Rugby

XV de France: après la déroute, quel avenir ?

Par Rebecca Gil et Sophie Constanzer, France Bleu Gironde et France Bleu dimanche 18 octobre 2015 à 21:05

Des supporters Girondins du XV de France
Des supporters Girondins du XV de France © Radio France - Rebecca Gil

C'est déjà l'heure des questions pour les Bleus après la piteuse défaite du XV de France en quart de finale de la coupe du monde face aux All Blacks. Des questions sur l'avenir du rugby tricolore que se posent aussi les supporters et les amateurs de rugby.

La coupe du monde du rugby est terminée pour les français. Après la défaite humiliante de la France (62 à 13) face à la Nouvelle-Zélande samedi soir à Cardiff, difficile de sonder l'avenir du XV de France. Les joueurs français sont revenus ce dimanche soir à l'aéroport de Roissy, accueillis par une petite dizaine de supporters seulement, c'est dire si le désamour est grand. Et maintenant, que fait-on ?

Continuer à mettre l'accent sur la formation

Pour beaucoup, le problème de la sur-sollicitation se pose: les joueurs jouent en club et doivent assurer en parallèle en équipe de France. Mais pour Mathieu Codron, entraîneur des Lionnes du stade bordelais et des féminines de l'équipe de France de moins de 20 ans, c'est un faux problème. 

Mathieu Codron, l'entraîneur des Lionnes du Stade Bordelais - Radio France
Mathieu Codron, l'entraîneur des Lionnes du Stade Bordelais © Radio France - Rebecca Gil

"C'est un problème difficile, en France ce sont les clubs qui ont l'argent. Il faut essayer de travailler avec eux. Sur le pôle France par exemple, il y a un travail avec la fédération pour que les meilleurs moins de 20 ans puissent aller à Marcoussis une fois par semaine. Il y a une démarche qui se met en place petit à petit, il faut essayer de trouver des solutions avec ce système car il n'est pas prêt de changer. Le travail est fait sur la formation depuis plusieurs années. Il va porter ses fruits. Il faut rester optimistes". 

Les supporters des bleus ont aussi des idées pour sauver leur club. Pour Michel, "Le problème du championnat de France, c'est le nombre d'étrangers. Est-ce que cela fait progresser les français ? Pas sûr. C'est un vaste chantier qui ne pourra pas se résoudre à coup de replâtrage ou d'initiatives superficielles". Selon lui, ce n'est pas le changement d’entraîneur qui va solutionner le problème. 

"C'est le système qu'il faut revoir à la base, pas l’entraîneur"

— Alain, supporter du XV de France

Alain fait le même constat: "c'est le système qu'il faut revoir, pas les entraîneurs. Tous les jeunes en formation dans nos clubs, où sont-ils ? Quand vous voyez chez les All Blacks des jeunes de 20, 21 ans piliers ou talonneurs, en France c'est ce qui manque !" Pour lui, "les joueurs sont humains avant tout, quand vous voyez un joueur comme Thierry Dusautoir qui joue dans son club, qui est sélectionné pour faire le tournai des 6 nations, qui est sélectionné pour faire la coupe du monde, comment voulez-vous qu'il tienne le coup ? C'est normal qu'il ne puisse pas y arriver, il est faillible comme tout le monde !" Pourtant, cela ne l'empêche pas de croire à tout le bien que peut apporter Guy Novès, après son expérience de 9 ans au stade toulousain. "Il peut réussir mener la France très loin dans quatre ans au Japon, à condition qu'il révolutionne tout, qu'il mette le pied dans la ruche, qu'il fasse le ménage et qu'il fasse jouer les jeunes, en leur faisant confiance. Ou alors il peut aussi éliminer tous les étrangers en Pro D2 et mettre à la place de jeunes espoirs"