Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

VIDÉO - 24 Heures du Mans : les coéquipiers normands Pierre Ragues et Nicolas Jamin, si proches et si différents

62 voitures prendront le départ de la 87e édition des 24 Heures du Mans ce samedi. Les supporteurs normands suivront l’évolution du Caennais Pierre Ragues et du Rouennais Nicolas Jamin, coéquipiers chez Duqueine Engineering. Avec des atouts pour viser le podium.

L'Oreca07 du team Duqueine Engineering, pilotée par Pierre Ragues et Nicolas Jamin
L'Oreca07 du team Duqueine Engineering, pilotée par Pierre Ragues et Nicolas Jamin - © AutoWebbb - Eric Fabre

Normandie, France

Ils ont des parcours totalement opposés mais ils feront équipe ce week-end dans la plus grande course d’endurance au monde. Pierre Ragues et Nicolas Jamin disputeront les 24 Heures du Mans avec l’écurie Duqueine Engineering, un team en apparence modeste mais doté de solides arguments pour jouer les outsiders.  

Pierre Ragues l’habitué avec déjà deux podiums 

C’est un Pierre Ragues souriant que l’on croise dans le paddock. “Heureux d’être de retour, ça m’a fait bizarre de regarder le départ de chez moi devant la télé l’année dernière” confie le pilote caennais, contraint à faire l’impasse en 2018 parce que son écurie Duqueine Engineering, lancée quelques semaines plus tôt, n’était pas en mesure de s’aligner au départ des 24 Heures. 

Pierre Ragues, à l'entrée de la mythique ligne droite des Hunaudières - Aucun(e)
Pierre Ragues, à l'entrée de la mythique ligne droite des Hunaudières - @autowebbb-Eric Fabre

Le pilote de 35 ans va participer pour la douzième fois à la classique mancelle. Il reste sur une course à la fois rayonnante et frustrante en 2017 : le podium au général s’était envolé à quarante minutes de la fin, suite à un problème de frein. Pierre Ragues avait quand même obtenu la troisième place LMP2, portant à deux son nombre de podiums dans cette catégorie. “On a un excellent package châssis-pneumatiques. On a de quoi faire un top 5 ou top 3 dans notre catégorie. Mais bien entendu la priorité sera de rallier l’arrivée” détaille le Caennais, rompu aux aléas mécaniques briseurs de rêves dans ce marathon sarthois.

Pierre Ragues est en confiance depuis le début de la saison. Il a disputé deux courses ELMS (championnat d’Europe) au Castellet puis à Monza, avec dans les deux cas de solides relais au volant de l’Oreca du team Duqueine. “C’est vrai que _je fais un super début de saison_, parce que l’équipe a fait en sorte que je me sente bien au volant. La confiance me permet d’être incisif dans les départs” explique le Caennais, dirigeant de l‘entreprise familiale quand il n’est pas en combinaison de pilote.

Nicolas Jamin, concentré pendant les premiers essais des 24 Heures du Mans - Aucun(e)
Nicolas Jamin, concentré pendant les premiers essais des 24 Heures du Mans - @autowebbb-Eric Fabre

Nicolas Jamin : un débutant aux solides références

Agé de 23 ans, Nicolas Jamin a un parcours atypique. Un début de carrière en France avant un exil de quatre ans aux Etats-Unis où il a notamment disputé la saison 2017 en Indy Light. Malgré ses trois victoires il n’a pas pu franchir le dernier palier vers l’Indy Car, faute de budget. Le voici donc au Mans pour la première fois de sa jeune carrière. “J’ai eu des frissons en prenant la piste pour la première fois ! Ce circuit est légendaire” dit-il, les yeux brillant. “J’ai pu progressivement l’apprivoiser en cherchant les limites de la voiture sans jamais les dépasser”. 

Le Normand, coéquipier de Ragues depuis 2018, s’est déjà taillé une jolie réputation dans le paddock. “L’Américain” a une belle pointe de vitesse : “Oui mon corps et surtout mon cerveau sont habitués aux très hautes vitesses et aux courbes rapides” confie celui qui s’est frotté aux redoutables circuits ovales au pays de l’oncle Sam. “Mais j’ai aussi beaucoup roulé sur des circuits urbains aux Etats-Unis, là où passent des voitures de tous les jours. Des pistes parfois grasses avec une adhérence précaire. Un peu comme ici” précise le Normand, qui va découvrir, en revanche, le pilotage de nuit.

Avant les essais, Pierre Ragues et Nicolas Jamin ont parcouru à pied les 13,623 km du circuit. Le Caennais a longuement pu détailler le profil des vibreurs, dire là où il est possible de prendre appui ou, à l’inverse, indiquer ceux qui constituent de redoutables ennemis des pneus et des suspensions. Un exemple parmi d’autres du partage d’expérience nécessaire avant de s’échanger le volant (avec Romain Dumas, le troisième larron) pendant les 24 Heures du Mans. Les deux Normands prendront le départ avec l’espoir de voir le drapeau à damier, éventuellement le podium.  

Le départ des 24 Heures du Mans sera donné ce samedi 15 juin à 15h.