Rugby

XV de France - Pour Imanol Harinordoquy, "un problème technique, pas physique"

Par Frédéric Chapuis, France Bleu Toulouse lundi 19 octobre 2015 à 22:42

Imanol Harinordoquy de retour au pays basque mais sans s'imposer
Imanol Harinordoquy de retour au pays basque mais sans s'imposer © Radio France

Avant le bureau fédéral extraordinaire réuni jeudi à Paris par le président de la FFR, Pierre Camou, entraîneurs et joueurs du Top 14 se penchent sur le cas du XV de France, éliminé de la Coupe du monde. Le problème est d'abord "technique" assure, le 3e ligne toulousain Imanol Harinordoquy.

L'ancien joueur du Biarritz Olympique, qui compte 82 sélections sous le maillot du XV de France, a disputé 16 matchs en trois Coupes du monde (2003, 2007, 2011. S'il joue probablement sa dernière saison à Toulouse, Imanol Harinordoquy garde un regard averti sur les Bleus, éliminés en quart de finale du Mondial par la Nouvelle-Zélande. Pour le troisième ligne, l'écart entre les deux Nations, s'explique d'abord par des lacunes techniques, côté français.

Dans les attitudes, techniquement, ils font la différence

"Il y a des clubs, comme ici à Toulouse, où les internationaux, je ne vais pas dire qu'ils sont ménagés, mais ils n'ont pas joué non plus 40 matchs sur la saison. Je crois que le problème n'est pas non plus physique. On a vu, en général, sur les Coupes du monde, qu'on arrivait à rattraper ce décalage physique. Aujourd'hui, le décalage est surtout technique. Ça commence très jeune, à la formation. Les All Blacks, ils ne sont pas surpuissants, ils ne courent pas plus que les Français. Si on fait des tests aujourd'hui, je ne pense pas qu'ils soient au-dessus. Par contre, dans les attitudes, techniquement, ils font la différence donc forcément, sur un match de cette intensité, c'est la vitesse dans le jeu qui fait la différence."

Le problème du rugby français est plus technique, que physique.

A LIRE AUSSI >>> INVITÉ | Fabien Pelous : "Le rugby français ne va pas mal"

A LIRE AUSSI >>> Top 14 - Toulouse - Pérez qualifié, les Bleus ménagés à Bordeaux