Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les forces de police déployées dans les rues de Strasbourg, le 11 décembre 2018

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins trois morts, le tireur en fuite identifié

Sport d'hiver - ski - biathlon

VIDÉO - Qui est Valentin Delluc, ce sportif passionné de parapente et ski extrême ?

vendredi 12 janvier 2018 à 17:49 Par Virginie Salanson et Denis Souilla, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

À 25 ans, Valentin Delluc vient de réaliser une vidéo qui l'a révélé au grand public : un vol, de nuit, en skis et parapente. C'est l'un des meilleurs sportifs mondiaux de cette discipline, le speedriding. Nous avons rencontré ce jeune sportif drômois, qui vit la moitié de l'année en Haute-Savoie.

À 25 ans, Valentin Delluc est l'un des meilleurs speedriders au monde.
À 25 ans, Valentin Delluc est l'un des meilleurs speedriders au monde. © Radio France - Virginie Salanson

Sa vidéo a créé l’événement et l'a révélé au grand public. Le 4 janvier dernier, Valentin Delluc a publié une vidéo de l'un de ses projets, baptisé "Moonline". On y voit le jeune sportif français s'élancer, de nuit, du glacier des Bossons, près de Chamonix (Haute-Savoie).

En parapente et skis aux pieds, Valentin Delluc décolle à 3.500 mètres d'altitude, pour atterrir 1.200 mètres plus bas. Soit plus de 2.000 mètres de dénivelé durant lesquels il enchaîne les figures acrobatiques, éclairé par sa voile de parapente, illuminée dans la nuit. Les images sont magiques !

Nous l'avons rencontré à Grenoble, interview.

Bonjour Valentin Delluc, pouvez-vous vous présenter ?

Moi c'est Valentin Delluc, j'ai 25 ans. Je suis né dans la Drôme, à Romans-sur-Isère. Je suis moniteur de ski l'hiver, en Haute-Savoie (à Morzine-Avoriaz, à l'ESF de Montriond), et l'été, je suis instructeur ULM. Je suis aussi speedrider professionnel, athlète chez Red Bull. 

Le speedriding, en quelques mots, c'est quoi ? Un sport de l'extrême ?

C'est un sport qui mixe le ski et le parapente, avec une petite voile. C'est un sport de l'extrême si on veut, mais pas si on fait on commence étape par étape, en faisant les choses très bien.

Dans la vidéo publiée le 4 janvier dernier, on vous voit voler du haut du glacier des Bossons, dans la vallée de Chamonix, de nuit, avec une voile lumineuse ? D'où vient l'idée de ce projet ?

L'idée est venus au printemps 2016, ça faisait longtemps qu'en descendant parfois tard en ski, les soirs de pleine lune, je me rendais compte que la lumière de la lune réfléchissais vraiment contre la neige. (...) On a ensuite pensé à mettre des LED dans la voile. On en a ajouté vingt mètres ! 

Sept mois de préparations !

Ça a pris du temps de réaliser ce projet ?

Le projet a duré sept mois, pour trouver comment alimenter la batterie, l'électronique tout ça... Puis il y a eu les entraînements, apprendre à voler avec cette voile alourdie. Les LED changent le comportement de l'aile. On n'est pas habitué à voler avec un tiers du poids de la voile en plus.

Comment on se sent, en train de voler à 3.500 mètres d'altitude, la nuit ?

Ce qui m'a le plus perturbé, c'est cette sensation d'être seul dans la montagne. La vallée dort, tout le monde dort et je suis seul dehors à vouloir voler. Ça c'est assez impressionnant, cette sensation d'être tout seul au milieu de cette immensité (...), c'est magnifique !!

Mais ce n'est pas un peu dangereux quand même ?

J'aime pas quand on me dit "t'es fou, ton truc c'est dangereux, c'est très engagé". La vidéo se regarde en une minute trente, mais ça m'a pris sept mois de la réaliser !! Donc on ne peut pas se rendre compte de l'entraînement que font les riders (...). Nous, on a pas envie de se faire mal, on ne veut pas se tuer. On faisait notre activité avant que les sponsors viennent nous chercher. C'est un vrai plus, ils nous accompagnent, c'est une aide. Mais nous on est vraiment là pour faire ça au mieux et minimiser au maximum les risques.

VIDÉO - Son projet "Moonline" au glacier des Bossons

Pour suivre les défis de Valentin Delluc :