Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

UBB - Baptiste Serin : "Sortir de mon confort"

-
Par , France Bleu Gironde

Dix ans après son arrivée, le demi de mêlée s'apprête à disputer dimanche face à Toulouse son dernier match à Chaban-Delmas sous les couleurs de l'Union Bordeaux-Bègles. Un club qu'il a décidé de quitter pour rejoindre Toulon.

Le Landais Baptiste Serin va jouer son 97ème match de Top 14 avec l'UBB.
Le Landais Baptiste Serin va jouer son 97ème match de Top 14 avec l'UBB. © Radio France - Justine Hamon

Bordeaux, France

France Bleu : Ca va vous faire quoi de porter dimanche et pour la dernière fois à Chaban-Delmas les couleurs de l’UBB ?

Baptiste Serin : Ça va être beaucoup d’émotion. Ça commence à monter au fur et à mesure mais j’essaie de ne pas trop y penser, de me concentrer sur le collectif, sur ce qu’on va mettre en place pour pouvoir faire une bonne performance et gagner le match. L’émotion sera présente parce que ce sont dix ans qui se sont écoulées sous les mêmes couleurs, les couleurs qui m’ont fait grandir. C’est un beau clin d’œil pour une belle fin, j’espère.

Je connais tout le monde, je sais comment sont les supporters, les coaches, le président. Je sais comment les prendre par le bon bout, comment manœuvrer les gens et ça ce n'est pas bien.

Depuis quand vous y pensez ?

Depuis que j’ai signé (ndlr : début novembre). Ça a été une des grandes décisions de ma carrière après la première qui a été de quitter Parentis quand j’étais jeune et de me lancer vraiment dans le bain du rugby. Là c’est la deuxième parce qu’avant, j’étais sûr de ce que je faisais, je voulais continuer ici, c’était certain, c’était écrit. Là, j’ai essayé de sortir de mon confort pour avoir de nouveaux défis. Quand on part comme ça, qu’on décide de voir ailleurs, ce n’est pas facile et on n’est pas sûr de ce qu’on fait au début. Après, de temps en temps, on veut y aller à fond mais c’est difficile parce qu’il reste des objectifs avant de partir dont je n’ai jamais réussi à me projeter. J’ai envie de finir en beauté pour passer à un autre chapitre.

Baptiste Serin rejoint Toulon pour gagner des titres. - Radio France
Baptiste Serin rejoint Toulon pour gagner des titres. © Radio France - Justine Hamon

Ce match aurait pu être historique pour l’UBB, ce sera juste un match de gala…

Mathématiquement rien n’est fini (ndlr : l’UBB est 9ème à 7 points de la 6ème place) même si ça ne dépend pas que de nous donc on va essayer de s’accrocher à ça. Au-delà de l’enjeu, on a envie de finir en beauté devant nos supporters, nos familles, d’essayer d’honorer ce blason, tous ceux qui se sont battus pour ce maillot là et aussi les champions de France de 1969. J’espère qu’il y aura une bonne fête. Il faut avancer. On aurait tous aimé avoir une qualif dès maintenant ou peut-être jouer le match de la qualif avec de grandes attentes et quelque chose au bout. Mais on envie de faire un gros match pour nous, ceux qui nous entourent et nous ont supporté toute l’année.

Les phases finales, les titres, la culture de la victoire, c'est ce que vous allez chercher au RCT ?

Je pars pour me sortir de mon confort, celui où je commençais à être à Bordeaux. Et je déteste ça. Je connais tout le monde, je sais comment sont les supporters, les coaches, le président. Je sais comment les prendre par le bon bout, comment manœuvrer les gens et ça ce n'est pas bien. Et à Toulon, je sais que les supporters sont en attente de résultats permanents parce que c'est un public qui s'est habitué à gagner. A Bordeaux, les supporters n'attendent pas que l'on gagne le Top 14, juste qu'on se qualifie. On ne peut pas trop comparer. Mais je sais que je choisis aussi ce club parce que je serai moins dans ce confort là.