Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Sport d'hiver - ski - biathlon DOSSIER : Jeux paralympiques d'hiver 2018 de PyeongChang

Jeux paralympiques : voici les six disciplines dans lesquelles concourent les athlètes à PyeongChang

jeudi 8 mars 2018 à 20:04 Par Denis Souilla et Xavier Demagny, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Les Jeux paralympiques de PyeongChang se déroulent du 9 au 18 mars en Corée du Sud. Mais quels sont les sports représentés pour cette douzième édition ?

Suivez les quinze sportifs de la délégation française aux Jeux paralympiques de PyeongChang
Suivez les quinze sportifs de la délégation française aux Jeux paralympiques de PyeongChang - © B. Loyseau / © G. Picout / © D. Echelard / © M. Hatmann

Les Jeux paralympiques de PyeongChang se déroulent du 9 au 18 mars en Corée du Sud. Douze athlètes accompagnés de trois guides représentent la France dans la plupart des disciplines. Mais d'ailleurs, savez-vous quels sont les sports représentés pour cette douzième édition des Jeux paralympiques d'hiver ?

Ski alpin (para ski alpin)

La discipline compte des épreuves de descente, super-G, super combiné, slalom géant et slalom, femmes et hommes pour les trois catégories de handicap : assis, debout, déficient visuel. Les épreuves se courent debout ou assis, à deux skis ou uniski, avec une prothèse, selon le handicap physique ou la paralysie, avec un guide pour les non voyants ou mal voyants.

Marie Bochet, la porte-drapeau de la délégation tricolore. - Aucun(e)
Marie Bochet, la porte-drapeau de la délégation tricolore. - France paralympique

Snowboard (para snowboard)

En snowboard cross, les concurrents sont opposés sur un parcours comportant tout un éventail d’obstacles : virages relevés, rollers, spines, sauts, etc. En qualifications, chaque concurrent effectue le parcours seul. En général, tous les athlètes effectuent le parcours deux fois lors des qualifications. Les seize premiers chez les hommes, ainsi que les huit premières chez les femmes, peuvent accéder aux phases finales.

Le banked slalom est une nouvelle épreuve paralympique. Les concurrents effectuent le parcours en franchissant des portes. Tous les athlètes effectuent le parcours trois fois. Le meilleur temps des trois parcours détermine le résultat final. Le parcours doit avoir les caractéristiques suivantes : dénivelé de 100 à 2500 m, longueur de 400 à 1 000 m, inclinaison moyenne de 15 degrés et une durée approximative de l’épreuve de 30 à 90 secondes. Le parcours doit avoir une largeur minimale de 25 mètres.

Certains athlètes participants sont amputés et assimilés, ou atteints d’un handicap physique.

La surfeuse Cécile Hernandez, ici à Sotchi en 2014. - Aucun(e)
La surfeuse Cécile Hernandez, ici à Sotchi en 2014. - France paralympique

Ski de fond (para ski de fond)

Les épreuves hommes et femmes comptent des sprints, relais mixtes et open sur 5, 10, 12, 15 ou 20 km, en position debout et assis, en style libre ou classique. Des athlètes sont quelques fois assis sur une luge montée sur deux skis parallèle et avancent à la force des bras et bâtons. La vitesse moyenne du para skieur de fond est de 20 km/h et peut atteindre jusqu’à 60 km/h. Vingt épreuves et cinq journées y seront consacrées durant des Jeux. Les compétiteurs en para ski de fond sont paralysés partiellement, amputés, infirmes moteurs cérébraux ou atteintes d'un handicap physique.

Benjamin Daviet ici à Sotchi en 2014. - Aucun(e)
Benjamin Daviet ici à Sotchi en 2014. - France paralympique

Biathlon (para biathlon)

Les épreuves de biathlon comptent des courses de 6 à 15 km, selon les catégories hommes ou femmes. Les para biathlètes utilisent une carabine à air comprimé ou un fusil laser. Pour les athlètes non-voyants ou malvoyants, ce fusil adapté est équipé d’un capteur acoustique, émettant un signal plus ou moins fort et fréquent, selon la proximité du centre de la cible (environ 15 mm de diamètre).

Les biathlètes non-voyants tirent avec un fusil adapté, équipé d’un capteur acoustique. - Aucun(e)
Les biathlètes non-voyants tirent avec un fusil adapté, équipé d’un capteur acoustique. - France paralympique

Hockey sur glace (para hockey sur glace)

Le para hockey sur glace se joue selon le même principe que le hockey pour sportifs valides. Deux équipes de six joueurs dont un gardien s'affrontent pour marquer des buts. Les joueurs sont équipés d'une luge à deux lames et de deux crosses, l'une pour guider, l'autre pour lancer le palet. Malheureusement la France ne sera pas représentée dans cette discipline. 

Le match Etats-Unis/Russie en 2014 à Sotchi. - Aucun(e)
Le match Etats-Unis/Russie en 2014 à Sotchi. - Benjamin Loyseau / France paralympique

Curling (para curling)

Là non plus, pas d'athlètes tricolores dans cette discipline. Mais le principe est le même que pour le curling, entraîner le plus près d'une cible sur la glace un bloc de 20 kilos, à une exception près : le balayage n'est pas autorisé. 

Le para curling se pratique normalement, sauf qu'il n'y a pas de balais. - Aucun(e)
Le para curling se pratique normalement, sauf qu'il n'y a pas de balais. - France paralympique

Les Jeux olympiques face aux paralympiques : quelles différences ?