Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

24 heures du Mans : encore raté pour un retour de Peugeot

mercredi 4 octobre 2017 à 19:05 Par Yann Lastennet et Julie Le Duff, France Bleu Maine

Les fans d'endurance auto espéraient le retour de Peugeot dans cette discipline abandonnée par le constructeur français depuis 2012. Mais revoir une Peugeot aux 24 heures du Mans n'est pas près d'arriver. La marque au lion privilégie le rallycross.

Peugeot au Mans lors de l'édition 2011 des 24 heures, dernière participation de la marque au lion sur le circuit de la Sarthe
Peugeot au Mans lors de l'édition 2011 des 24 heures, dernière participation de la marque au lion sur le circuit de la Sarthe © Maxppp - PIERRE STEVENIN

Il n' y aura pas de Peugeot aux 24 heures du Mans ces prochaines années. Alors que l'ACO (Automobile Club de l'Ouest) espérait un retour de la marque au lion dans la catégorie reine LMP1, le constructeur annonce son choix d'"intensifier" sa présence en rallycross avec Sébastien Loeb.

Dans un communiqué, l'ACO, co-organisateur des 24 heures du Mans (avec la FIA), prend acte de la décision du constructeur français mais souligne les efforts fait par l'organisation, en terme de règlement, pour baisser les coûts d'engagement et de développement d'une LMP1. C'était l'une des exigences de Peugeot pour envisager un retour en championnat du monde d'Endurance : garder un budget annuel en-dessous des 100 millions d'euros.

L'Automobile club de l'Ouest explique poursuivre un "plan de marche, défini autour d’une catégorie reine accessible pour des budgets bien moindres que ceux des dernières années devenus exponentiels, comme ce fut très souvent le cas dans le passé avec la présence de plusieurs constructeurs. Ce cycle naturel en endurance, nous nous y adaptons et réagissons en conséquence. Plus que jamais, nous sommes constructifs, impliqués dans l’attractivité de l’endurance, dans un contexte global changeant".