Rugby

Un fer de lance du CAB en ouverture de la coupe du monde de rugby

Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin jeudi 17 septembre 2015 à 16:25

"Waqa le barbu" aussi discret en dehors que précieux sur le terrain
"Waqa le barbu" aussi discret en dehors que précieux sur le terrain - Arianne Metreau

La coupe du monde de rugby débute ce vendredi à 21h00 à Londres avec le match Angleterre-Fidji. Brive sera bien représenté avec sur la pelouse le fidjien du CAB Dominiko Waqaniburotu. Vice-capitaine de sa sélection il est aussi un joueur majeur du club corrézien et du Top 14.

Déjà quatre ans que Dominiko Waqaniburotu a débarqué dans la cité gaillarde en provenance de Nouvelle-Zélande. Avec à l'époque, une énorme attente de la part d'un club qui venait de descendre en Pro D2. Mais ses débuts avec le CAB sont cauchemardesques. Dès son deuxième match, il se blesse gravement à un genou. Une rupture des croisés synonyme de plusieurs mois d'absence.

L'un des joueurs majeurs du vestiaire

Pas de quoi le faire lâcher pour autant. A Brive, il se sent bien, que ce soit dans la ville ou dans un club à dimension familiale. Et c'est encore plus vrai depuis que sa femme et son enfant l'ont rejoint. Il faut dire aussi que la présence de plusieurs autres joueurs fidjiens facilite son intégration et son épanouissement. Alors il revient encore plus fort et s'impose comme l'un des joueurs majeurs du vestiaire au sein duquel il se fait discret. C'est dans sa nature. Mais cela ne l'empêche pas d'imposer le respect, que soit dans son club ou dans le milieu du rugby français. 

Démolisseur de défense

Joueur dominant physiquement, au charisme indéniable, il est un leader par l'exemple. Homme posé mais démolisseur de défense sur le pré, il est précieux dans toutes les zones de combat, apporte des solutions en touche et est très bon balle en main, ce qui ne gâche rien. Mais son influence va au delà du terrain. Au niveau des règles, de l'hygiène de vie, il est un exemple là aussi, notamment auprès de son compatriote Sisa Koyamaibole. Renvoyé de nombreux clubs pour mauvais comportements, il se tient à carreau à Brive. Preuve de l'influence positive de celui que les supporteurs appellent "le barbu". Une barbe qu'il n'hésite pas à couper quand il rentre au pays. Pour faire plaisir à sa mère qui n'aime pas ça. On peut avoir 29 ans, faire près de deux mètres et plus de 110 kilos et respecter docilement les desiderata de sa maman. C'est aussi ça "Waqa".

Notre dossier Coupe du monde de rugby 2015