Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Rugby

UBB - Régis Sonnes : le départ de Vincent Etcheto a été "une forme d’échec personnel"

mercredi 12 août 2015 à 15:30 France Bleu Gironde

Alors que le dernier match amical de l'Union Bordeaux-Bègles a lieu ce jeudi contre La Rochelle, l’entraîneur des avants bordelais revient sur le départ de Vincent Etcheto. L'entraîneur des arrières avait été licencié au mois de juin. Entretien.

Régis Sonnes (à dr.) et Emile Ntamack, le nouvel entraîneur des arrières girondins
Régis Sonnes (à dr.) et Emile Ntamack, le nouvel entraîneur des arrières girondins © Radio France - Yves Maugue

Comment préparez-vous le match amical face à La Rochelle ?

Régis Sonnes : C’est le dernier match de préparation avant le début de la saison, donc on y va avec un groupe un peu plus réduit – 26 ou 27. On va essayer de partager le temps entre les joueurs. L’objectif, c’est vraiment de les préparer pour la semaine prochaine (1er match de la saison à domicile contre le Castres Olympique, ndlr), car ça va arriver vite. Ce qui est bien avec ce match contre La Rochelle, c’est qu’on sera dans une configuration Top 14. Je suppose que le public sera présent, et qu’il y aura de l’intensité. Il faut être prêt. Ce match va nous permettre de juger les joueurs et notre jeu, que ce soit en défense ou en conquête. On fera un point derrière et on essaiera de rectifier les éventuels problèmes pour Castres. Mais on est montés d’un cran en intensité et en qualité. On commence à avoir un peu plus de repères, c’est intéressant.

►► A lire aussi : Louis-Benoît Madaule : l'UBB "au plus près du Top 14" face à La Rochelle

Les joueurs concernés par le match contre Castres seront là ?

Oui, bien sûr. On joue un jeudi soir, donc on a du temps de récupération pour enchaîner sur Castres. Tous les joueurs probables seront là.

Cela signifie que l’équipe alignée à La Rochelle sera la même qui jouera contre Castres ?

Franchement, on ne sait pas encore. On partagera le temps du match, et on fera un choix derrière. Globalement, le groupe est défini, mais pas l’équipe précisément.

Qu’est-ce que vous avez retenu du match contre Bayonne ?

Des choses intéressantes au niveau de la conquête, de la défense, de l’intensité. On a retrouvé certains schémas que l’on avait travaillés. C’était positif. Bien sûr, il faut s’évaluer par rapport à l’opposition, et contre La Rochelle, ce sera chose. D’autant que l’on est à moins de 15 jours du 1er match de championnat.

►► A lire aussi : L'équipe est en place, mais pour Raphaël Ibanez il reste beaucoup de boulot

Où en sont les blessés ?

On a mis Julien Rey au repos pour le préserver, mais il y a des chances qu’il joue demain. Heini Adams et Matthew Clarkin se sont entraînés normalement hier. On essaie de gérer au mieux les bobos pour qu’ils soient prêts si possible contre La Rochelle. Il faut qu’ils fassent du temps de jeu pour s’habituer au rythme. Sinon on repoussera l’échéance à Castres, ou un autre match... La saison est longue ! Lionel Beauxis restera absent 2 ou 3 mois. On espère qu’il sera de retour après la 1e phase de quatre matchs.

Comment vous avez vécu les changements de staff ?

Ça se passe bien. L’intégration de « Milou » (Emile Ntamack, ndlr) est très positive, au sein du staff comme de l’équipe. Le changement peut perturber mais ça insuffle une dynamique, donc c’est intéressant. Milou s’adapte à notre fonctionnement mais amène aussi des choses. C’est une évolution. Le fait que je le connaisse, Raphaël (Ibanez) aussi, ça aide. Certains joueurs l’avaient même eu en sélection moins de 20 ans.

Et le départ de Vincent Etcheto ?

Déjà, je suis content qu’il ait retrouvé un poste à Bayonne. Mais je l’ai vécu comme une forme d’échec personnel. Parce qu’on a travaillé ensemble… Le staff, c’est une équipe aussi. Ça a été un peu difficile.

Propos recueillis par Jade Peychieras