Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Sport d'hiver - ski - biathlon

Médaillés olympiques : la ministre des Sports souhaite un "traitement équitable" sur les exonérations d'impôts

mardi 9 octobre 2018 à 8:12 Par Bleuette Dupin, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

La ministre des Sports a réagi ce lundi à la demande d'exonération d'impôts sur les primes des médaillés au JO d'hiver 2018, au nom de l'équité avec les médaillés des JO d'été. Roxana Maracineanu souhaite un "traitement équitable" entre les sportifs, assurant que son ministère étudie la question.

"Le ministère est en train d'étudier la question et de voir des solutions pour que ce traitement puisse être équitable entre tous ces sportifs", a indiqué la ministre en marge de la présentation des équipes de France de ski et de snowboard à Paris.
"Le ministère est en train d'étudier la question et de voir des solutions pour que ce traitement puisse être équitable entre tous ces sportifs", a indiqué la ministre en marge de la présentation des équipes de France de ski et de snowboard à Paris. © Maxppp -

Paris, France

La présentation des équipes de France de ski et de snowboard ce lundi à Paris a été l'occasion pour la ministre des Sports de répondre aux athlètes médaillés aux JO de  Pyongchang en février dernier. Roxana Maracineanu a reçu un courrier signé des deux porte-drapeaux de février 2018, Martin Fourcade - qui a remporté 3 médailles d'or en biathlon en Corée du Sud-  et Marie Bochet  - quadruple médaille en ski alpin aux jeux paralympiques 2018 -.
Les deux champions olympiques lui demandent une égalité de traitement des médaillés olympiques devant l'impôt. Alors que les médaillés des JO de Rio en 2016 ont été exonérés d'impôts sur leurs primes de médailles (prime de 50.000 euros pour l'or, de 20.000 euros pour l'argent, et de 13.000 euros pour le bronze) , ceux des JO d'hiver 2018 ont découvert qu'ils seraient bien imposés, contrairement à la promesse qui leur avait été faite. 

"Je suis tout à fait attentive à un traitement équitable entre les sportifs des Jeux d'été et d'hiver (...), a assuré la ministre de Sports. Le ministère est en train d'étudier la question et de voir des solutions pour que ce traitement puisse être équitable entre tous ces sportifs".
"Si la fiscalisation de ces primes a été envisagée il y a un certain temps, a précisé Roxana Maracineanu, j'en vois la raison et la justification. Les athlètes au même titre qu'un professeur, qu'un gendarme ou que quelqu'un de l'armée, qu'un chef d'entreprise, doivent aussi participer à cette contribution qui est proposée à tout le monde en faveur de la société et des plus faibles. Néanmoins il reste ce traitement qui doit être équitable." 

Le ministère des Sports "étudie" la question

La ministre n'a pas souhaité préciser les solutions envisagées, indiquant que son ministère "étudie" la question.  

A l'initiative du député Nouvelle gauche de la Loire, Régis Juanico, le groupe Socialistes et apparentés a déposé un amendement à l'Assemblée pour rétablir l'exonération lors de l'examen de la loi de finances, "en témoignage de la reconnaissance de la Nation" et "alors que de nombreux sportifs connaissent des difficultés quotidiennes à financer leur pratique, leurs entraînements et leurs compétitions à travers le monde", selon son exposé.  
C'est déjà via un amendement du groupe socialiste, alors dans la majorité, que les primes des JO de Rio-2016 avaient été défiscalisées, pour un manque à gagner total de 200.000 euros pour l'Etat.

(avec AFP)