Rugby

USAP : les principales déclarations de François Rivière et Christian Lanta après les changements dans le staff

Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon mercredi 28 septembre 2016 à 17:10

François Gelez et Philippe Benetton ne s'occupent plus du jeu de l'USAP. Patrick Arlettaz arrive. Lors d'une conférence de presse, Christian Lanta et François Rivière ont évoqué la situation de l'USAP sur bien des points. Ce qu'il faut retenir.

L'USAP a voulu désamorcer la crise sportive que traverse l'équipe en ce moment. "Il n'y a pas de crise" selon le président François Rivière qui s'est exprimé devant les journalistes locaux, bien plus nombreux que d'ordinaire, aux côtés de Christian Lanta. Le président et le directeur sportif ont fait leur déclaration durant près de vingt minutes. Un discours de l'exécutif de l'USAP, sans jeu de questions-réponses.

Les deux hommes n'ont pas voulu accabler François Gelez et Philippe Benetton qui sont écartés du staff.

Les principales déclarations de François Rivière

"Un nouveau chapitre de l'histoire de l'USAP"

"Cette conférence de presse était prévue depuis plusieurs semaines, ce n'est pas en réaction aux différentes défaites et notamment celle de Vannes. En tout état de cause on aurait fait un point. Nous avons décidé avec Christian d'attaquer un chapitre de l'histoire de l'USAP qui n'avait jamais été attaqué, en tout cas depuis mon arrivée au club : la structuration sportive et la performance sportive. L'économique tenait le sportif en l'état et vous-même à tort ou à raison vous avez repris tout un tas d'infos, de rumeurs et autres qui concernaient la bonne ou moins bonne santé de l'USAP et ça a pu donner l'impression qu'on était obnubilé par cet aspect financier, ce qui n'était d'ailleurs pas faux. Si on n'avait pas trouvé les moyens de sauver le club, on ne serait pas là aujourd’hui pour en parler et aborder l'aspect sportif."

"Seule la performance sportive nous anime"

"Il n'y a pas de crise à l'USAP pour une raison simple, il y a un collège d'actionnaires qui est uni, un président et une direction qui prennent les décisions et avec Christian Lanta nous avons trouvé quelqu'un qui assume la totalité du pôle sportif. Je n'ai jamais aimé les bouc-émissaires, je n'ai jamais aimé qu'on s'en prenne à quelqu'un donc aujourd'hui seule la performance sportive nous anime. Il faut faire en sorte que cette équipe avec le budget qu'elle a, les moyens qu'elle a et le public qu'elle a soit dans les meilleures conditions d'évolution sportive possible. Si des choix sont faits au niveau des hommes, ce sont les conséquences de choix stratégiques, ce n'est pas un sujet d'hommes."

Les principales déclarations de Christian Lanta

"Je voudrais que la passion soit un moteur et non un élément perturbateur"

"Le constat des résultats sportif, je vais vous le laisser faire. Si ce n'est qu'ils ne sont bien sûr pas à la hauteur de nos objectifs et forcément on est affectés et déçus. Pour autant, ce serait trop facile de chercher des bouc-émissaires et d'en faire les seuls responsables des résultats. Les résultats sont de toutes façons révélateurs de problématiques bien plus importantes."

"Avec trois mois de recul, dans les prochains jours je vais proposer à François Rivière un projet sportif global du club de manière à avancer. Il y a cependant le sportif à gérer aussi dans l'immédiat. Entraîner l'USAP ce n'est pas entraîner n'importe quelle équipe. Il y a une vraie fierté d'appartenance, il y a des valeurs d'appartenance à respecter et tout ça génère une passion énorme. Cette passion est une plus-value quand les résultats sont bons c'est quelque chose de moteur autant quand les résultats ne sont pas bons, cette passion est un élément perturbateur et déstabilisateur. Aujourd'hui cette passion je voudrais qu'elle soit au service d'une réelle cohésion, d'une vraie unité que ce soit autour du club ou au sein même du club. Le moment est important. Je sais que j'ai la confiance du club et des partenaires et par rapport aux fonctions qui sont les miennes, je ne trahirai ni les valeurs du club ni les miennes."

"Patrick Arlettaz sera le garant du jeu perpignanais"

"Ma première décision a été de demander à François Gelez et Philippe Benetton de prendre du recul et je voudrais dire que ces deux garçons ont eu un sens de la responsabilité exceptionnel et que je voudrais au nom du club les remercier pour leur engagement, réussi ou pas. Ca a été un engagement total et pas toujours dans les meilleures conditions. "

"J'ai nommé Patrick Arlettaz comme responsable majeur de l'entraînement. Il aura la responsabilité de l'entraînement, du jeu. Il sera le garant du jeu perpignanais. Il a la passion du jeu, la passion du club. C'est un pédagogue et c'est quelqu'un qui est enthousiaste et donc ça me semblait être l'homme de la situation. Il pourra s'appuyer sur Perry Freshwater qui avait déjà la charge de la mêlée un peu plus large de la conquête et d'un travail plus spécifique des avants. J'ai demandé aussi à Didier Plana de prendre la responsabilité de la performance individuelle du joueur."

Partager sur :