Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Sport d'hiver - ski - biathlon DOSSIER : Le cinquantenaire des Jeux olympiques de Grenoble

JO de 1968 à Grenoble : les jeux de Chamrousse

jeudi 8 février 2018 à 3:36 Par Denis Souilla et Antonin Kermen, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Il y a 50 ans, en février 1968, Grenoble accueillait les Jeux olympiques. France Bleu Isère vous propose de revivre ces Xe JO d'hiver. Les épreuves reines, celles de ski alpin se couraient à Chamrousse. La station s'est transformée et fut marquée par les trois médailles de Jean-Claude Killy.

L'arrivée de la piste olympique à Chamrousse
L'arrivée de la piste olympique à Chamrousse - © Musée dauphinois

Chamrousse, France

En 1968, Chamrousse décroche le gros lot, les épreuves reines des jeux, les descentes et slaloms. D'important travaux transforment en quelques années, la station de Belledonne et ses pistes. "On a remué chaque pierre, on a préparé le terrain. On a construit une colline de 30.000 mètres cubes de façon a avoir le dénivelé réglementaire", expliquent les organisateurs des épreuve à l'époque.

Dès décembre 1967, des milliers de militaires sont envoyés pour damer et préparer les pistes à pieds, dans des conditions difficiles. Ils reçoivent même, en janvier, des injections de pénicilline pour enrayer une épidémie de grippe. Mais tout sera prêt à temps pour accueillir les épreuves et les milliers de spectateurs déposés chaque matin par des cars venus de Grenoble. 

  - Aucun(e)
- Collection Musée dauphinois / © Denis Vinçon
  - Aucun(e)
- Collection Musée dauphinois / © Denis Vinçon
Georges Pompidou à Recoin  - Aucun(e)
Georges Pompidou à Recoin - © G. Gery / Paris Match / Scoop

"Vous aviez des gens qui faisaient un petit peu la fête"

Les parents de Patrice Goy tenaient alors le restaurant "L’écureuil" au pied des pistes. "Pendant dix jours, nous n'avons pas fermé", se souvient-il, il était alors âgé de 16 ans. "Il y avait d'abord les petits déjeuners à partir de six heures du matin. Et puis le soir, vous aviez des gens qui faisaient un petit peu la fête et qui traînaient. Les derniers clients partaient vers trois ou quatre heures du matin. Sachant qu'à six heures, il fallait être prêt... On avait juste le temps de faire un petit peu de ménage et approvisionner les frigos."

Jean-Claude Killy - AFP
Jean-Claude Killy © AFP -
Jean-Claude Killy, triple médaillé d'or aux JO en 1968 - AFP
Jean-Claude Killy, triple médaillé d'or aux JO en 1968 © AFP -
 Jean-Claude Killy - Aucun(e)
Jean-Claude Killy - © Pressesports

Jour après jour, le public assiste au triomphe de Jean-Claude Killy. Chamrousse entre dans l'Histoire du sport français en même temps que le triple médaillé d'or et toute l'Équipe de France qui rafle huit médailles avec notamment le titre de Marielle Goitschel, portée par la foule sur le slalom. "Les Français étaient venus en masse. On pensait que ça n'existait qu'en Autriche... Eh bien pas du tout ! Ça existait en France !", se souvient la skieuse championne olympique.

"Cet émerveillement des enfants, cette admiration des gens... C'était un pur moment de bonheur comme ce sera difficile d'en retrouver" — Marielle Goitschel, skieuse, championne olympique de descente

Marielle Goitschel - Aucun(e)
Marielle Goitschel - © Comité international olympique

Chamrousse passe aussi à la postérité pour son brouillard qui, le dernier jour, entraîne une vive polémique autour du slalom finalement remporté par Jean-Claude Killy. Mais le ski français et Chamrousse ont réussi leur Jeux et peuvent entrer dans une autre dimension. 

"Il y a eu une démocratisation des sports d'hiver après les JO et cela a été aussi un formidable bon en avant au niveau des infrastructures réalisées, des routes d'accès", explique Franck Lecoutre, actuel direct de l'office du tourisme de la station de Belledonne. "Il y avait aussi les remontées mécaniques, l'aménagement des pistes. C'était un coup de booster extraordinaire."

Passée au premier plan en 1968, Chamrousse a ensuite perdu de son avance, comme endormie sur ses lauriers olympiques. La station cherche aujourd'hui a se relancer via un projet qui pourrait aboutir à l'horizon 2030.

Collection Geoffrey Aguiard - Aucun(e)
Collection Geoffrey Aguiard -
Collection Geoffrey Aguiard - Aucun(e)
Collection Geoffrey Aguiard -
  - Aucun(e)
- © INA
  - Aucun(e)
- © Comité international olympique
  - Aucun(e)
- © Comité international olympique
  - Aucun(e)
- Collection Geoffrey Aguiard
  - Aucun(e)
- © Comité international olympique
  - Aucun(e)
- Collection Geoffrey Aguiard