Rugby

UBB : les leçons de la défaite face à Montpellier

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde lundi 7 septembre 2015 à 16:16

Loann Goujon ne franchira pas la défense montpellliéraine
Loann Goujon ne franchira pas la défense montpellliéraine © Radio France - Yves Maugue

La défaite concédée ce dimanche par l'Union Bordeaux-Bègles face à Montpellier (24-22) risque de laisser des traces. Ce premier échec à domicile démontre les limites actuelles de l'effectif de l'Union. Qui fait le dos rond en attendant des jours meilleurs.

L'Union Bordeaux-Bègles avait concédé trois défaites à domicile la saison passée (contre Toulouse, le Stade Français et  La Rochelle). Cette nouvelle saison à peine débutée, voilà que l'UBB met déjà un genou à terre à la maison. Une défaite de justesse face à Montpellier mais qui arrive une semaine après un premier net échec à l'extérieur 37-19 sur le synthétique d'Oyonnax. Le début de saison est délicat pour les hommes de Raphaël Ibañez. Mais il y a sans doute quelques raisons à cela.

Une conquête efficace mais sur courant alternatif

Les Girondins ont pourtant des bases solides. La mêlée a tenu le choc et même poussé son adversaire à la faute. Elle aurait sans doute dû bénéficier d'une pénalité à la sirène, pénalité qui aurait pu tout changer. L'alignement est une des satisfactions de cette entame de championnat. Plusieurs ballons chipés sur lancer adverse et belle assurance sur ses propres lancements de jeu mais curieusement trois ballons égarés en fin de rencontre quand l'équipe tentait de faire craquer l'adversaire. L'Union maîtrise nettement moins une autre phase essentielle du rugby : les rucks. Si elle n'a pas été piétinée comme à Oyonnax, l'Union a souffert face à la puissance physique des avants héraultais. Elle a compensé par son courage et son engagement mais elle va devoir progresser dans ce registre. Pour moins subir et pour accélérer les sorties de ballon et retrouver une vitesse indispensable à son jeu.

Des absences coupables

Dans un match qu'elle a globalement dominé, l'équipe girondine a commis deux erreurs individuelles qui ont plombé son après-midi. Un mauvais placement défensif de Charles Brousse sur la percée victorieuse de Marvin O'Connor et un ballon offert par Félix Le Bourhis et transformé en essai par Timoci Nagusa. Le MHR, lui, n'a pas commis ces bévues et c'est pour cela qu'il est reparti avec les quatre points. De manière plus générale, l'UBB a manqué de maîtrise et d'efficacité dans ses moments forts, faisant tomber trop de ballons pour assurer la continuité du jeu. D'où la désagréable impression d'avoir "donné" la victoire à un adversaire qui n'a pas proposé grand chose, se contenant d'attendre et de contrer. 

Des absences tout court  

S'il est bien sûr facile de tirer sur l'ambulance et sur ceux qui jouent aujourd'hui les brancardiers, on ne peut passer sous silence le poids des absences. Entre les mondialistes et les blessés, c'est quasiment un XV de départ qui fait aujourd'hui défaut. Une première ligne (Kitshoff, Avei, Kepu), l'abattage de Marais en deuxième ligne et surtout des lignes arrières amputées de Beauxis, Connor, Ashley-Cooper, Talebula, Lonca, Domvo et Guitoune. Sans ses "match winners", l'UBB roule à l'ordinaire. Et dans ce Top 14 toujours aussi relevé et homogène, c'est pour l'instant insuffisant.