Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Treize joueurs de clubs de rugby professionnels, dont un espoir du Castres Olympique, sanctionnés pour paris illicites

-
Par , France Bleu Occitanie

La Ligue Nationale de Rugby a annoncé jeudi dans un communiqué avoir pris des sanctions à l'encontre de treize joueurs de clubs de rugby professionnels, coupables d'avoir commis des infractions concernant la réglementation sur les paris sportifs.

Paris sportifs (illustration)
Paris sportifs (illustration) © Maxppp - Jean François Frey

Castres, France

Il s'agit de rugbymen sanctionnés pour "non-respect des obligations relatives aux paris sportifs" d'après la LNR (Ligue Nationale de Rugby) et appartenant à quatre clubs du Top 14 (Clermont, Lyon, Toulon et Castres) ainsi qu'à cinq clubs de pro D2 (Nevers, Montauban, Béziers, Carcassonne et Colomiers).

Les sanctions décidées par la commission de discipline et des règlements de la LNR vont de suspensions d'une durée de 4 semaines assorties d'amendes de 1500 à 1000 euros, le plus souvent accompagnées d'une part de sursis, à de simples blâmes.  

Un espoir du Castres Olympique, un cameraman de l'US Colomiers

Un joueur espoir du Castres Olympique est concerné. Il est sanctionné d'un blâme et 1.000 euros d'amende assortis du sursis. À l'US Colomiers, c'est un cameraman qui est concerné. Il est sanctionné d'un blâme et 500 euros d'amende assortis du sursis.

La LNR précise que ces décisions sont susceptibles d'appel devant la Commission d'appel de la FFR, dans un délai de sept jours

Choix de la station

France Bleu