Rugby

XV de France : Pierre Camou reconnait "un échec total" et prône "un autre système"

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde, France Bleu Pays Basque et France Bleu lundi 19 octobre 2015 à 18:26

Pierre Camou, le président de la Fédération Française de Rugby
Pierre Camou, le président de la Fédération Française de Rugby © Maxppp

Pierre Camou est enfin sorti de son silence. Au surlendemain de la raclée subie par le XV de France face aux All Blacks, le président de la Fédération Française de Rugby annonce dans une interview à l'AFP qu'il convoque un bureau fédéral extraordinaire jeudi matin à Paris.

Pierre Camou se fait rare dans les médias. Pas étonnant que le basque ait pris son temps avant de commenter la débandade samedi en quart de finale de la Coupe du monde contre la Nouvelle-Zélande (défaite 62 à 13). Il y a quatre ans déjà, Pierre Camou n'avait pris la parole qu'avant le quart de finale contre l'Angleterre pour dire sa confiance dans le groupe alors managé par Marc Liévremont avec des intonations gaulliennes ("J'ai peur d'une France sans mémoire, sans Histoire."). Pour cette Coupe du monde, le président de la Fédération Française de Rugby, dont on ne sait toujours pas s'il se représentera l'année prochaine face à Bernard Laporte, n'est jamais monté au créneau. Il le fait donc deux jours après la piteuse élimination du XV de France.

Le bilan de la Coupe du monde

Pierre Camou parle clairement d'un "échec total". "_On s'était fixé des objectifs importants, donc cette défaite est un échec total, a-t-il affirmé. Il faut bien le reconnaître. Nous sommes dans un moment difficile, ce serait stupide de le nier. _Je suis le premier à le reconnaître et j'en prends, en tant que président de le Fédération, la responsabilité absolue". Le président de la Fédération Française veut tirer rapidement les conséquences de cet échec. C'est effectivement la première fois que les Bleus n'atteignent pas le dernier carré de la Coupe du monde depuis 1991,  un résultat qui passe encore plus mal vu l'ampleur du score concédé aux Néo-Zélandais, soit la plus grosse défaite du XV de France en Coupe du monde. Pierre Camou a donc décidé de réunir très rapidement les responsables du rugby français. "J'ai convoqué un bureau fédéral extraordinaire jeudi matin à Paris, avec comme seul ordre du jour cette Coupe du monde. J'attends que tout le monde s'exprime librement, fasse les constats, donne son regard et ait du courage".

Les pistes pour changer les choses

Celui qui dirige la Fédération Française de Rugby depuis six ans estime que c'est toute l'organisation du rugby français qui doit être revue. "J'espère que tout le monde va prendre conscience que dans l'intérêt du rugby, le XV de France doit être au centre de notre organisation". Selon lui, il faut "aller beaucoup, beaucoup plus loin" dans la protection des meilleurs joueurs français. 

►►► A lire aussi : XV de France, les dossiers qui fâchent

Pierre Camou affirme vouloir remettre toute l'organisation du rugby français sur la table. Certains lui rétorqueront qu'il réagit un peu tard. "Dans la dernière convention, on a fait quelques avancées, rappelle le président de la FFR. Des avancées dans les temps de préparation, dans la santé des joueurs, sur le nombre des matches. Mais ces avancées ne sont pas suffisantes". Aujourd'hui, il faut aller beaucoup plus loin selon Pierre Camou : "Il faut trouver un autre système. Et je suis prêt à tout". Notamment, Pierre Camou est prêt à envisager des contrats fédéraux pour les meilleurs joueurs français qui pourraient ainsi être davantage disponibles pour l'équipe de France. "Il faut avoir une volonté politique. C'est pour ça que je convoque un bureau, pour échanger et faire comprendre à tous le monde dans lequel on est. Le système n'est pas parfait, c'est le fruit de négociations entre les acteurs du rugby, et il montre là ses limites". Il y a quand même un problème de taille, comment la FFR peut-elle financer les contrats fédéraux. Pierre Camou veut aussi trouver des solutions efficaces pour permettre aux jeunes de progresser et surtout de jouer dans les clubs de Top 14 et de Pro D2. "Depuis 6 ans, on essaye de tout réformer, les tranches d'âge, les formations, affirme Pierre Camou. Mais les gamins ne jouent pas ! Ils ne jouent jamais. Or, la meilleure des formations, c'est le jeu".

►►► Retrouvez toutes les infos de la Coupe du monde dans notre dossier spécial