Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

VIDÉOS - "Il va falloir encore lever le curseur", les dernières paroles des joueurs du FCG avant la finale

samedi 5 mai 2018 à 21:14 Par Julien Morin, France Bleu Isère

Plus que quelques heures avant le moment décisif pour le FCG : la finale du championnat de Pro D2 de rugby dimanche après-midi (15 h) contre Perpignan. Arrivés à Toulouse la veille au matin, les Grenoblois se sont exprimé une dernière fois avant de passer aux actes.

L'ailier grenoblois Lucas Dupont s'est arrêté en zone mixte avant la finale contre Perpignan
L'ailier grenoblois Lucas Dupont s'est arrêté en zone mixte avant la finale contre Perpignan © Radio France - Antonin Kermen

Toulouse, France

Dimanche après-midi, 15h, le FCG a rendez-vous avec son histoire. Un an après la relégation, les Rouge et Bleu peuvent retrouver l'élite du rugby professionnel en cas de victoire à Toulouse (stade Ernest-Wallon) contre Perpignan, et s'offrir un titre de champions de de France de Pro D2. Ce match, vous le vivrez en direct intégral sur France Bleu Isère, l'avant-match dès 14h30. Pour patienter : les dernières déclarations de quelques un des acteurs de cette rencontre capitale.

Stéphane Glas, l'entraîneur des avants du FCG : "Lorsqu'on joue une finale on ne sait jamais quand sera la prochaine, parfois, il n'y a jamais de prochaines. On a ce qu'il faut pour être heureux demain (dimanche, ndlr), après on joue contre une belle équipe qui nous a battu deux fois cette année. Mais on est bien en ce moment, on est en confiance, il y a une belle énergie. J'espère qu'on aura une chance de gagner, et qu'on va la saisir. On n'est pas favoris, c'est une position dans laquelle on était la semaine dernière contre Montauban, ce n'est pas désagréable."

Lucas Dupont, ailier du FCG : "On est déterminés, forcément. après, on sait qu'on va jouer la meilleure équipe de la phase régulière. Si on veut espérer faire quelque chose, il va falloir encore lever le curseur par rapport à ce qu'on a fait contre Biarritz et Montauban. Bien sur que ça va être dur, on a tous un peu mal partout, il va falloir que le mental prenne le relais. (...) L'ambiance va être chaude avec tous les supporters qui vont faire le déplacement. Nous c'est ça qui nous anime : au delà de la victoire et de la montée, de se construire des souvenirs ensemble."

Mickaël Capelli, deuxième ligne du FCG : "Une finale, c'est un événement que tout sportif attend. Tous ensemble, on a une belle aventure à finir. Il n'y avait pas eu de finale depuis 1993, il faut faire quelque chose pour remercier tous ces supporters qui vont se déplacer. C'est vrai que la saison dernière a été très compliquée, on a su se reprendre sur celle-là, je pense qu'on ne peut pas parler d'un "match bonus", si on veut remonter on doit passer par là. Après on sait qu'en cas de défaite on aura encore une chance, mais ce sera moins beau."

Mathieu Acebes, ailier de l'USAP : "Je pars du principe qu'il ne faut rien regretter, et pour ne rien regretter il faut avoir plus envie que les autres. (...) Sincèrement, d'avoir autant de monde (les supporters Catalans seront plus nombreux que les Grenoblois) c'est pas de la pression, c'est vraiment un soutien. Ça doit te transcender tout simplement."

Karl Chateau, troisième ligne de l'USAP : "Il y a de l'attente de tout un département, et pour ceux qui sont là depuis quatre ans, on l'attend depuis quatre ans cette finale. On a été une équipe qui a développé du jeu toute la saison, ça serait dommage de se recroqueviller maintenant."