Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Sport d'hiver - ski - biathlon DOSSIER : Jeux olympiques d'hiver 2018 de PyeongChang

EN IMAGES - Les trois moments les plus marquants des athlètes isérois aux JO 2018

dimanche 25 février 2018 à 17:00 Par Julien Morin, France Bleu Isère

Un pied qui entre dans la légende, la joie d'un premier titre olympique, ou les larmes déchirantes de la déception... les sportifs isérois ont connu bien des émotions aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Retour en images sur les trois séquences qui nous ont le plus marqué.

Maurice Manificat (à g.), Marie Dorin-Habert (au centre) et Martin fourcade (à d.)
Maurice Manificat (à g.), Marie Dorin-Habert (au centre) et Martin fourcade (à d.) © Maxppp -

Isère, France

Dimanche midi, la patineuse médaillée d'argent Gabriella Papadakis a refermé en tête de cortège les Jeux olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud. Avec 15 médailles, l'équipe de France a égalé son précédant meilleur total de médailles établi à Sotchi (Ukraine) en 2014. Pour cette XXIIIe édition, les Bleus nous ont encore réservé de beaux moments d'émotion, et les Isérois ne sont pas en reste. 

Marie Dorin-Habert, l'émotion de la première

Marie Dorin-Habert ne quitte plus le podium de la cérémonie des fleurs après le titre de l'équipe de France sur le relais mixte - Maxppp
Marie Dorin-Habert ne quitte plus le podium de la cérémonie des fleurs après le titre de l'équipe de France sur le relais mixte © Maxppp - ZUMA PRESS

Elle a failli regarder les Jeux olympiques depuis son canapé. Marie Dorin-Habert a vécu une saison 2017-2018 galère, loin du niveau qui a fait d'elle une quintuple championne du monde. Pourtant la biathlète âgée de 31 ans est bien là, pour ses derniers JO, et ne compte pas faire de la figuration. Dès le sprint (4e), elle prouve qu'elle sera bien l'une des femmes fortes à Pyeongchang. L'apothéose, la licenciée des 7-Laux le vit sur les relais. Déjà argentée avec Marie-Laure Brunet, Sylvie Becaert et Sandrine Bailly, ainsi que bronzée sur le sprint à Vancouver en 2010, il ne lui manque que l'or. 

Survoltée, Marie Dorin-Habert est incontrôlable sur la plus haute marche du podium du relais mixte. Quand ses camarades descendent un à un, elle reste de longs moments, savourant chaque seconde, avant de se faire éjecter, presque de force. La scène provoquant évidemment l'hilarité du reste du relais français : Anaïs Bescond, Simon Desthieux et Martin Fourcade. Accompagnée de l'autre iséroise des 7-Laux, Anaïs Chevalier, ainsi que d'Anaïs Bescond et Justine Braisaz, Marie Dorin-Habert ramène également de Pyeongchang une médaille de bronze sur le relais féminin.

Martin Fourcade dans la légende, quel pied !

Au sprint face à l'Allemand Simon Schempp, Martin fourcade remporte la mass start et devient le Français le plus titré des Jeux d'hiver - Maxppp
Au sprint face à l'Allemand Simon Schempp, Martin fourcade remporte la mass start et devient le Français le plus titré des Jeux d'hiver © Maxppp - Daniel Karmann

On croyait tous les superlatifs épuisés après son exceptionnelle saison 2016-2017 : 14 victoires, le gros globe, tous les petits globes et un titre de champion du monde. Mais Martin Fourcade ne cesse de repousser les limites. Le Catalan installé depuis de nombreuses années dans le Vercors fait tomber un nouveau record. Avec une médaille d'or sur la poursuite, une sur la mass start, et une sur le relais mixte, il devient le Français le plus titré de l'histoire des Jeux olympiques (hiver et été confondu), avec ses cinq titres (deux à Sotchi en 2014)

Maurice Manificat, les larmes de la déception

Maurice Manificat 5e sur la ligne d'arrivée du 15km libre en ski de fond - Maxppp
Maurice Manificat 5e sur la ligne d'arrivée du 15km libre en ski de fond © Maxppp - David Davies

Après une première médaille olympique en 2006 avec Roddy Darragon (argent en sprint), et le bronze en 2014 à Sotchi pour le relais, le ski de fond français arrivait à Pyeongchang avec des ambitions légitimes. Ces ambitions reposaient essentiellement sur les épaules d'un homme : Maurice Manificat. Le fondeur installé à Saint-Nizier-du-Moucherottes nourrissait un rêve, celui de s'imposer sur le 15km libre, épreuve dont il est l'un des tout meilleurs mondiaux. Cinquième sur le skiathlon quelques jours plus tôt, tous les feux sont au vert. Hélas, le jour J, nouvelle cinquième place, "Momo" craque sur la ligne d'arrivée.

Mais Maurice Manificat rebondit vite après cette désillusion. Avec Clément Parisse, Jean-Marc Gaillard et Adrien Backscheider, ils prennent la troisième place sur le relais. Et en compagnie de Richard Jouve, il s'offre une deuxième breloque en bronze sur le sprint par équipe. Malgré la déception, "Momo" est le fondeur français le plus titré de l'histoire des Jeux.