Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

USAP : Kevin Tougne saisit sa chance

jeudi 11 avril 2019 à 16:12 Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon

Le jeune pilier gauche de l'USAP sera une nouvelle fois dans le groupe pour le match à Lyon. Le Toulousain d'origine choisira ensuite probablement de rester à l'USAP, ce qui était loin d'être écrit d'avance.

Kevin Tougne en passe de rester à l'USAP
Kevin Tougne en passe de rester à l'USAP - Zebulon Nog

Perpignan, France

À ce poste de pilier gauche, l'USAP ne manque pas de réserve. Enzo Forletta a décidé de poursuivre à l'USAP et reste le numéro un légitime. Quentin Walcker mais également Yassin Boutemmani assuraient les rôles potentiels de doublures. Face à ce trio, Kevin Tougne était dans l'impasse. Presque la mort dans l'âme, le club catalan était en passe de ne pas le conserver pour la saison prochaine.

La grave blessure de Quentin Walcker qui l'éloigne des terrains jusqu'à fin 2019 voire début 2020 profite par ricochet à Kevin Tougne. Le club catalan lui a fait une proposition pour rester au club. Kevin Tougne a fait sa première apparition chez les grands la saison dernière à Nevers et a eu plus de temps de jeu cette saison. Il a à son actif onze feuilles de match et bientôt douze avec le déplacement de l'USAP ce week-end à Lyon (samedi à 18 heures).

Kevin Tougne, qui aura 22 ans dans deux jours, vit un premier tournant dans sa carrière. Formé à Grenade (Haute-Garonne) puis passé par le Stade Toulousain de 2011 à 2016, le champion de France espoirs avec l'USAP (2017) va probablement continuer à l'USAP, avec les pros. Ce n'est pas encore acté, mais ça en prend sérieusement le chemin.

"Je suis plus en position de restant que de partant."

France Bleu Roussillon : Un nouveau déplacement très compliqué pour l'USAP à Lyon, comment l'abordez-vous ?

Kevin Tougne : On n'a pas le droit à la démobilisation. Après Bordeaux, on affronte une nouvelle fois une très grosse équipe. On va essayer de donner le meilleur de nous-même. On joue face à de très grands joueurs et c'est toujours bien de toucher le très haut niveau.

FBR : Il faudra enfin réussir l'entame de match car c'est ce qui vous a fait très mal lors des derniers déplacements, comment faire ?

KT : Ces entames nous ont fait mal. Il ne faudra pas se manquer, car en plus Lyon est une très bonne équipe qui aime attaquer ses matchs à 200%. Il ne va pas falloir manquer l'entame comme à Bordeaux, sinon on sera sanctionné très rapidement. 

Kevin Tougne parti pour rester à l'USAP - Radio France
Kevin Tougne parti pour rester à l'USAP © Radio France - CM

FBR : Il n'y a plus beaucoup d'espoir de maintien pour l'USAP, mais les joueurs continuent de faire bonne figure. Qu'est-ce qui fait avancer ce groupe, selon vous ?

KT : Il y a une question d'honneur. On a envie de montrer le meilleur. On n'est pas abattus par ce qui nous arrive et on va de l'avant pour préparer le futur.

FBR : Et justement en parlant de futur, ce sera avec ou sans Kevin Tougne à l'USAP la saison prochaine ?

KT : J'ai eu une proposition de l'USAP, une bonne proposition. Je suis en train de réfléchir. Je vais sûrement donner ma réponse lundi, mais pour le moment, je suis plus en position de restant que de partant. C'est dommage qu'il soit arrivé ça à Quentin (Walcker), on ne peut pas souhaiter ça à n'importe quel joueur, mais les carrières sont ainsi faites. Je saisis ma chance. A chaque fois que je rentre, j'essaye de montrer le meilleur de moi-même en donnant le maximum. Donc oui, je risque de rester.

FBR : La plupart de vos coéquipiers se sont montrés en PRO D2, vous êtes un des rares à vous montrer en Top 14, pensez-vous avoir progressé ?

KT : Je n'ai pas eu beaucoup de temps de jeu mais le peu que j'ai eu c'était contre des grosses équipes. On apprend beaucoup quand on joue. Donc, en dix ou vingt minutes, il faut tout donner et apprendre le plus possible. Maintenant, il va falloir beaucoup travailler, car j'ai toujours voulu faire ça et j'espère que ça continuera. Il faut que je progresse encore en mêlée, je dois dominer plus. Et, dans le jeu, il faut aussi que j'avance plus.

L'avis de Perry Freshwater

Le coach des avants de l'USAP Perry Freshwater a forcément un regard particulier sur un jeune joueur qui joue pilier gauche, son ancien poste : "Kevin est un bon joueur de rugby. Il plaque bien, il porte bien le ballon. Ses attitudes au contact, ses passages au sol sont bons. Il a encore des choses à apprendre en mêlée et c'est normal car il est jeune. On voit une vraie progression chez lui.

Avec la blessure de Quentin, il a une porte qui s'ouvre et à lui de saisir sa chance. Oui, ça aurait été à contre cœur de le laisser partir, mais c'était difficile, il a le même âge que Quentin. Quentin arrive à maturité et avait répondu à nos attentes. Kevin doit faire la même chose, à lui de nous montrer de quoi il est capable."