Rugby

USAP - La deuxième vie de Bastien Chalureau

Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon mercredi 9 septembre 2015 à 14:04

- Zebulon Nog

Bastien Chalureau va enfin débuter un match avec l'USAP. C'est son rendez-vous ! Une première, chargée d'émotion pour lui qui se demandait encore, il y a un an, s'il allait rejouer au rugby ou même tout simplement remarcher.

Un physique en désaccord avec le caractère. Le garçon est imposant, grand, costaud, solide. Un physique qui sert à cacher une grande timidité. Il y a quelques semaines, Bastien Chalureau ne rêvait que d'une chose : rejouer avec l'USAP.

Il savait que l'instant était proche et que les soucis commençaient enfin à être derrière lui. La douleur est pourtant vive, présente, trop forte. Le grand gaillard de plus de deux mètres ne peut pas revenir sur son année noire sans avoir la voix qui tremble, sans même sangloter.

Bastien Chalureau : "Ca a été un vrai calvaire sur mon lit d'hôpital"

"Je sors de deux ans de calvaire avec mon genou, j'ai vraiment envie d'intégrer les terrains de PRO D2 et de faire partie de l'aventure avec l'USAP. La première année, je me suis fait les croisés, je me suis fait opérer et j'ai ensuite eu des staphylocoques. J'en ai enchaîné trois et on a commencé à me parler de me couper la jambe, c'était un vrai calvaire dans mon lit d'hôpital".

Le deuxième ligne  pourra difficilement expliquer la suite de son histoire, symbole de moments humains difficiles et éprouvants. Il reprend : "À ce moment là, tu ne penses plus au rugby et tu te dis que tout peut tourner très vite dans ta vie".

"On a parlé de me couper la jambe".

"Aujourd'hui, j'ai tourné la page, enfin, c'est ce que je me dis, mais j'ai du mal à en parler, c'est très dur, ça fait mal. Ce que j'en retire, c'est qu'il faut profiter de chaque minute, tout passe trop vite".

Alors pour que Bastien  Chalureau retrouve le sourire, il lui suffit de parler du côté humain du rugby, du groupe de l'USAP : "je suis heureux, on a un très bon groupe. Déjà l'année dernière, ça m'a beaucoup aidé car malgré mes blessures, dès mon arrivée, on m'a intégré facilement dans le groupe. C'était à mon niveau, mais j'ai fait partie de l'aventure".

Aucun(e)

"Cette expérience m'a fait prendre conscience de plein de choses, il faut faire attention à son corps, je n'étais pas assez sérieux dans mon alimentation et mon hygiène de vie. Aujourd’hui, j'ai changé quelques petits détails mais qui apparemment font toute la différence et font la vie d'un rugbyman".

L'instant approche. Bastien Chalureau a  appris cette semaine qu'il débuterait la rencontre à Albi.  Avec la retenue et la timidité qui masquent sa  grande fierté , il se présente ce mercredi  matin pour la première fois devant les journalistes pour évoquer ce match, son match.

"Jouer demain, c'est un grand plaisir", explique-t-il une première fois avec le petit sourire de circonstance. Le discours d'avant match reprend le dessus : "je veux apporter un plus à l'équipe, je ne vais pas faire de choses compliquées, il faut que je me concentre sur le combat".

"Ça va être une jolie histoire à écrire avec l'USAP".

Le jeu de l'USAP de ce début de saison colle à son image. Bastien Chalureau  parviendra à se fondre dans ce paquet d'avants, il y mettra toute la rage qu'il a en lui : "j'ai failli arrêter ma carrière avant même qu'elle ne commence. Aujourd’hui, tout est du bonus pour moi, il faut que je me régale, que je profite de chaque moment et ça va être une jolie histoire à écrire avec l'USAP".

Rugbystiquement, Bastien Chalureau a tout à prouver, il le sait, mais il va relever le défi. Les challenges ne lui font plus peur. Dans la froideur d'un match de jeudi soir à Albi, l'USAP tentera de signer un troisième succès en trois matches, Bastien Chalureau, lui, profitera juste du premier jour du reste de sa vie.

>> La fiche de Bastien Chalureau sur le site officiel de l'USAP