Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

XV de France : face aux All Blacks, Jefferson Poirot veut "passer à l'action"

samedi 11 novembre 2017 à 7:09 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde et France Bleu

Après une tournée ratée en Afrique du Sud, les Bleus sont très attendus ce samedi (21h) face aux champions du monde. Le pilier de l'union Bordeaux-Bègles, qui va honorer sa douzième sélection, reconnaît que le XV de France a besoin de victoires. Entretien.

Pour Jefferson Poirot, les Bleus doivent maintenant monter en puissance. Et gagner.
Pour Jefferson Poirot, les Bleus doivent maintenant monter en puissance. Et gagner. © Maxppp - Maxppp

France Bleu : Où en est le XV de France avant d'affronter la Nouvelle-Zélande ?

Jefferson Poirot : Ca fait deux ans qu'on est sur le nouveau projet. Je trouve qu'il y a une une progression malgré l'accident en Afrique du Sud. Maintenant, il va falloir valider et se focaliser sur l'objectif coupe du monde. Le projet est digéré. Il va falloir passer à l'action parce qu'il y a deux belles années qui nous attendent.

Il y a un ras-le-bol. Dans le contenu il y a de très très bonnes choses mais on n'arrive pas à basculer. Pour moi c'est un moteur. Je crois beaucoup à notre projet de jeu. Maintenant, il faut y aller comme des malades.

L'équipe a besoin de résultats ?

Il y a eu deux ans d'adaptation. Tout le monde a envie d'avoir des résultats. On a beaucoup de joueurs ambitieux, on a conscience du niveau auquel on a été sur les deux dernières années. On a aussi conscience de ne pas avoir été récompensés à hauteur de nos efforts.

Le pilier de l'UBB espère tirer profit en novembre de la lourde préparation physique imposée cet été aux internationaux. - Radio France
Le pilier de l'UBB espère tirer profit en novembre de la lourde préparation physique imposée cet été aux internationaux. © Radio France - Justine Hamon

Ca vous agace ?

Oui, il y a un ras-le-bol. En Afrique du Sud, on perd trois fois, trois gros écarts avec cinq occasions franches pour la France et pas plus pour les Springboks. Aujourd'hui on a un gros problème d'efficacité. Dans le contenu il y a de très très bonnes choses mais on n'arrive pas à basculer. Pour moi c'est un moteur. Il ne faut pas surjouer, je répète que je crois beaucoup à notre projet de jeu. Maintenant, il faut y aller comme des malades.

On va passer au révélateur All Black. C'est super, c'est une équipe qui perd très peu. Cette équipe a très peu de failles, on les a quand même détectées. On va essayer de s'y engouffrer.

Pour savoir où on en est, quoi de mieux que d'affronter les champions du monde ?

On va passer au révélateur All Black. C'est super, c'est une équipe qui perd très peu. On n'a pas plus de pression que ça à part l'exigence de faire quelque chose de bien sur le contenu et un peu mieux que la saison dernière où on les a accrochés (ndlr : défaite 24-19). Ce serait bien de basculer sur une victoire. Cette équipe a très peu de failles, on les a quand même détectées. On va essayer de s'y engouffrer.

Jefferson Poirot et les Bleus ont accroché quelques grosses pointures du rugby mondial. sans parvenir à les battre. - Radio France
Jefferson Poirot et les Bleus ont accroché quelques grosses pointures du rugby mondial. sans parvenir à les battre. © Radio France - Justine Hamon

Jefferson Poirot : "Marquer les esprits"

Ce serait bien de montrer un signe ?

Oui, marquer les esprits. Ce serait d'avoir une victoire forte à notre tableau de chasse. On passe souvent pas loin des grandes équipes. En Angleterre sur le match d'ouverture du Tournoi, face à l'Australie, face à la Nouvelle-Zélande.... Maintenant il faut gagner.

Gagner, malgré la présence de beaucoup de nouveaux...

Ce n'est pas parce qu'on est nouveau qu'on ne doit pas penser à gagner. Au contraire. Il y a une génération de joueurs qui vient d'arriver en Top 14 et qui se retrouve aujourd'hui en équipe de France. Ce sont des joueurs qui se posent très peu de questions et qui performent.