Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

XV de France - Top 14 : comment supprimer les doublons ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie

À l'occasion de la 12e journée de Top 14 et du troisième test-match du XV de France, le rugby français va vivre, ce samedi, son premier doublon de la saison. Une particularité, qui date du rugby amateur, mais qui dérange un monde ovale devenu professionnel. Pourtant ni la Fédération Française de Rugby, ni les clubs du Top 14 ne semblent décidés à s'entendre pour le bien du rugby français.

Des solutions existent pour éviter de jouer en même temps les matches en Top 14 et en équipe nationale
Des solutions existent pour éviter de jouer en même temps les matches en Top 14 et en équipe nationale © Maxppp

C'est un serpent de mer presque aussi vieux que le rugby ! Deux, 3 voire 4 fois par saison (sans parler des années de Coupe du Monde où les clubs sont privés de leurs meilleurs joueurs la moitié du championnat. ndlr), l'équipe nationale joue en même temps que les clubs (à moins que ce soit l'inverse !) privant, du coup, ces mêmes clubs de leurs meilleurs joueurs. Une habitude née du monde amateur quand le rugby des clubs se jouait à 80 ou 100 et quand le monde ovale tirait l'essentiel voire l'intégralité de ses ressources des matchs du XV de France permettant ainsi de rétribuer les internationaux.

L'ère du rugby professionnel

Seulement, depuis 1995, le rugby est devenu professionnel (la Ligue Nationale de Rugby est née en 1998) , les clubs se sont structurés au point de devenir de véritables entreprises. Les enjeux financiers sont beaucoup plus importants. La réussite est telle que le championnat de France, le Top 14, est considéré comme le meilleur au monde, et attire chaque année toujours plus de stars étrangères, en particulier de l'hémisphère sud. Une (r)évolution qui crée désormais des divergences d'intérêts entre, d'un côté les clubs, qui paient les joueurs, et de l'autre la Fédération Française de Rugby (FFR) qui représente le XV de France .

Si toutes les parties sont d'accord pour souligner l'intérêt supérieur de l'équipe nationale, sur la forme pourtant, personne ne semble prêt au compromis. Les clubs, en particulier les gros fournisseurs de l'équipe de France (Stade Toulousain, Clermont, USA Perpignan) , s'estiment de plus en plus lésés par un système qui les prive de leurs internationaux, qu'ils continuent pourtant de payer, même si la FFR les dédommage au prorata du nombre de joueurs sélectionnés. Récemment le président du Stade Toulousain Jean-René Bouscatel confiait que le coût pour son club la saison passée était de 500 000 euros. 

De leur côté, les entraîneurs du XV de France se plaignent du manque de temps où les internationaux sont mis à disposition pour préparer les matchs. Les responsables des Bleus dénoncent aussi le temps de jeu des internationaux, trop élevé, et réclament, sur le modèle britannique, des contrats fédéraux pour les joueurs les plus sollicités. Un projet resté lettre morte pour le moment, faute d'accord entre la FFR et LNR.

Il existe des solutions pour supprimer les doublons

Bref une situation ubuesque où personne ne se satisfait d'un système devenu obsolète et contraire aux intérêts du rugby français dans son ensemble. Pourtant il existe des solutions pour "libérer" des dates dans ce calendrier surchargé et donc supprimer ces fameux doublons qui nuisent à la lisibilité du deuxième sport français ... et donc à son développement.

VOTEZ ICI :  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess