Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Sport d'hiver - ski - biathlon

VIDÉO - Sur la glace avec les Tornades, l'équipe de hockey d'Auxerre

jeudi 15 février 2018 à 1:57 Par Lisa Guyenne, France Bleu Auxerre

A mi-parcours des Jeux olympiques d'hiver à PyeongChang, en Corée du Sud, nous vous proposons de découvrir les disciplines des JO, vues de chez nous, dans l'Yonne. Aujourd'hui, direction la patinoire, avec les hockeyeurs des Tornades.

L'équipe des Tornades s'entraîne une fois par semaine à Monéteau.
L'équipe des Tornades s'entraîne une fois par semaine à Monéteau. © Radio France - Lisa Guyenne

Auxerre, France

La patinoire de Monéteau (Yonne) résonne au son des crosses qui frappent les palets. Ils sont une dizaine à s'entraîner ici chaque semaine. "J'ai fait du patinage, de la glisse, puis le hockey est venu naturellement, parce qu'il y avait déjà des entraînements ici. J'ai essayé, j'ai accroché... et je n'ai jamais lâché", sourit Grégoire Gosmand, le président de l'association de hockey. 

Le club a longtemps fait partie de la section "sports de glace" de l'AJ Auxerre. Aujourd'hui, il n'y a plus de compétitions, alors les hockeyeurs sont là avant tout pour le plaisir. "La sensation de glisse, le maniement de la crosse, les phases de jeu qui sont très rapides..." énumère Grégoire.

"La première fois que j'ai vu du hockey à la télé, ça a fait comme un déclic"

Et il n'y a pas d'âge pour le hockey. A 63 ans, Jean-Pierre est un passionné de la première heure. "La première fois, c'est lorsque j'ai vu des Jeux olympiques à la télévision. C'était au tout début de la télé, en noir et blanc, peu de monde en avait une à la maison", se souvient-il. "Ca a fait un petit déclic comme ça, puis on est allé voir un match avec mon frère, et j'ai voulu jouer."

Patrice, lui, a commencé il y a 15 ans grâce à ses deux fils, hockeyeurs depuis tout petits. "Ils ont commencé à 4 et 8 ans. A l'époque, on habitait à Morzine, et j'ai lancé une équipe amateur avec les parents, parce qu'on passait notre temps à les encourager au bord de la glace sans rien comprendre au jeu. Au départ, je n'y connaissais rien, c'était ma crosse qui me permettait de tenir debout !" s'amuse-t-il. 

Une culture de la crosse qui commence à arriver en France

Et Patrice a bien fait de commencer, car ses deux fils n'ont pas lâché le sport : tous deux ont largement progressé, et aujourd'hui, "un de mes fils est professionnel, il évolue en D1 à Dunkerque."

La D1, ou première division, c'est le dernier échelon avant la ligue Magnus, l'équivalent de la Ligue 1 en football. Un championnat d'élite qui regroupe 12 équipes, souvent dominé par les équipes alpines comme Grenoble, Gap ou encore Chamonix. C'est d'ailleurs de ces grands clubs que s'inspire l'équipe auxerroise. "On suit les matchs, et pour notre nom, on a aussi pensé aux noms d'équipes qui sont toujours un peu farfelus", explique Grégoire.

"Il y a les Brûleurs de Loups grenoblois, les Rapaces de Gap... On a voulu rester dans cet esprit avec les Tornades."

Et si le hockey sur glace est encore relativement confidentiel en France avec 22 000 licenciés (contre deux millions pour le football), le sport commence à s'ouvrir. "En France, ça a été long à venir dans la culture, mais ça commence à arriver" analyse Patrice.

Un rayonnement dont le petit club d'Auxerre aimerait bien profiter. Les Tornades cherchent de nouvelles recrues pour élargir leurs rangs.