Rugby

Trois changements dans le XV de France pour affronter la Nouvelle-Zélande

Par Yves Maugue, France Bleu Béarn, France Bleu Creuse, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Isère, France Bleu La Rochelle, France Bleu Limousin, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Pays Basque, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Périgord, France Bleu Toulouse et France Bleu jeudi 15 octobre 2015 à 12:33

Morgan Parra reprend les rênes du XV de France.
Morgan Parra reprend les rênes du XV de France. © Reuters

Pour affronter la Nouvelle-Zélande samedi soir (21h, Millenium de Cardiff) en quart de finale de la Coupe du monde de rugby, le sélectionneur Philippe Saint-André a décidé de faire confiance à Morgan Parra, Bernard Le Roux et Alexandre Dumoulin.

Plus d'inventivité, de créativité dans le jeu et davantage de puissance et de présence dans les rucks devant : voici les raisons des trois changements apportés à son XV de départ par Philippe Saint-André pour le match entre la France et la Nouvele-Zélande samedi soir à 21 heures sur la pelouse du Millenium Stadium de Cardiff.

Trois joueurs sacrifiés

La prestation ratée contre l'Irlande ne pouvait pas rester sans conséquence. Philippe Saint-André a donc tranché sur les trois postes qui paraissaient les plus menacés. Le demi-de-mêlée Sébastien Tillous-Borde, le troisième ligne aile Damien Chouly et le centre Mathieu Bastareaud. Chouly et Bastareaud seront sur le banc mais Tillous-Borde sort carrément du groupe puisque le sélectionneur lui a également préféré Rory Kockott pour entrer en jeu en deuxième mi-temps.

Morgan Parra prend les commandes

Beaucoup attendaient du changement en demi-de-mêlée. Pas assez incisif, pas assez créatif, le meneur toulonnais Sébastien-Tillous Borde paraissait menacé. La cote de Rory Kockott remontait en flèche pour son côté imprévisible susceptible, peut-être de déstabiliser les Blacks. Morgan Parra, efficace à chacune de ses entrées en jeu paraissait également un concurrent crédible. C'est finalement Parra qui a été choisi. Il a pour lui l'expérience d'une Coupe du monde et des grands rendez-vous. Formidable compétiteur, il attendait son tour depuis le début de ce mondial. 

Bastareaud paie l'addition

Mathieu Bastareaud avait reconnu à l'issue du match contre l'Irlande qu'il était passé à côté de ce rendez-vous majeur. Quelques fautes de main, pas assez de percussions et une présence dans les rucks insuffisantes alors que c'est normalement son réel point fort. Le sélectionneur a décidé de retenir à sa place Alexandre Dumoulin, présenté comme la grande révélation tricolore lors des tests d'automne mais qui n'a jamais pu confirmer depuis. Mais ses dernières entrées en jeu ont réussi à convaincre le staff de l'aligner samedi soir.

Saint-André compte sur l'esprit de revanche

Devant, alors que Bleus ont été dominés en touche et même en mêlée dimanche dernier face à l'Irlande, Philippe Saint-André n'a procédé qu'à une modification. Damien Chouly, capitaine de touche mais plutôt effacé dans le jeu et le combat jusqu'à lors, cède sa place à Bernard Le Roux. Le racingman devra apporter de la puissance et aider Thierry Dusautoir dans le jeu au sol où les Français ont pêché dimanche et qui reste une des forces des Néo-Zélandais et de leur capitaine Richie McCaw. Les autres avants sont reconduits. Le sélectionneur tricolore compte sur leur esprit de revanche pour signer l'exploit face aux Blacks.

La composition du XV de France face à la Nouvelle-Zélande :

La composition du XV de France contre la Nouvelle-Zélande. - Aucun(e)
La composition du XV de France contre la Nouvelle-Zélande. - © FFR

La composition de la Nouvelle-Zélande face à la France :

La composition de la Nouvelle-Zélande contre la France. - Aucun(e)
La composition de la Nouvelle-Zélande contre la France. - © World Rugby

>>> Retrouvez toutes les infos sur la Coupe du monde dans notre dossier spécial

>>> A lire aussi : XV de France, mission impossible 3

>>> A lire aussi : Hosea Gear, "j'espère que les Blacks vont gagner"