Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

XV de France : le club des cinq de l’UBB

-
Par , France Bleu Gironde

Portés par les performances de l’Union Bordeaux-Bègles, actuel leader du Top 14, ils sont cinq joueurs à rejoindre ce dimanche le XV de France pour débuter à Nice la préparation du Tournoi des Six Nations. Présentation.

Jefferson Poirot (au centre) sera le "papa" de l'UBB au sein du XV de France.
Jefferson Poirot (au centre) sera le "papa" de l'UBB au sein du XV de France. © Radio France - Justine Hamon

Jamais le club girondin n’avait été autant mis en lumière. L’Union est le troisième club le plus représenté derrière Toulouse et Toulon dans la liste des 42. Si la présence du taulier Jefferson Poirot était une évidence, ses quatre coéquipiers vont tenter de se faire une place chez les Bleus pour le premier rendez-vous post-coupe du monde de l’ère Galthier.

Jefferson Poirot (27 ans, 33 sélections)

Il est le troisième joueur le plus capé de la liste derrière Gaël Fickou (51) et Bernard Le Roux (37).  Depuis ses débuts sous le maillot bleu en février 2016, il a été régulièrement appelé, s’est imposé comme le numéro un au poste de pilier gauche et comme un cadre du groupe France au point d’assurer l’intérim du capitanat quand Guilhem Guirado n’était pas là. Jefferson Poirot attend de voir quelles responsabilités va lui confier un staff qui a choisi Charles Ollivon comme capitaine. A 27 ans, le Lindois va vivre son quatrième Tournoi. Ses concurrents, le Toulousain Cyril Baille et le Toulonnais Jean-Baptiste Gros, sont pour l’instant derrière lui dans la hiérarchie.

Matthieu Jalibert (21 ans, une sélection)

Deux ans après un premier rendez-vous manqué face à l’Irlande suite à un plaquage du centre Bundee Aki, le jeune Girondin va retrouver les Bleus. A 21 ans, il fait partie des pépites sur lesquelles le staff tricolore compte pour faire grandir l’équipe de France jusqu’au Mondial 2023. Techniquement, le gamin sait tout faire, il a un mental au-dessus de la moyenne et bute avec son club. « C’est le meilleur 10 français » assure son président Laurent Marti. 

Sous la houlette de Christophe Urios, Matthieu Jalibert poursuit sa progression. - Radio France
Sous la houlette de Christophe Urios, Matthieu Jalibert poursuit sa progression. © Radio France - Justine Hamon

Beaucoup d’observateurs estiment qu’il doit débuter à l’ouverture face aux Anglais et que son association avec Romain NTamack, qui glisserait au centre, serait la meilleure option. Sachant qu’avec le Toulonnais Louis Carbonel, les Bleus disposent d’un troisième demi d’ouverture à fort potentiel.

Maxime Lucu (27 ans, 0 sélection)

Si Matthieu Jalibert brille avec l’Union depuis le début de saison, c’est aussi parce qu’il joue souvent aux côtés de Maxime Lucu. Le Basque, qui évoluait encore en Pro D2 avec Biarritz il y a six mois, explose en Top 14. Son dynamisme, sa solidité défensive et la puissance de son jeu au pied ont tapé dans l’œil de Fabien Galthié. A 27 ans, celui qui a fréquenté un certain Charles Ollivon à l’école de rugby de Saint-Pée-sur-Nivelle, se rend à Nice avec gourmandise et envie de progresser. Le Toulousain Antoine Dupont et son prédécesseur à l’UBB Baptiste Serin ont une plus grande expérience du niveau international. Mais le néo-Bordelais bouscule tout sur son passage en ce moment.

Cameron Woki (21 ans, 0 sélection)

Il fait partie des surprises de la liste Galthié. Champion du monde U20 en 2018, Cameron Woki commence à se bâtir une belle réputation dans un Top 14 qu’il fréquente depuis deux saisons et demi. L’ancien troisième ligne aile de Massy affiche un profil de joueur moderne et complet. Capable de répéter les efforts, de se déplacer sur le terrain et dominateur dans l’alignement. « Si tu veux un plaqueur-gratteur, ce n’est pas le bon gars, disait son manageur Christophe Urios avant sa convocation. Par contre si tu cherches quelqu’un de bon en touche, très mobile et fort dans les couloirs, je pense qu’il peut être un prétendant. Cameron a une marge de progression énorme, c’est un gamin, il est à 80 % de ses capacités. »

Cyril Cazeaux en action lors du match de Top 14 face à Toulon. - Radio France
Cyril Cazeaux en action lors du match de Top 14 face à Toulon. © Radio France - Justine Hamon

Cyril Cazeaux (24 ans, 0 sélection)

Lui aussi partait de loin chez les pronostiqueurs. Travailleur de l’ombre, le deuxième ligne de l’UBB avait porté à deux reprises en 2015 le maillot des moins de 20 ans alors qu’il évoluait encore à Dax. Transféré en Gironde l’été suivant, il s’est installé dans la rotation et a nettement passé un cap cette saison (douze titularisations). Cyril Cazeaux est un bosseur, quelqu’un qui ne semble pas douter et qui avance inlassablement balle en main. Le Landais va débarquer à Nice avec humilité mais en pleine confiance pour montrer ce qu’il vaut à un poste où, en l’absence du Clermontois Sébastien Vahaamahina,  personne ne semble véritablement se détacher en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu