Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

XV de France : les frères Taofifenua réunis, "tout se passe dans le regard"

jeudi 23 novembre 2017 à 18:12 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde, France Bleu Provence et France Bleu Roussillon

Après avoir été partenaires à l'USAP, adversaires en club et avant de se retrouver la saison prochaine à Toulon, Sébastien et Romain Taofifenua sont réunis sous le maillot bleu. Une aide précieuse pour le pilier de l'Union Bordeaux-Bègles qui découvre l'univers du XV de France.

Sébastien Taofifenua découvre le monde des Bleus et la présence de son grand frère facilite les choses.
Sébastien Taofifenua découvre le monde des Bleus et la présence de son grand frère facilite les choses. © AFP - Franck Fife

France Bleu : Qu'est ce que ça change de jouer avec son frère en équipe de France ?

Sébastien Taofifenua : C'est sûr que ça donne une énergie importante. C'est très spécial pour moi, pour nous deux. Sortir de l'entraînement, se retrouver dans la chambre avec son frère. Tout le monde n'a pas la chance de vivre ça. On n'en parle pas beaucoup mais au fond, on est vraiment heureux tous les deux. De se retrouver ici, de se retrouver tout court.

On n'en parle pas beaucoup mais au fond, on est vraiment heureux tous les deux. De se retrouver ici, de se retrouver tout court.

Une émotion qui peut être trop forte ?

Non. On est très pudiques tous les deux. On n'en parle pas beaucoup même si je parle un peu plus que lui. On n'a pas besoin de parler, tout se passe dans le regard et quand on bascule sur le rugby, on pense vraiment à ce qu'on nous demande de faire sur le terrain, chacun de notre côté. On est focalisé là-dessus.

Est-ce que vous prenez soin l'un de l'autre, même sur le terrain ?

Non, sur le terrain, on est vraiment focalisé sur ce qu'on doit faire l'un et l'autre. Mais en dehors beaucoup, oui. Je me sens vraiment comme le petit frère comme ça a toujours été le cas. Quand je suis arrivé au pole espoir d'Ussel, c'était pareil, je me sentais vraiment protégé. Pareil quand je suis arrivé dans l'équipe première à l'USAP. Et c'est pareil depuis la semaine dernière. J'ai plus de facilités parce qu'il est là et qu'il sait déjà ce que c'est.

Les deux frères adversaires lors de UBB / Toulon en avril dernier. - Radio France
Les deux frères adversaires lors de UBB / Toulon en avril dernier. © Radio France - Justine Hamon

C'est plus simple de poser les quastions à son frère qu'à Guy Novès ?

C'est sûr. C'est pour ça que c'était important qu'il soit là. J'avais beaucoup de retard à rattraper sur le plan de jeu, la circulation, les annonces en touche. C'était un peu compliqué. J'ai eu la chance d'être dans la chambre avec lui. Il m'a tout expliqué et au final ça s'est très bien passé.

Sébastien Vahaamahina fait aussi un peu partie de la famille ?

Oui, quand on jouait à l'USAP, on était tout le temps ensemble. C'est vraiment cool de se retrouver ici tous les trois.