Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Sport d'hiver - ski - biathlon

Jacques Reboh (Brûleurs de loups) : "L'équipe sera encore plus compétitive l'année prochaine"

samedi 31 mars 2018 à 6:10 Par Julien Morin, France Bleu Isère

Alors que la saison s'est achevée mardi soir pour les Brûleurs de loups, le président Jacques Reboh fait le bilan et évoque l'avenir. Défaite frustrante en finale contre les Dragons de Rouen, soif de titres, début de la période des transferts,situation financière du club... Entretien.

Jacques Reboh, président des Brûleurs de loups.
Jacques Reboh, président des Brûleurs de loups. - Site internet du club

Grenoble, France

À tête reposé, Jacques Reboh, est-ce que vous avez compris ce qui vous a manqué en finale contre Rouen (défaite 4 matchs à 0) ?

À tête reposé oui, mais il y a encore un petit peu de brume. On a des premiers constats qui nous ont marqué comme le problème du manque, un problème de discipline. C'est beaucoup revenu sur les réseaux sociaux, un problème d'arbitrage aussi. Le groupe est extrêmement déçu, marqué.

Quand on est Grenoble, on veut remporter des titres, est-ce que cette saison est manquée ?

Quand on perd, la saison est ratée, mais il faut quand même tirer du positif de tout ça. On fait une saison où on enchaîne 18 victoires à domicile, on finit premiers du championnat, on remporte le Trophée des Champions. Tous ces éléments là marquent la régularité et le travail qui a été fait cette saison. Après on a passé deux mauvaises semaines : celle de la coupe d'Europe, et celle de la série finale contre Rouen.

"Quand on perd, la saison est ratée, mais il faut quand même tirer du positif de tout ça"

Il y a un vrai contraste entre la phase régulière où par moment vous avez semblé presque invincibles, et les playoffs où l'équipe était plus dans le dur. Est-ce que la fatigue a pu jouer ?

Je ne sais pas. Effectivement il y a des des éléments  qui sont venus perturber la préparation. On a deux de nos joueurs cadres qui sont partis aux Jeux olympiques, peut-être que certains joueurs n'ont pas réussi à monter leur niveau pour différentes raisons, peut-être que la préparation qu'on a mis en place tout au long de la saison ne nous a pas permis d'être à la pointe de notre forme à ce moment là... Il y a plein de pistes de recherche pour éviter de dupliquer l'errement qu'on a constaté sur la phase de playoffs. On peut cependant constater qu'à chaque fois que notre équipe a été dans le dur, sauf peut-être lors de la série finale, elle a réussi à se ressaisir et à aller chercher la victoire.

La coupe Magnus c'est partie remise à l'année prochaine, mais partie remise avec quel groupe ? Le staff reste-t-il en place, le groupe sera-t-il conservé ou est-ce que l'on remet tout à plat ?

Non, (remettre tout à plat) ce n'est pas dans notre culture. Nous avons de nombreux joueurs qui ont des contrats pluriannuels. Pour véhiculer nos valeurs, il nous faut un noyau dur qui soit présent régulièrement. Nous étions sur un projet sur trois ans aussi bien pour le staff que pour les joueurs. L'année prochaine on retrouvera le gros de notre équipe : neufs joueurs sont toujours sous contrat avec les Brûleurs de Loups (Mathias Arnaud, Julien Baylacq, Joël Champagne, Bostjan Golicic, Kyle Hardy, Lukas Horak, Sébastien Rohat, Christophe Tartari et Teddy Trabichet). Les discussions avec les autres joueurs de l'effectif commenceront en fin de semaine prochaine. Le staff reste en place, et on essayera de renforcer avec des joueurs de très bon niveau.

"La douleur de constater la défaite, je ne souhaite plus la vivre"

Quelle est la tendance du recrutement à venir ?

Nous avons quelque contacts avec des Français de haut niveau. Nous allons également nous tourner vers nos jeunes, notre centre de formation qui peut nous proposer de belles solutions. Mais nous irons bien entendu aussi chercher à l'étranger des joueurs du haut niveau mondial, ce qui nous permettra d'apporter encore plus de performance à notre équipe.

Les efforts consentis côté finances pour construire une équipe compétitive cette année seront-ils répétés ? L'envie est toujours là ?

L'envie encore plus qu'hier. La douleur de constater la défaite, je ne souhaite plus la vivre. De perdre, de perdre chez eux, de perdre dans ces conditions ça fait vraiment mal. De voir un groupe totalement marqué... non, je veux plus revivre tout ça, donc on va tout faire pour ne plus le revivre. L'équipe sera encore plus compétitive l'année prochaine. Quand à l'aspect financier pour construire cette équipe, nous serons sur un périmètre équivalent à celui que nous avions cette saison, périmètre qui sera constant sur les prochaines années.

Quand vous êtes arrivé (il y a deux saisons), vous avez du faire face à des difficultés financières. Aujourd'hui, les finances sont saines ?

Nous avions établi une feuille de route en interne et avec la Fédération française de hockey sur glace (FFHG). Aujourd'hui, nous sommes très à l'aise car cette feuille de route est parfaitement respectée, les perspectives sont bonnes. On aura fini d'assainir l'ensemble du club l'année prochaine. Autant j'ai su vous le dire quand c'était compliqué, autant je vous le dis aujourd'hui je suis vraiment serein et fier du travail accompli par toute l'équipe pour aboutir à cette situation.