Et ça c’est le plus dur, je l’ai vécu…